Président d’Amiens Métropole, Alain Gest a précisé lors de la conférence de presse organisée par l’Amiens SC ce mardi matin qu’il comptait se montrer solidaire au recours déposé par le club pour demander l’annulation de sa relégation en Ligue 2.

Publicité


Une décision jugée incohérente

« La décision prise est injuste, incohérente et insupportable à nos yeux. Je constate que dans le règlement du championnat de France de Ligue 1 il n’existe pas de cas de force majeure tel que celui auquel nous sommes confrontés. Il fallait donc trouver une solution, je suis le premier à reconnaître que ce n’est pas simple tant les textes ne prévoient rien. Cette décision est injuste parce qu’on a transformé ce championnat en loterie. Imaginez que le confinement ait eu lieu cinq journées auparavant, Amiens n’était pas 19e et pas concerné par cette décision. Là, on a tiré un fil sans pouvoir le justifier. C’est une décision incohérente parce qu’il n’y a qu’à regarder autour de nous. Ce n’est pas la décision prise par des fédérations avec des joueurs professionnels et des enjeux financiers européens. Ce n’est pas non plus la décision prise par les autres grands championnats de football. Pour nous, à Amiens, dans la Somme, c’est insupportable parce que, permettez-moi de vous le dire, on n’est pas convaincu que la même décision aurait été prise à l’égard d’autres clubs que le nôtre. »

Publicité


Des conséquences pour la ville

« Si on est là, c’est qu’il y a des conséquences pour la ville d’Amiens et son agglomération. Si on a décidé de faire des investissements massifs, c’est parce que nous savions qu’en termes de renommée économique et de notoriété, ce que le club nous proposait était inégalable. Nous avons encore besoin de beaucoup de notoriété pour faire vivre notre ville et notre agglomération. On savait qu’il y aurait des retours derrière. On a donc une perte d’une partie de nos investissements. Une convention lie le club et l’agglomération et cela a aussi des conséquences financières. Je pense aussi aux emplois générés par le club, les permanents et ceux générés à chaque match. Il y a pleins de conséquences qu’on ne mesure pas encore. Nous avons bon nombre de raisons pour justifier ce que nous allons faire, nous allons choisir la meilleure méthode pour faire aboutir la démarche du club, à savoir une autre décision de Noel Le Graet. Pour cela, nous avons fait appel à un cabinet d’avocat, cela peut aller d’un accompagnement de la démarche du club jusqu’à un recours, sachant que ce cabinet est habilité à plaider devant le conseil d’État. Nous allons voir quelle sera la meilleure solution. L’agglomération ne cherche pas une compensation financière mais un retour sur une décision particulièrement inadaptée. »

Publicité


Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

> Christophe Bertrand : « Comme si on arrêtait un match autour de la 66e minute »

> Bernard Joannin (Amiens SC) : « La justice nous donnera raison »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments