Capitaine de l’Amiens SC pour le lancement de cette saison de Ligue 2, Alexis Blin fait aussi partie de ces joueurs qui ont vécu l’arrêt prématuré du dernier exercice et sa terrible conséquence avec la relégation du club. Et pour le milieu de terrain, le meilleur moyen de prendre une revanche sur le destin reste de gagner des matches pour retrouver le haut niveau. Entretien.

Publicité


Vous n’avez pas gagné le moindre match en 2020. Est-ce quelque chose qui plane encore au-dessus de vos têtes ou bien avez-vous remis les compteurs à zéro à l’aune de cette nouvelle saison ? 

Je n’ai pas oublié cette statistique. Je n’ai pas oublié non plus que sur les derniers matches de championnat on a fait match nul contre Marseille, Paris et Lyon. Sur ces trois équipes, deux ont été demi-finalistes de Ligue des Champions. Cela prouve qu’on était armés pour se maintenir et qu’on s’est quand même fait avoir par les instances. Après avoir dit ça, il faudra qu’on tourne la page à un moment donné, même si je l’ai encore en travers de la gorge. Il faut réussir à faire abstraction de ces mauvais résultats, même si on montrait qu’on ne lâchait rien avant l’arrêt du championnat. Il faut qu’on prenne en compte que l’effectif est recomposé, qu’il a changé et qu’on doit gagner des matches avec cet effectif.

Publicité


Le club souhaite surfer sur un esprit de revanche à propos de cette décision. Pensez-vous que celui-ci puisse être insufflé à ce nouveau groupe et être un atout supplémentaire cette saison ? 

Chacun perçoit les choses qu’il veut. La revanche doit avant tout être personnelle. Cela passe par gagner les matches, ce qui sera bon pour l’ensemble du club, les joueurs et les supporters. Ensuite, pour parler de revanche, il faut qu’il y ait eu un premier combat. Là, on n’a pas pu combattre.

Publicité


Vous avez évoqué les matches contre Paris, Lyon et Marseille mais on n’oublie pas non plus les déceptions contre Metz, Toulouse, Dijon, qui préfigurent plus de ce qui vous attend en Ligue 2. Est-ce inquiétant ? 

Contre les équipes dites du même niveau que nous, on a eu un peu de mal la saison passée, surtout dans les moments clés. On a eu un vrai creux entre décembre et février mais on a su relever la tête par la suite. Il faut réussir à se dédouaner de tout ça, oublier ce qu’il s’est passé et retenir du positif. Tout le monde a essayé de relever la tête, de sortir la tête de l’eau. Si on n’en retire que le négatif, ce sera mauvais pour l’équipe et pour l’état d’esprit de chacun. Je préfère retenir les moments où ça a failli basculer en notre faveur et s’appuyer sur ça pour faire un bon début de saison.

Comment vivez-vous la période actuelle avec un vestiaire en plein chambardement, avec des recrues qui arrivent petit à petit et d’autres joueurs en instance de départ ? 

C’est le lot de beaucoup d’équipes. Cela ne m’appartient pas de commenter ce qu’il se passe en coulisses, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du club. Mon rôle est de m’entraîner et d’apporter ce que je peux apporter au groupe pour être performant les jours de match. Le reste, il faut que j’en fasse abstraction.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Alexis Blin (Amiens SC) : « On est le petit sur ce match »

Jayson Papeau (Amiens SC) : « On peut faire de bonnes choses ! »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments