Trois jours après un bon match nul à Lyon, Alexis Blin est persuadé que l’Amiens SC est en mesure de mettre fin à sa longue série de matches sans victoire à l’occasion de la réception de Monaco, ce samedi. Entretien.

Que retenez-vous ce match à Lyon ? Le positif du résultat ou la dix-neuvième place ?

On essaye de faire la part des choses. Quand on finit le match, ça fait vraiment du bien de faire une performance « accomplie », même si l’accomplir vraiment aurait été de gagner. Je pense que ça n’aurait pas été volé non plus de gagner là-bas. On aurait pu exploiter deux ou trois contres un peu mieux. C’est un sentiment de soulagement de savoir que l’on peut rééditer ce genre de performances, on a ça en nous. Ça donne un peu de confiance et à l’instant T, le classement est anecdotique. Il reste encore beaucoup de journées. Si on arrive à s’appuyer sur ce que l’on a fait à Lyon dans nos capacités à bien faire les choses et les faire ensemble, je pense qu’on peut surprendre plus d’une équipe en fin de saison. Certes, le classement est là, mais j’ai connu bien des rebondissements dans le foot et je sais que le classement d’aujourd’hui ne sera pas le classement de demain.

Le doute commençait à s’installer ?

Il n’y a pas de secret, tout le monde a pu le voir. Quand une équipe entre dans une spirale négative, c’est tout de suite plus compliqué de s’en sortir. On peut le voir avec beaucoup d’équipes cette saison et pas que celles qui jouent le maintien. Certaines jouaient les premières places et ont connu de grosses séries négatives. Saint-Etienne n’est pour l’instant pas au top mais saura rebondir. L’essentiel c’est de réussir à faire une série, relancer la machine. Un match comme celui à Lyon peut nous redonner cette confiance.

En l’état, le match contre Monaco, qui précède la réception du PSG, est donc très important…

Il est important mais j’ai envie de dire que si on l’aborde comme on a abordé Toulouse, à savoir un peu tremblotant, ça ne marchera pas. Il faut que l’on soit comme à Lyon. Si on avait perdu, on se serait dit que c’est « normal ». On n’avait rien à perdre et il faut aborder ce match contre Monaco de la même façon. On est dos au mur, on a retrouvé une certaine solidité défensive, une certaine confiance et il faut simplement se lâcher et ne pas trop penser. Quand on est dix-neuvième, il ne faut pas se poser de question. On a un match important, on le sait. Monaco doute aussi un petit peu en ce moment. C’est l’équipe qui aura envie de se lâcher qui réussira le mieux. Je pense qu’on peut créer la surprise demain.

L’idée est donc de bonifier le match nul et ne pas faire en sorte que ce ne soit que le résultat d’un soir…

Il faut le bonifier, oui. Après le match de Lyon, je me suis dit qu’il fallait aborder ce match contre Monaco en étant relâchés. Contre Toulouse, on était un peu tendus, en ayant la pression du résultat parce qu’il fallait absolument gagner alors qu’on n’est pas condamnés parce qu’on n’a pas gagné contre Toulouse. Si on avait abordé les choses différemment contre certaines équipes, notamment comme en début de saison quand on faisait des gros matches… On a les qualités, il faut juste que l’on se lâche, que notre instinct marche. On était moins dans l’instinct et plus dans le calcul et la pensée. C’était plutôt négatif.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi :

> Robert Moreno (Monaco) : « Amiens sera un match difficile »

> [J24] L’Amiens SC sans Konaté contre Monaco ?

Laisser un commentaire