Capitaine au cours de la seconde période disputée par l’Amiens SC contre Boulogne-sur-Mer, à l’occasion du premier match de la préparation estivale, Alexis Blin n’a pas pour autant la certitude d’être amiénois la saison prochaine. Touché à une cheville au début du mois, le milieu de terrain aspire principalement à faire une bonne préparation physique avant se projeter sur la saison à venir. Entretien.

Publicité


Quel est votre sentiment à l’issue de ce premier match de préparation ? 

On sort d’une préparation physique assez intense, on n’avait peut-être pas assez de jus pour mériter mieux. L’équipe a beaucoup changé et changera encore, ces matches servent juste à bien bosser physiquement, à retrouver notre rythme. On n’avait plus joué depuis la mi-mars, Boulogne avait déjà disputé un match amical, ce qui leur permettait d’avoir quelques repères, de s’être remis dedans. Le score est un peu anecdotique, même si on n’aime jamais perdre. On veut toujours marquer et gagner et ça arrivera au fil des semaines.

Publicité


Quatre mois après votre dernier match officiel, c’est tout de même satisfaisant de pouvoir refouler les terrains ?

Même si le contexte reste particulier, ça fait du bien de retrouver les terrains. Visiblement, le championnat ne reprendra pas avec tous les supporters en tribune, il faut donc prendre de nouvelles habitudes. C’est quelque chose de nouveau pour tout le monde, on tente de faire abstraction de tout ça et d’être dedans mentalement le plus vite possible.

Publicité


Avez-vous digéré l’arrêt prématuré de la dernière saison et la descente du club en Ligue 2 ? 

C’est encore dur à encaisser. On avait de réelles chances de se maintenir en jouant ces dix derniers matches, je reste vraiment sur ma faim à ce sujet. Maintenant, il faut se remettre dedans parce qu’on a une nouvelle saison à démarrer. On verra qui sera encore là à la reprise du championnat, il faudra compter sur ceux qui seront encore présents pour faire un bon début de saison.

Publicité


Vous serez encore là la saison prochaine ? 

Je ne sais pas ! L’avenir nous le dira. Je me contente de faire une grande préparation, d’être bien physiquement, d’être là au moment présent.

Au regard de la situation actuelle de l’effectif, vous faites aujourd’hui figure de cadre, vous avez même porté le brassard en seconde période…

C’est un peu drôle, c’est un nouveau rôle que j’apprends. Il y a aussi des joueurs qui s’entraînent pour le moment à part et qui vont réintégrer le groupe par la suite. Pour le brassard, on n’en a pas encore discuté avec le coach. Maintenant, on ne va pas se mentir, au regard de l’ancienneté des joueurs présents sur le terrain en deuxième mi-temps, j’étais celui qui avait le plus de matches. Je pense que ça explique le choix du coach. Aujourd’hui, je me contente d’accompagner tout ce monde. Il y a beaucoup de jeunes, des joueurs avec beaucoup de potentiel. Comme j’ai été aidé à leur âge, je tente de leur apporter mon expérience aujourd’hui. Pour autant, je n’aime pas me définir comme un cadre.

Physiquement, comment vous sentez-vous à l’issue de ce stage ? 

J’ai eu un pépin physique à la cheville, j’ai été tenu éloigné des terrains pendant une quinzaine de jours. J’ai repris le chemin de l’entraînement depuis le début de la semaine, c’est donc encore dur de s’y remettre avec beaucoup d’intensité. J’ai encore un peu d’appréhension sur cette cheville, ça va se remettre petit à petit. Je ne suis pas encore à 100% mais je suis persuadé que je vais me sentir de mieux en mieux.

Propos recueillis par Romain PECHON

À lire aussi : 

Luka Elsner (Amiens SC) : « Accélérer sur la création de l’équipe »

Amadou Ciss (Amiens SC) : « Tout le monde veut une revanche ! »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
David
David
2 mois il y a

On nous a dit qu’on allait construire autour d’Alexis Blin mais il ne nous assure pas de sa présence, c’est rassurant…