Amiens SC

Battu lors de ses trois dernières sorties, l’Amiens SC a surtout encaissé la bagatelle de onze buts sur cette même période. Et pour Alexis Blin, le redressement amiénois passera uniquement par une cohésion de tous les instants. Entretien. 

Alexis, l’équipe est en souffrance depuis trois matches. Quel regard portez-vous sur la situation actuelle ? 

On ne va pas nier que c’est compliqué sur les trois derniers matches, déjà en termes de buts encaissés mais aussi au niveau de nos prestations. On est lucides sur la situation et on ne va pas se cacher, ce n’est pas bon ces derniers temps. Maintenant, soit on se morfond et on creuse, soit on se pose les bonnes questions et on essaie d’aller vers l’avant.

Quelles sont ces bonnes questions et, surtout, quelles sont les bonnes réponses à apporter ? 

C’est finalement tout simple, même si le football se joue sur des détails. Un équilibre, c’est fragile, ça se joue à peu de choses et je pense qu’on est un peu sorti de la bonne route ces dernières semaines. On s’est remis dans le droit chemin après le match contre Montpellier, même si on ne peut pas nier que la combativité était au rendez-vous. Ensuite, on a aussi été à dix pendant quarante minutes, c’était compliqué. Pour autant, on est conscient de nos erreurs et on sait que ce sera un match important, un match charnière, pour relancer la machine. On est prêt pour ça.

Il faut stopper l’hémorragie pour éviter de laisser la crise s’installer et voir cette spirale négative vous propulser vers le bas…

C’est sûr que la confiance serait atteinte si ça se passait à nouveau mal contre Reims. Maintenant, je suis du genre à aborder les choses de manière positive, pour que ça se passe le mieux possible demain (mercredi). C’est aussi le message qui sera transmis par le coach au groupe. Il faut qu’on se rappelle ce que l’on a fait de bien sur ce début de saison. Il faut s’appuyer sur ces choses-là pour ne pas perdre confiance.

Et cela passe par le fait de ne plus prendre autant de buts…

C’est un gros point à gommer. Je pense qu’on a fait un peu preuve de naïveté sur nos derniers matches. Quand on prend un ou deux buts, il faut savoir fermer la boutique et jouer différemment du plan de base. Là, on s’est entêté à vouloir revenir, c’est bien mais il faut le faire intelligemment. On s’est tiré une balle dans le pied en essayant de toujours produire du jeu. Résultat des courses, on s’est pris des contres à tout-va. Derrière, ça fait mal aux têtes d’encaisser autant de buts, c’est certain que le moral est touché. C’est à nous de retrouver de la structure, de redevenir une équipe solide. Si on n’encaisse pas de but contre Reims, ce sera déjà un point positif.

Si on retrouve cette cohésion, on sera capable de belles choses.

Quitte à renier la philosophie de jeu installé depuis le début de saison ? 

Si on est proche les uns des autres, si on fait les efforts les uns pour les autres, si on est soudés à chaque moment du match, on arrivera à avoir cette possession dans nos temps forts, cette possibilité d’aller marquer des buts. Pour cela, il faut débuter le match avec l’envie d’être un bloc compact, de ne rien laisser passer entre nos lignes. Le problème ne vient pas du fait de ne pas faire les efforts mais de ne pas les faire de manière intelligente et tous au même moment. Si on retrouve cette cohésion, comme c’était le cas en début de saison, on sera capable de faire de belles choses. Dès lors, le jeu s’exprimera tout seul. Comme c’est le cas avec Angers, il faut que nos adversaires se disent : « c’est chiant de jouer contre Amiens ».

Le problème est que l’équipe apparaît désunie, dispersée sur le terrain depuis quelques matches…

C’est compliqué quand les défaites s’enchaînent de parvenir à faire les bonnes choses. De l’extérieur, ce qui transparaît est qu’on est trop éparpillé sur le terrain, avec un joueur qui fait le pressing et l’autre qui va juste couvrir alors qu’il faudrait suivre celui qui monte au pressing. Il faut que toute l’équipe se déplace à nouveau ensemble, car tout le monde fait les efforts mais il faut à nouveau les faire en équipe. Défendre tous ensemble dans nos quarante mètres et aussi attaquer ensemble dans la partie de terrain adverse. Il faut impérativement qu’on soit à nouveau proches les uns des autres pour être agressifs à la récupération de la balle.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Amiens SC : Konaté de retour contre Reims

Amiens SC : Face à Reims, la plus large victoire en Ligue 1 (replay)

Laisser un commentaire