Alexis Blin : « Rééditer la même performance »

Alexis Blin Toulouse

Buteur décisif l’an dernier sur la pelouse du Stadium, Alexis Blin espère que l’Amiens SC fera de nouveau le même coup face à son ancienne équipe, Toulouse, samedi soir.

Alexis Blin, on suppose que vous aimeriez faire aussi bien que l’an dernier…

Ce serait très bien ! Personnellement, pourquoi pas, mais surtout le résultat. Si on vient gagner à Toulouse demain, ce serait une superbe opération. On va essayer de rééditer la même performance.

Est-ce une motivation supplémentaire pour vous ?

Non, il n’y a pas de motivation supplémentaire parce que chaque match de Ligue 1 est une motivation en soi. Il n’y a pas de match plus important que les autres, mais c’est vrai qu’il a une saveur particulière pour moi parce que j’y ai passé de nombreuses années et je m’y suis plu. C’est toujours un plaisir de retourner au Stadium et d’y croiser certaines personnes que j’apprécie mais ce sera un match comme les autres.

Avoir été transféré définitivement à Amiens change-t-il quelque chose ?

Non, parce que l’an dernier il y avait un prêt qui était pris en compte intégralement par l’Amiens SC donc j’appartenais à Amiens aussi l’an dernier. Ça ne changeait rien pour moi l’an dernier comme ça ne change rien cette année. C’est le même sentiment qui revient.

Les affaires Gouano et Ghoddos ajoutent-elles un poids sur le groupe avant ce match ?

Ça ne déteint pas sur le groupe. Ce sont des joueurs importants, car ce sont avant tout deux bons mecs qui sont importants dans le groupe et le seront encore à l’avenir. On est vraiment extérieur à ces choses, on leur témoigne de notre soutien mais on laisse le club gérer ces choses-là et on essaye de faire le travail sur le terrain.

C’est un début de saison compliqué entre les défaites, les cartons rouges et ces deux dossiers…

Les défaites, oui. Il y a ce match à Nice où on joue 60 minutes à dix, où l’on prend un but à la 94e. On est quatorzième au classement, on n’est pas au fond du trou ! On a eu une bonne victoire contre Lille, ce qui n’était pas prévu. Si en début de saison on avait dit que l’on battrait Lille dans les cinq premières journées, on ne nous aurait peut-être pas pris au sérieux. On fait un match un peu moins sérieux contre Nantes, certes, mais on ne remet pas tout en question, on n’est pas dans le dur, ce serait faux de dire ça. On a les capacités de faire mieux, et on va essayer de le faire dès demain.

Vous avez terminé en défense centrale contre Nantes. Vous serez plutôt en défense ou au milieu demain ?

Ça dépendra des choix du coach ! On a essayé quelques systèmes cette semaine et ce n’est pas dit que l’on changera demain. On peut repartir sur les mêmes bases que sur les dernières semaines, ça appartiendra au coach de choisir. On verra ce qu’il se passera à l’entraînement. Personnellement, tant que je suis sur le terrain, ça me va.

Qu’est-ce que ça change en jouant plus bas dans une ligne de trois défenseurs ?

J’essaye de m’adapter en fonction de ce que demande le coach. J’ai joué dans une défense à trois surtout quand on était à dix. À Nice, on était à trois derrière, comme la semaine dernière. C’est une approche différente qu’être au milieu. Pour moi, c’est un autre métier d’être défenseur. C’est beaucoup plus de concentration, de lecture et de prise d’information. Il faut savoir appréhender tout ça, mais je ne m’inquiète pas de ça. Si je dois jouer derrière, je jouerai derrière, si je dois jouer au milieu, je jouerai au milieu.

Avez-vous évoqué les cartons rouges entre vous ?

On n’a pas besoin d’en reparler, on le sait que si on fait 35 matches sur 38 à dix, ce ne sera pas possible. On n’a pas besoin de se le dire, à un moment donné il va falloir stopper cette mauvaise habitude. Demain, on va essayer de défendre proprement, de défendre dur parce qu’il faut défendre dur, mais en étant moins maladroit pour terminer à onze.

C’est d’autant plus frustrant parce que vous êtes capables de bonnes choses à onze…

Clairement ! Le début de saison est compliqué par rapport à ça parce qu’on a fait deux matches en étant à dix pendant soixante minutes, donc ce n’est pas facile de tenir physiquement. On espère faire des matches à onze. Ce n’est pas dit que demain on ne prendra pas un rouge non plus, il n’y a rien d’écrit dans le football, mais ce serait bien d’éviter d’être à dix.

Comment défendre proprement et durement à la fois ?

La meilleure défense c’est l’attaque. Il ne faut pas se poser de question, essayer de jouer notre jeu, de prendre le jeu à notre compte. Bakaye n’a pas fait exprès la semaine dernière, c’est un geste totalement maladroit. Ça nous handicape un petit peu, mais c’est maladroit ! Le premier rouge à Nice était sévère aussi. Ce sont des faits de jeu qui font que l’on se retrouve à dix. J’espère qu’ils tourneront en notre faveur prochainement. J’espère que dans les prochains matches il n’y aura pas de geste maladroit qui résultera en carton rouge. Désormais il y a le VAR et c’est plus facile de sortir le rouge.

Il y a une vraie concurrence au milieu, comment vivez-vous cela ?

Déjà, elle est saine ! Eddy, Bongani et Thomas sont vraiment de bonnes personnes avant d’être de bons joueurs. C’est important pour le groupe et aussi pour nous, parce qu’on sait que quand on va jouer, on ne va pas être mis en difficulté par notre collègue. On va être encouragé et soutenu. Ensuite, le coach fera ses choix, qui seront toujours respectés. L’essentiel est de toujours se remettre en question, de faire le maximum toutes les semaines à l’entraînement. On affrontera des équipes où le coach aura besoin d’un certain profil pour jouer contre. Pour le moment, la concurrence est saine et je ne me fais pas de soucis là-dessus.

Propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

Laisser un commentaire