Amiens : Christophe Pélissier livre son bilan du mercato

Marqué par l’échec du retour de Gaël Kakuta, le mercato hivernal de l’Amiens SC a aussi permis l’arrivée d’un attaquant, Serhou Guirassy, et d’un latéral gauche, Erik Pieters. Suffisant pour permettre à Christophe Pélissier d’aller chercher un nouveau maintien ?

Amiens réellement renforcé ?

Christophe Pélissier avait raison d’être extrêmement prudent. Très certainement échaudé par les derniers mercati, l’entraîneur de l’Amiens SC refusait de s’enflammer alors qu’un come-back de Gaël Kakuta apparaissait pour le moins inéluctable. La réalité l’aura conforté dans ses convictions. « J’ai dit la semaine dernière que j’avais suffisamment d’expérience pour attendre la dernière minute, pour savoir ce qui allait se passer, rappelle l’intéressé. On souhaitait deux à trois renforts offensifs, on en a deux qui arrivent, dont un défenseur. »

Et si le profil de Serhou Guirassy correspond à ses aspirations, le faiseur de miracles amiénois a bien fait comprendre qu’il ne connaissait pas Erik Pieters et qu’il n’était qu’un plan « B », après l’échec des négociations avec les pistes prioritaires. Las, Pélissier compte désormais tourner la page et se focaliser sur le sportif : « Maintenant, la seule chose sur laquelle on doit se pencher c’est la deuxième partie de saison, avec un match très important contre Rennes. Ce groupe a montré contre Lyon qu’il était dans le vrai au niveau de l’état d’esprit, il faut que l’on continue dans cette voie. »

En espérant que les deux joueurs obtenus en janvier permettront de renforcer un effectif qui a jusqu’ici montré ses limites. « C’est notre réflexion à l’heure actuelle. On a déjà fait des choses la semaine dernière et on réfléchit sur d’autres. Il faut déjà que Moussa revienne à 100%, il faut aussi pouvoir travailler l’entente avec les joueurs offensifs, confie Pélissier. En tout cas, on ne s’interdit pas de faire des choses différentes, notamment sur le plan offensif. » Et ce même s’il n’a obtenu qu’une seule des trois recrues espérées.

Romain PECHON

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire