Bernard Joannin

Leader de Ligue 2 avec Lorient, Christophe Pélissier va affronter le Paris Saint-Germain de Thomas Tuchel, pour le compte des seizièmes de finale de la coupe de France, ce dimanche. Pour l’occasion, nos confrères de l’AFP ont donné la parole à Bernard Joannin, son ancien président. 

Un profond respect 

« Christophe n’est pas un sorcier, c’est une personne très travailleuse et c’est une personne méticuleuse, très soucieuse des détails. Il a su transmettre aux joueurs l’ADN du combat inhérent à notre région et à notre club. Toutes ces qualités, ajoutées à la complicité qu’il avait su instaurer avec l’ensemble des dirigeants, lui ont permis de surperformer ».

Source : AFP

À lire aussi :

Luka Elsner (Amiens SC) : « Accepter la critique, le changement »

Luigi Mulazzi (Amiens SC) : « La première pierre d’une reconstruction »

8 Commentaires

  1. C est pour ça qu il l a pas conserver en lui faisant le plus mauvais contrat du foot alors qu il voulait rester à Amiens quelle langue de bois
    Encore merci à Christophe Pélissier pour ses 4 Années à Amiens

  2. Pour rappel, Pélissier ne voulait pas rester à Amiens. Il avait déjà failli partir à Toulouse l’été précédent. 😉

    • A l’attention de Thierry.
      Pélissier a essayé de partir à la fin de sa 1ère saison en Ligue 1 (à Toulouse comme évoqué plus haut), au moment où son contrat se terminait. S’il n’est pas parti dans la Garonne, c’est qu’il n’avait pas obtenu les garanties attendues. Il aurait laissé Amiens sans coach s’il avait été pris à Toulouse. Il a été prolongé d’un an par BJ, refusant un contrat + long. Pendant la 2ème saison dans l’élite, il a fait des appels du pied à St-Etienne dans les médias, entre autres. La direction l’a poussé vers la sortie, ou alors elle a mal pris ses envies d’ailleurs la saison passée. Il vaut mieux se quitter quand ça ne va pas ou plus. Aujourd’hui, Pélissier est reparti pour un cycle à Lorient. Bon vent à lui. Pour moi, le plus important, c’est l’Amiens SC. Les hommes passent.

  3. A Josue à Toulouse c est le président safran qui lui a tendu un piège car il avait déjà sont entraîneur Alain Casanova et à saint Étienne à Jean Louis Grasset est resté
    La moral de cette histoire Toulouse et Amiens sont les Grands perdant et c est Lorient le gagnant. Encore un beau match de Lorient hier soir même si c était l équipe B de Paris
    FIN DU BANC
    Allez Amiens

  4. Je ne peux pas regretter un coach qui avait failli lâcher « notre club » et ne voulait plus rester. Il est normal qu’il ait eu des envies d’ailleurs. Il est normal qu’on l’oublie et qu’on supporte son successeur.
    Le maintien est envisageable. Amiens a l’habitude de lutter.

Laisser un commentaire