Désireux de quitter l’Amiens SC, Bongani Zungu est l’objet d’une cour assidue des Glasgow Rangers, entraînés par Steven Gerrard. Et si les discussions entre les deux clubs vont bon train, un terrain d’entente n’a pas encore été trouvé. Explications.

Publicité

Un désaccord sur le montage du transfert

En marge des dossiers médiatiques des transferts de Thomas Monconduit et Serhou Guirassy, l’Amiens SC négocie également le départ de Bongani Zungu. A un an de la fin de son contrat et après un transfert avorté l’hiver dernier, l’international sud-africain souhaite plus que jamais quitter la Picardie. Loin d’être opposés à cette idée, les dirigeants amiénois espèrent néanmoins tirer un bon prix de leur milieu de terrain, à savoir un chèque estimé entre quatre et cinq millions d’euros.

Publicité

Principal courtisan de Bongani Zungu, les Glasgow Rangers ont bel et bien soumis une offre à l’Amiens SC mais celle-ci ne satisfait pas pleinement le board picard selon les indiscrétions des médias écossais. L’origine du blocage serait les nombreux bonus proposés par les Rangers pour atteindre la somme initialement fixée par Amiens. Ainsi, John Williams chercherait à faire baisser la part variable du transfert, pour s’assurer une rentrée d’argent ne dépendant pas des performances du joueur et des résultats sportifs du club.

Publicité

A l’instar de Thomas Monconduit, Serhou Guirassy ou bien encore Moussa Konaté, le départ de Bongani Zungu ne semble plus être qu’une question de jour et d’une poignée de milliers d’euros. Un élément tout sauf anodin pour un club qui doit amortir une relégation.

Source : The 4th Official

A lire aussi : 

Luka Elsner (Amiens SC) : « Accélérer sur la création de l’équipe »

Amiens SC : Un essai sans lendemain pour Calvin Miller ?

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

1 COMMENTAIRE

  1. Mais il vit sur quelle planète Joanin un joueur qui descend d’une division perd forcément de la valeur ! D’autant plus lorsqu’il le reste qu’une seule année de contrat. Le temps joue clairement en défaveur d’Amiens

Laisser un commentaire