Trois défaites de rang, onze buts encaissés et une impression générale peu reluisante, l’Amiens SC a vécu un mois de novembre pour le moins compliqué. Pour autant, les hommes de Luka Elsner demeurent en dehors de la zone rouge et comptent seize points en quinze journées. Dès lors, faut-il s’inquiéter pour le club présidé par Bernard Joannin ?

Une série noire

Loin de l’euphorie suscitée par la probante victoire contre Marseille (3-1), le 4 octobre dernier, l‘Amiens SC est depuis entré dans le dur, dans le vif du sujet. Un temps aux portes du top 10 d’un championnat pour le moins homogène, la faute à des supposées têtes d’affiche qui déçoivent, la troupe de Luka Elsner a progressivement glissé vers les abysses du classement. Pourtant, la série de cinq matches sans défaite, avec deux victoires à la clé courant octobre, avait donné le sentiment que les Amiénois avaient trouvé la bonne formule : entre désir d’attaque et nécessité de bien défendre.

Pourtant, Amiens avait déjà encaissé un but à chaque match, exception faite de celui contre Brest, durant cette période un peu plus faste. Et même contre les Bretons, Régis Gurtner et les siens avaient affiché des difficultés en concédant quinze tirs sur l’ensemble de la rencontre. Depuis, les Picards ont donc encaissé onze buts en pas moins de cinquante-huit tentatives adverses, confirmant la statistique qui veut qu’Amiens est l’équipe qui concède le plus de tirs du championnat de France (240), avec une moyenne de seize tentatives adverses par match.

Une crise qui couve ?

Et c’est bien là que le bat blesse pour Amiens. Avec vingt-huit buts encaissés en quinze journées, la formation entraînée par Luka Elsner affiche la deuxième plus mauvaise défense du championnat de France juste devant Toulouse (29). Alors oui, l’ASC est actuellement privé de nombreux cadres, à commencer par son capitaine Prince Gouano – dont le retour à l’entraînement est attendu au mois de janvier. Alors oui, Aurélien Chedjou, devenu le patron de la défense, était suspendu à Montpellier. Maintenant, plus que les trois défaites et les onze buts encaissés, c’est surtout l’impression générale qui laisse à désirer.

Contre Strasbourg, Amiens a très certainement livré son pire match depuis son accession à l’élite du football français. A Rennes, en deuxième mi-temps, le collectif amiénois s’est complètement délité, perdant littéralement pied face à une formation bretonne pourtant en manque de confiance. Et à Montpellier, Amiens s’est finalement montré incapable de porter le danger sur le but adverse, malgré un score de parité heureux à la mi-temps et la réduction de l’écart anecdotique de Jack Lahne en fin de partie. Dans un tel contexte, malgré les propos rassurants des acteurs, l’inquiétude est de mise pour l’Amiens SC. De là à parler de crise ? Non, pas aujourd’hui, pas encore tout du moins.

Et pour cause, malgré son trou d’air, Amiens n’est toujours pas relégable, grâce au concours de ses poursuivants actuels. Pour autant, la situation devient urgente pour Luka Elsner et ses hommes. Un quatrième revers consécutif contre Reims pourrait bien être celui de trop. Et pour éviter cette situation, les Amiénois doivent revenir à l’essentiel : retrouver un esprit de corps, se rassurer défensivement et marquer au moins un point pour stopper l’hémorragie. Et peut-être bien que dans trois semaines, après un ou deux succès qui pourraient porter le total de points à une vingtaine d’unités, Amiens aura fait oublier ce passage délicat de saison. Pour cela, il est impératif de réagir ! 

Romain PECHON

A lire aussi : 

Black november pour l’Amiens SC !

Amiens SC : Prince Gouano a repris la course !

4 Commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour votre effort pour nous informer.
    Une demande: pourriez-vous illustrer vos articles avec des photos actuelles, càd où ne figure pas Timité, joueur du Paris FC si je suis bien informé… par votre site…
    Cordialement,
    wd

  2. Je crois qu’il est temps de bétonner derrière pour se rassurer quitte à faire un 0-0 dégueulasse voire perdre 1-0 , mais ne pas rester défensivement aussi vulnérable…

    Je plaide pour un 4 4 2 où jallet et aleesami seraient milieux droit et gauche, Lefort et calabresi lateraux.

    Devant je me demande si on pourrait pas tenter le coup d’avoir deux « 9 et demi » avec Kakuta et Mendoza ?

  3. Quoi qu’il en soit, si la crise n’existe pas officiellement en interne (à voir…) , un nouveau revers demain la rendra cette fois définitivement officielle. Réaction donc attendue demain soir quel que soit le système où les joueurs sur le terrain (déjà il n’y aura pas Otero ce qui est un moindre mal !), demain il faudra des GUERRIERS comme auparavant, et pas des bisounours qui font des soirées portes ouvertes à chaque match.. ..

Laisser un commentaire