Amiens SC : Comment jouer sans Serhou Guirassy ?

Arrivé au mercato hivernal, Serhou Guirassy s’est très vite imposé dans le onze de départ de Christophe Pélissier. Déjà auteur de deux buts, l’attaquant prêté par Cologne a notamment permis un changement de schéma afin de l’associer avec Moussa Konaté. En son absence, qui durera trois matches, quel plan l’entraîneur amiénois doit-il adopter ? Trois de nos rédacteurs soumettent leur proposition.

Repasser au 4-2-3-1 pour Antoine Chauvin

Un changement de système serait pour moi la meilleure solution pour pallier l’absence de Serhou Guirassy lors des trois prochains matches. En effet le succès du 4-4-2 repose beaucoup sur l’efficacité de l’association Moussa Konaté – Serhou Guirassy. Imposants tout en restant très mobiles avec une technique non négligeable, les deux compères pèsent énormément sur les défenses, s’aidant ainsi l’un et l’autre naturellement. Toutefois, ces deux joueurs sont les seuls de ce type disponibles en attaque, d’où le besoin de modification de formation pour les échéances à venir. Le retour au 4-2-3-1, schéma préférentiel de Pélissier, devrait être la solution prioritaire.

En effet c’est une formation que tous les joueurs connaissent et maîtrisent depuis des mois. Elle n’a pas été des plus efficaces en ce début d’année 2019, mais cela était surtout dû à un manque de confiance généralisé. Cependant la donne a bien changé et l’Amiens SC est en pleine série positive à l’heure actuelle. Les joueurs jouent plus libérés et les quelques points pris sur les relégables leurs permettent de jouer plus sereinement. De plus, le retour de Saman Ghoddos au premier plan, suite à sa coupure post-CAN, permettra de retrouver un numéro 10 en pleine forme, dynamique et fin techniquement, ce qui était également l’un des gros manques sur ces derniers mois.

Enfin, Steven Mendoza et Cheick Timité sur les ailes permettront quant à eux de dynamiter l’attaque amiénoise de deux manières différentes. En l’absence de Guirassy, Christophe Pélissier serait donc bien inspiré de replacer Saman Ghoddos au cœur du jeu, derrière l’inamovible Moussa Konaté en pointe.

Densifier le milieu de terrain selon Cédric Quignon 

L’absence de Serhou Guirassy dans ce fameux 4-4-2 qui a tout changé dans la saison de l’ASC est préjudiciable, mais pas rédhibitoire. S’il semblait former une doublette au final étonnamment complémentaire avec Moussa Konaté, on peut tout de même imaginer Christophe Pélissier tenter un changement poste pour poste mais avec un profil différent. Steven Mendoza qui a déjà joué en pointe et qui semble désormais barré par l’éclosion de Cheick Timité pourrait y être relancé. Il n’apporterait évidemment pas ce point de fixation qui a si bien fonctionné face à Nîmes mais pourrait amener de la profondeur utile à l’extérieur.

Dans un tout autre schéma et face à un adversaire (Angers) pour lequel le coach amiénois n’a toujours pas trouvé la bonne formule (un points pris à domicile en trois rencontres en Ligue 1), j’imagine plutôt voir samedi un milieu à 3 défensifs avec le retour d’Eddy Gnahoré autour du tandem Monconduit-Blin. L’entrejeu angevin étant le point fort de cette formation, c’est sans doute dans cette zone que se situera la clé du match. Cela impliquerait que Moussa Konaté se retrouve orphelin comme seul attaquant de pointe mais avec sans doute plus de possibilités de recevoir des ballons de buts venant des ailes ou à la suite de récupérations hautes.

Miser sur Cheick Timité d’après Quentin Pellaton

Pour remplacer Serhou Guirassy, il est tout à fait envisageable de voir Cheick Timité continuer à prendre ses marques dans le onze de départ. Les dernières sorties du garçon n’ont en effet laissé personne indifférent. Deux solutions s’offrent alors à nous. La première est un retour au 4-2-3-1, avec Moussa Konaté en pointe. Cheick a d’ores et déjà démontré sa polyvalence, et qu’une place sur le côté ne le dérangeait pas. Il est donc tout à fait envisageable de le voir évoluer avec Steven Mendoza, ou encore Juan Otero sur les ailes, afin d’alimenter un Moussa Konaté passé en mode renard des surfaces. Sa rapidité et sa qualité technique remarquée sur les premiers contrôles peuvent faire la différence dans les couloirs.

Mais c’est la seconde qui a mon intérêt : continuer de se familiariser avec le 4-4-2, un système qui commence à porter ses fruits, avec un Cheick Timité qui peut prendre la profondeur quand Moussa Konaté reste dans son rôle de pivot, les ailes pouvant elles être occupées par Juan Otero, Steven Mendoza ou Saman Ghoddos. Il pourra également tourner autour du Sénégalais, qui ira peser sur la défense adverse et remiser sur son jeune partenaire sur les longs ballons. D’autant plus que contre Angers, par exemple, la tour de contrôle Pavlovic sera absente et ne sera pas là pour le gêner.

Votre avis compte 

En l’absence de Serhou Guirassy, suspendu pour trois matches, pour quelle option doit opter Christophe Pélissier ?

5 Commentaires

  1. Être en 4-4-2 laisser timité sur un côté et mettre ghoddos au côté de konate et ajouté gnabore qui est capable avec sa percussion et son jeu de passe sur un côté.

  2. Jouer en 4-5-1 , jouer avec Konaté en attaque avec un milieu à 5 pour renforcer notre milieu avec Ghoddos en 10 , pour donner des bons ballons pour Konaté , c ‘ est mon avis pour jouer à Angers et apres on verra pour les prochains matchs

  3. Jack Lahne est qualifié je pense. Mais sportivement je pense qu’on ne le verra que sur des petits bouts de match, du moins tant que le maintien n’est pas acquis.

Laisser un commentaire