chiffres à retenir

Face à Dijon, Amiens a sorti les muscles après l’ouverture du score de Saman Ghoddos afin d’empocher les trois points. Si le match a été pauvre en situations chaudes, il a toutefois été riche en enseignements de par les statistiques. Petit retour, donc, sur quelques chiffres à retenir après ce match.

Publicité

0

Comme le nombre de cartons donnés par l’arbitre aux acteurs ce samedi soir à la Licorne. Chiffre qui peut paraître surprenant, tant le jeu a été haché par les fautes. Certaines auraient mérité plus de sévérité de part et d’autre ; nous aurons l’occasion d’y revenir.

Publicité

1

C’est la première fois cette saison qu’Amiens remporte un duel face à une équipe qui reste à 11 jusqu’à la fin du temps réglementaire. Pour rappel, Reims et Rennes avaient joué respectivement 54 et 29 minutes en infériorité numérique. 1, c’est aussi le nombre de points que l’ASC possède en plus par rapport à l’année dernière (10 contre 9), alors qu’un quart du championnat est déjà joué – en comptant le match rejoué contre Lille.

Publicité

     > Christophe Pélissier : « C’était important de prendre des points »

3

L’Amiens SC obtient contre Dijon sa troisième victoire de la saison. C’est également le nombre de victoires à domicile, Amiens n’ayant rapporté qu’un seul point de ses trois sorties, celui glané de haute lutte à Saint-Étienne. L’ASC est en effet revenu bredouille de Lyon, Strasbourg et Caen.

Publicité

30

Nos calculs donnent plutôt environ 29,3, mais nous lui faisons cadeau de l’unité restante. Nous parlons bien sûr de la distance en mètres entre le départ du ballon et la ligne de but de Runar Alex Runarsson lorsque Saman Ghoddos a canonné pour l’ouverture du score.

     > Luigi Mulazzi : « Un petit braquage »

37

On termine sur le point noir du match. Nous l’évoquions avec le premier chiffre, 37 est le nombre de fautes commises dans ce match. Moussa Konaté en a d’ailleurs subi à lui seul la bagatelle de 7. C’est le total le plus élevé pour un match de l’ASC cette saison. Même si l’on peut se consoler en se disant que cela a provoqué le coup de canon de Ghoddos, le manque de fermeté de l’arbitre à l’égard des acteurs de la rencontre n’a clairement pas aidé l’attaquant sénégalais à se mettre en exergue sur le terrain.

Quentin PELLATON (avec C.Q. et A.C.)

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire