Amiens SC
MadeInFOOT : IconSport

L’Amiens SC est venu à bout d’une équipe de Dijon qui jouait pour d’abord défendre le point du nul avec un bloc bas. Ce qui a donné une première mi-temps assez fermée. Puis, menés, les Dijonnais ont eu l’obligation d’ouvrir le jeu, lorsqu’Amiens a verrouillé. Ce n’était donc pas le match du siècle mais ces 3 points pourraient être importants en fin de saison. Retour sur les notes du match. 

Publicité

Régis Gurtner (5)

Voila enfin un match sans encaisser de but ! Peu mis à contribution, il n’a quasiment eu aucun travail, bien aidé par une défense qui a su contenir les assauts adverses. Sa note est donc moyenne uniquement parce que le match était assez « simple » pour lui. Il est également aidé par son poteau peu avant l’ouverture du score amiénoise.

Publicité

    > Olivier Dall’Oglio :  » On pouvait jouer longtemps sans marquer « 

Emil Krafth (6)

De retour à son poste après avoir soufflé face à Caen, Emil a été fidèle à ce qu’il montre depuis son arrivée. Tout d’abord, il a contenu les montées adverses avec toute la hargne qu’on lui connait, mais il a aussi tenté d’apporter le surnombre, bien plus que Dibassy sur son côté gauche. Son recrutement ressemble vraiment à une bonne pioche.

Publicité

Prince Gouano (6) 

Son vrai-faux départ semble derrière lui. Tout du moins, pour les matches à domicile. Il faudra confirmer ce regain de forme à l’extérieur, même si la prochaine rencontre représente une montagne pour l’ASC. Quoiqu’il arrive, il se rachète auprès de son public avec des matches solides. Malgré tout, il a raté quelques relances, surtout en première mi-temps.

Publicité

Khaled Adénon (5)

Un peu plus en difficulté que son partenaire de l’axe, il a tout de même bien contenu Wesley Saïd malgré un déficit de vitesse. Mais les quelques actions dijonnaises sont venues de duels le concernant. Il marque cependant un but mais il est justement signalé hors-jeu.

Bakaye Dibassy (5)

De retour sur son côté gauche, il a passé son match quasi-exclusivement à défendre. Peu de projection, mais il a bien défendu dans l’ensemble, allant jusqu’à se sacrifier sur une frappe en seconde période. Du mieux cependant dans sa prestation.

Matthieu Bodmer (5,5)

Il est vrai que beaucoup de spectateurs ont pris pour habitude de se moquer gentiment de lui depuis l’an dernier. Mais cette saison, Matthieu retrouve une seconde jeunesse et apporte énormément. Sa polyvalence est un atout indéniable au regard des différents absents. Placé plus bas dans un milieu à 2, il a surtout combiné avec Ganso. Un match correct de sa part.

Thomas Monconduit (5,5)

Très bon dans les duels, il a tenté à de nombreuses reprises de porter le ballon vers l’avant. Il a récupéré quelques ballons mais a laissé, comme toute l’équipe, l’adversaire dominer la fin de match. Mais en l’absence de Gnahoré, Zungu et Blin, il reste la valeur sûre du milieu amiénois.

     > Amiens SC-Dijon : Quand Sébastien Heitzmann brisait le rêve amiénois …

Juan Ferney Otero (5)

Moins à son aise qu’à l’accoutumée, il a un peu plus joué les petits espaces. De ce fait, il n’utilise pas sa puissance et sa vitesse. Plein de bonne volonté pour compenser les montées de Krafth, il ne lui manque plus grand chose pour devenir décisif. Il laisse sa place en fin de match à Oualid El Hajjam, qui a eu la charge de bloquer le couloir gauche dijonnais.

Paulo Henrique Ganso (5,5)

Le grand ami de Neymar JR débutait son premier match en tant que titulaire dans sa nouvelle maison. Même s’il ne joue pas aussi vite que son ancien partenaire de Santos, il possède une aisance technique que peu de joueurs ont. Tout semble simple dans ses pieds, les déviations, les dribbles. Il ne lui manque que du rythme pour apporter encore plus. Cependant, il délivre une passe décisive sur ce match. Remplacé par le jeune Traoré, qui est venu verrouiller la fin de match et s’est notamment procuré une belle occasion.

Saman Ghoddos (7)

Les dirigeants amiénois ont-il eu raison de tenter le pari Ghoddos malgré la difficulté du dossier (notamment avec Huesca) ? La réponse est OUI ! Non seulement, il marque sur une frappe stratosphérique (son troisième très beau but), mais il est utile dans le jeu et sur les coups de pied arrêtés. Un potentiel qui explique pourquoi de nombreux clubs se sont battu pour obtenir sa signature. Et il démontre un tel plaisir de jouer que le public en a déjà fait un de ses chouchous.

     > Ghoddos porte l’Amiens SC et fait plier Dijon !

Moussa Konaté (5)

On juge souvent un avant-centre sur ses buts. Moussa n’a certes pas marqué, mais son travail de sape a créé de nombreux espaces à ses partenaires. Il obtient également de nombreuses fautes, notamment celle qui précède le but. Malheureusement, pas d’occasion pour lui mais un match tout de même correct.

Christophe Pélissier (6) 

Obligé de composer avec de nombreuses absences, il a fait le pari du jeu en alignant 4 joueurs offensifs et Bodmer capable de créer des occasions à une touche de balle. Ces choix se sont avérés payants. Et lorsqu’il a fallu fermer la boutique pour conserver le score, il a fait rentrer un milieu plus défensif en la personne de Traoré. Un bon coaching de sa part.

Monsieur Batta (Arbitre) (4)

Il avait fait le choix de laisser le jeu se dérouler sans trop sanctionner. De plus, il ne sort pas de cartons sur ce match (ce qui aurait du être fait à plusieurs reprises, notamment pour Rosier). Il refuse un but à Adénon pour hors-jeu justifié. On pouvait s’attendre à pire de sa part.

Dijon FCO (4)

Avec deux lignes bien compactes, Dijon voulait fermer les vannes pour repartir sur des bases plus sereines. En première mi-temps, le plan se déroulait parfaitement, mais sur le but de Ghoddos, les joueurs lui ont laissé tout le temps d’armer sa frappe et tromper leur gardien. Plus entreprenants en seconde période, ils n’ont cependant pas trouvé la faille dans la défense amiénoise malgré une possession plus importante.

Voila le total de points de l’Amiens SC porté à 10, avec une 13e place provisoire. Et surtout, les points de ce match ont été pris face à un adversaire direct. Place à la trêve internationale avant d’affronter l’ogre parisien dans 15 jours. 

Kévin KONRAD (avec M.G, A.C, R.P).

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire