En partenariat avec France Bleu Picardie, le 11 Amiénois vous propose d’élire le joueur du mois de l’Amiens SC. En l’absence de victoire, le mois de janvier a été marqué par un match nul et deux défaites en championnat, ainsi que deux éliminations en Coupes nationales. Reste à savoir quel joueur a tiré son épingle du jeu pour succéder à Alexis Blin, Serhou Guirassy, Steven Mendoza et Arturo Calabresi, respectivement élus joueurs du mois d’août, septembre, octobre et de décembre de l’Amiens SC. Pour rappel, aucune élection n’avait été organisée en novembre. 

Composé de François Sauvestre et Mathieu Dubrulle de France Bleu Picardie ainsi que de Romain Pechon et d’Adrien Rocher du 11 Amiénois et d’Antoine Caux du JDA, notre jury d’experts a sélectionné le trio en lice pour le trophée de meilleur joueur du mois de janvier. Pour rappel, le premier empoche cinq points, le deuxième trois points et le troisième un point. À partir de leur choix, élisez le joueur du mois.

* En cas d’égalité, le choix s’effectue selon le nombre de citations.

L’élection du joueur du mois

À partir de ces cinq avis, la présélection de trois joueurs pour le trophée de joueur du mois de janvier de l’Amiens SC se porte donc sur : Matthieu Dreyer, Serhou Guirassy et Thomas Monconduit. Pour désigner le vainqueur, les votes sont ouverts jusqu’au vendredi 31 janvier à 18 heures.

Le choix d’Antoine Caux (JDA)

Il a peu l’occasion de briller mais il a été à la hauteur du rendez-vous. Matthieu Dreyer, gardien n°2 a montré l’étendue de son talent à Rennes pour les 32es de finale de Coupe de France où il était aligné dans les buts amiénois. Il a repoussé l’échéance jusqu’aux tirs au but même si la séance fut fatale à Amiens. Sa simplicité, sa faculté à répondre présent, son état d’esprit ont montré qu’il était l’un des garants des valeurs qui font aimer l’ASC. Régis Gurtner mérite aussi (encore !) de figurer dans ce top. Car quand la Ligue 1 se prend de passion pour un nouveau chouchou en la personne du Brestois Gautier Larsonneur, Gurtner ne flanche pas : à Brest sa prestation permettait à Amiens de ramener un point. Hélas, il ne pouvait rien sur le but brestois presqu’offert par son coéquipier Diabaté… Thomas Monconduit a insufflé le vent de la révolte face à Reims après, peut-être, la pire mi-temps de la saison. Son entrée en jeu au retour des vestiaires a montré la voie à suivre. L’ASC peut toujours compter sur lui.

Le choix de Mathieu Dubrulle (France Bleu Picardie)

Baladé dans tous les sens durant ce mois de janvier, tantôt latéral droit, tantôt milieu de terrain, Thomas Monconduit affiche toujours une détermination sans faille. Globalement, il s’en est bien sorti, notamment dans un surprenant rôle de meneur de jeu à Brest. Il est aussi auteur d’une entrée marquante et symbolique contre Reims. Dans le rôle du couteau suisse, il a su s’adapter au bricolage de Luka Elsner. Malgré les rumeurs de départ, Serhou Guirassy reste un joueur influent. Il a obtenu deux penaltys, transformant le sien contre Brest, où il a fait un bon match en dépit de la défaite. Ensuite, j’aimerais faire un clin d’œil à Matthieu Dreyer. Il a fait un match extraordinaire à Rennes et il a aussi affiché un incroyable état d’esprit, au point de s’être affirmé en public à propos de sa prolongation de contrat. Dans la situation actuelle, voir un joueur qui veut rester à Amiens, qui démontre qu’il aime ce club. Tout cela est à saluer !

Le choix de Romain Pechon (Le 11 Amiénois)

De retour dans le onze de départ lors de la majorité des matches de ce mois de janvier, Thomas Monconduit a affiché l’attitude de guerrier souhaitée par son président. Pourtant, il n’a pas toujours été mis dans les meilleures dispositions possibles, évoluant à trois postes différents en l’espace de cinq matches. Il reste aussi celui qui a sonné la révolté en début de seconde période contre Reims. Tout sauf un détail. Au cœur du marasme offensif, Amiens n’ayant toujours pas inscrit le moindre but dans le jeu en 2020, Serhou Guirassy reste celui qui parvient à surnager. S’il manque toujours d’efficacité devant le but, son activité a permis d’obtenir deux penaltys, dont un décisif contre Reims. Doublure de luxe, Matthieu Dreyer a prouvé qu’il avait pleinement sa place au sein de l’effectif amiénois. Irréprochable, il a notamment longtemps repoussé l’échéance à Rennes lors du 32e de finale de coupe de France. Le tout au lendemain d’une sortie médiatique remarquée au sujet de sa prolongation de contrat. Marquant à plus d’un titre.

Le choix d’Adrien Rocher (Le 11 Amiénois)

 

Difficile de ressortir trois noms de ce mois compliqué ! Pour autant, l’attitude, l’acharnement et le niveau de prestation de Thomas Monconduit se doit d’être récompensé. Tantôt au milieu, tantôt piston droit, tantôt meneur de jeu, il n’a rechigné à rien et affiché des performances de qualité, surnageant parfois dans le marasme. Pour pratiquement les mêmes raisons, Arturo Calabresi mérite également d’être nommé. Seul point noir au tableau de l’Italien, des performances trop moyennes, qui ne permettent pas d’être compensées par l’allant affiché. Enfin, si l’Amiens SC est parvenu à marquer trois buts en janvier, il le doit à Serhou Guirassy. Toujours aussi généreux dans ses courses, il a su faire mal aux défenses adverses en provoquant deux penalties, en convertissant un par la même occasion. La véritable force offensive amiénoise en janvier 2020.

Le choix de François Sauvestre (France Bleu Picardie)

Durant un mois de janvier encore moyen, Thomas Monconduit sort du lot de par son état d’esprit irréprochable et sa capacité à s’adapter aux différents postes qu’il a eu à occuper. C’est le choix évident. Même s’il reste parfois en difficulté contre des joueurs rapides, Arturo Calabresi répond présent face à la difficulté. En dehors du terrain, il affiche aussi une attitude exemplaire, comme le démontre son désir et sa capacité à apprendre notre langue aussi rapidement. Même s’il n’a pas énormément joué, je tiens à saluer le retour de Moussa Konaté. C’est un peu par défaut mais il symbolise une forme d’espoir pour cette phase retour. Je le sens concerné et désireux de changer les choses.

À lire aussi : 

Matthieu Dreyer (Amiens SC) : « Je pense qu’il y aura des résultats positifs »

Amiens SC : Le trio Guirassy-Kakuta-Konaté est-il viable ?

Amiens SC : Thomas Monconduit, le couteau suisse

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire