Une image a commencé à faire le tour des réseaux sociaux au début de la nuit suivant cette nouvelle désillusion subie par les Amiénois après une défaite ô combien injuste face à l’AS Monaco. Celle-ci se voudrait montrant Luka Elsner en pleurs alors que son équipe vient de passer en quelques minutes d’une victoire retentissante à un si cruel dénouement.

Une image forte, une symbolique 

Suscitant tantôt la moquerie, tantôt la colère, mais plus souvent la compassion, cette image n’a en tout cas laissé personne insensible dans la sphère du football amiénois et bien au-delà. Pourtant, cette capture est sans doute trompeuse. Car le visionnage complet dont elle est tirée tendrait plutôt à montrer un entraîneur abasourdi par le sort qui s’acharne sur les siens comme un chewing-gum tenace collé à leurs crampons. Un homme qui s’est très longuement frotté les yeux comme se réveillant d’un très mauvais cauchemar. Et quand bien même les larmes auraient un temps infime mouillé ses yeux, que devrions-nous en tirer comme conclusion ?

Beaucoup de coaches n’auraient sans doute montré la moindre émotion face à un tel retournement de situation si dramatique qui plongerait pourtant leur équipe au fond du trou. Ils auraient déjà préparé dans leur tête le petit discours justificateur qu’ils iraient servir aux médias quelques minutes après. Et ils se seraient déjà projetés sur leur dimanche et leur parcours de golf prévu de beau matin où ils allaient pouvoir étrenner leur tout nouveau driver pour se vider la tête.

Sur son banc, Luka Elsner ne pense sûrement pas à son dimanche. Il est dans l’instant présent, dans le désarroi, la fatalité, l’injustice. Il s’en veut aussi. Pour ses joueurs évidemment qui vont bientôt s’écrouler au sol, groggy. Mais aussi pour le public de La Licorne qu’il souhaiterait voir fier de son équipe. Il a peur aussi, peur de gâcher une si belle histoire dont il aimerait tant poursuivre l’écriture. Et il respire surtout la sincérité.

Comment vouloir enfoncer un homme sur la base d’une telle image ? Ah oui, Luka Elsner est loin d’avoir tout réussi depuis son arrivée. Passer derrière un mythe n’est pas chose aisée. Ses préceptes tardent à donner leur plénitude dans un championnat de Ligue 1, âpre, dur, physique et où imposer du beau jeu avec qui plus est si peu de moyens est une gageure. Mais le passé est le passé et il faut aussi savoir tourner les plus belles pages pour en écrire d’autres irrémédiablement plus plus incertaines. Et puis renier à ses principes pour un résultat hypothétique ne reviendrait-il pas à tout simplement abandonner, se mentir à soi même ? Mais au contraire, continuer à travailler pour les imposer malgré l’adversité, l’échec ou la fatalité ne serait-il pas une preuve d’extrême courage ?

Ainsi, au moment où le président Bernard Joannin vient une nouvelle fois de lui renouveler sa confiance jusque la fin de la saison et même au delà, il est désormais temps pour tous les réfractaires de se rallier la cause. Car les bilans se tirent à la fin de la guerre, pas après une bataille perdue face une armée 100 fois plus riche que la votre. 

Cédric QUIGNON

Luka Elsner (Amiens SC) : « Ce scénario me met en rage ! »

Alexis Blin (Amiens SC) : « On ne baissera pas la tête »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

10 Commentaires

  1. Détendez vous… Prenez un café et decrispez vous…
    On va finir par jouer figé si ça continue. Et puis franchement…. Ça se joue à quoi une ligue 1? Quand vous recrutez des pépites comme Delort ou Laborde peu importe l’entraîneur…. Il fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Je vois une équipe qui fait le pressing et ne se fait pas tant que ça contrer. Je vois une attaque pas a la hauteur dans les derniers mètres.
    Je vois pour l’avenir…. Ah bah je vois rien en fait j’ai oublié ma boule de cristal sur une aire d’autoroute de l’A7 en 2006…
    Courage Luka. Fini le travail. On se doit de rester dans ce schéma. Si ça rate tant pis. Ya un an on était pas si bien jusqu’à la fin du championnat. Souvenir souvenir

  2. Il y a une période d’apprentissage et de mise à niveau de la L1 qui est inéluctable. C’est valable pour les joueurs comme les entraîneurs. C’est certainement quelque chose qui a été quelque peu sous-estimé en début de saison avec notamment les victoires face aux gros tels que Lille et Marseille. Tout le monde s’est vu un peu plus beau qu’il ne l’était. Les plateaux télé et le classement provisoire. Puis la réalité refait surface et nous avons perdu bon nombre de points malgré des matches pas si mauvais .. ( Brest…). Elsner malgré ses bonnes idées n’a pas encore trouvé le coaching gagnant, celui qui permet de tenir le score jusqu’au bout ou transformer un nul en victoire. Espérons que l’apprentissage soit terminé. Petit budget d’accord mais Amiens n’a rien à envier à Toulouse, Dijon, Nîmes, Metz ou Brest … la descente serait une vraie contre-performance. On voit bien que la pérennité et la stabilité sont essentielles dans les petits clubs de L1. Laissons Elsner travailler jusqu’au bout et finir de remplir la mission qui lui a été confiée. Il sera ensuite temps de tirer les conclusions des décisions prises par la direction mais soyons cohérents. On ne peut pas fixer publiquement comme objectif une dixième place à Pelissier puis dire que nous sommes à notre place aujourd’hui. Cela ne fait pas très sérieux et décrédibilise l’action.

  3. Et bah c’est déprimant de voir certains des commentaires rédigé… je sais qu’il y a de la frustration concernant la situation de l’équipe mais arrêtais de vous essuyez sur Elsner. Le fait de changer de d’entraîneur n’entraînera strictement rien regardais St Étienne, Toulouse, Lyon alors arrêtais un peu et ayez du respect pour M. Elsner ! Les propos du président sont affligeants manque total d’ambition c’est impressionnant d’avoir aussi peu d’ambition. Certaines villes beaucoup plus petite qu’Amiens sont en ligue 1 depuis un sacré moment où on eut une expérience au plus niveau et pendant longtemps donc faut arrêter le manque d’ambition et soit disant le fait qu’Amiens soit anormalement en ligue 1 !!!

  4. Plus aucun intérêt d’épiloguer sur Amiens. Le type est totalement perdu.
    Apparemment personne ne voit les même matchs.
    Quelques phases de jeu pas mal certes, mais arrivé à 20 mètres du but adverse y a plus rien. Sans le cadeau du gardien de Monaco, jamais on marque.

  5. Vous me faites marrer au « 11 amiènois » : le bateau coule et vous nous sortez les violons.
    Vous auriez eu votre place dans l’orchestre du Titanic.
    Tant qu’on a pas touché l’iceberg on pourrait peut-être changer le capitaine qui nous dirige droit dessus, non?

  6. C’est tout simplement la réaction de quelqu’un qui voit son équipe faire un match correct, tenir tête défensivement à un « gros » du championnat, et voir tout s’écrouler à la fin.
    Peu importe ce que chacun en pense, même si certains choix sont discutables, on ne peut pas reprocher à Luka Elsner de ne pas s’investir dans le club.

  7. bravo et merci à Cédric QUIGNON…..! c’est exactement le « papier » que l’on attend de journalistes locaux sérieux et intelligents concernant l’équipe « locale »…..!! PELISSIER a quitté le club, tous les amateurs de foot savaient que AMIENS détenait en la personne de PELISSIER la plus belle « pépite » du club…..Et je faisais partie de ceux là ! Mais maintenant le coach s’appelle ELSNER : il a été choisi par les responsables du club et du coup, tout le monde, de mon point de vue, doit faire confiance à celui qui était le coach lors de la si belle victoire contre l’OM ! « tirer » sur l’ambulance n’apporte rien…..! Les « pseudo supporters » de ST ETIENNE par exemple qui se battent comme des « chiffonniers » n’empêchent pas leur équipe d’être très mal classée ! TOULOUSE qui est à son 3ème coach depuis le début de la saison est toujours dernier de L1 !
    Ce que doit faire ELSNER dans cette situation c’est faire du ELSNER…..! aller au bout de son raisonnement ! Eh oui, samedi contre MONACO nous avons vu une superbe équipe d’AMIENS, et un superbe match de foot ! Meme si l’épilogue fut triste…..! Pour nous les supporters, les joueurs surtout, le coach et tous ceux qui aiment ce club ! La déception ne doit pas nous faire réagir comme d’autres nombreux « abrutis » qui prétendent aimer le sport, le football en particulier.

  8. Quel article gnangnan digne de Lionel Herbet…

    Il n’y a pas de fatalité ou d’injustice ou du moins ces dernières ne durent jamais pendant plus de 3 mois comme c’est le cas aujourd’hui.

    Elsner prend une équipe de L1 en main en ayant comme seul fait d’arme une anecdotique 3ème place en L2 belge. Il se rend surement compte que la L1, c’est un métier et que ça demande de vraies compétences autre que palabrer avec des phrases inutiles comme « le beau jeu », « je veux apporter des idées » etc..
    Elsner est en contrat de qualif , en formation au club et celui-ci en paie malheureusement le prix.

    L’ADN de guerrier qu’on nous ressort actuellement dans chaque interview a été dilapidé par Elsner. Toute l’identité de jeu et les valeurs mises en place par Pelissier ont été balayées du revers de la main par un entraineur totalement perdu, qui change de système à chaque match, qui fait jouer les joueurs à des postes qui ne sont pas les leurs, qui fait rentrer des attaquants quand il faut protéger un score etc

  9. De toute façon le Président pense que notre place est en ligue 2
    Les supporters doivent s’en convaincre. (extrait interview)
    Une fois on doit jouer la dixième place avec Pélissier, avec Elsner on doit s’attendre à jouer en ligue 2
    Très cohérent tout cela.
    Tout est dit !!!

  10. Brest, Nîmes, Angers (…) sont pas si riches que ça !!

    Le président dit on doit se maintenir car jackpot droits Tv.

    Donc on mise sur la continuité ? On garde son entraîneur et investit sur les faiblesses de l’équipe ?

    Que nenni ! On va chercher un entraîneur qui va changer l’ADN, pourtant martelé du club.

    Et quand ça va plus, on rappelle cet ADN de guerrier.

    Pourtant le recrutement ne suit il pas les ambitions poursuivies pour coller aux besoins de jeu du nouvel entraîneur?

    Quel est le poids d’Elsner dans le recrutement? Le même que Pelissier ? Des profils et c’est tout?

    Il y a de quoi s’interroger. On voit bien qu’Elsner est très sérieux. Certains choix interrogent, malgré tout.

    Après techniquement, le niveau des joueurs est assez faible. Les nouveaux joueurs n’ont pas apporté de plus value.

    Et on souffre plus car on ne sent pas la même cohésion défensive et offensive qu’avec Pellissier.

    C’est flagrant quand on regarde les matches d’Amiens et de Lorient cette saison.

    On a pas d’ailliers dans leur couloir (droitier à droite, gaucher à gauche) pour faire des centres et des passes en retrait, excepté Cornette, les autres sont attirés par le centre…
    Choix de l’entraîneur ou il s’adapte aux profils qu’il a ?

Laisser un commentaire