Même si les intérêts ne sont pas forcément convergents, Jean-Michel Aulas est associé à l’Amiens SC dans le recours en référé déposé au Conseil d’Etat. Et alors que cette procédure apparaissait comme celle de la dernière chance pour les trois clubs contestataires, Jean-Michel Aulas aurait encore une carte dans sa manche.

Aulas ne compte pas s’arrêter au Conseil d’Etat

Après le tribunal administratif, le Conseil d’Etat, des sorties médiatiques remarquées et rapprochées, Jean-Michel Aulas pourrait bien sortir un ultime atout de sa manche en cas d’échec du recours en référé. Et cette fois, c’est l’autorité de la concurrence que le président de l’Olympique Lyonnais envisage de saisir, après le tribunal et le Conseil d’État. La raison est simple : l’arrêt forcé du championnat par la LFP sous la pression de nombreux présidents excédés par l’attitude d’Aulas.

Résultat des courses, outre Lyon, Toulouse mais surtout Amiens se sont retrouvés le bec dans l’eau suite à cette décision. Le Parisien affirme que les différents présidents de clubs se seraient réunis sur Whatsapp pour forcer cet arrêt, de quoi permettre de croire au dirigeant principal de l’OL d’être plus que jamais sûr de son fait quant à une irrégularité sur la concurrence dans le championnat de France de Ligue 1. Estimant qu’un complot est présent avec cette entente entre les autres formations de l’élite, Aulas souhaite donc saisir cette autorité de la concurrence.

De quoi promettre une suite mouvementée si le Conseil d’État donne une décision défavorable aux trois clubs engagés contre la LFP. Reste à savoir si l’Amiens SC s’associerait à une telle initiative. Réponse(s) attendue(s) en début de semaine prochaine, vraisemblablement dès lundi.

Source : Le Parisien

A lire aussi :

L’Amiens SC au Conseil d’Etat : L’absence remarquée du gouvernement

Noël Le Graët : « Priorité à la santé plutôt qu’à l’argent »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here