Amiens SC : L’avenir de Christophe Pélissier reste en suspens

Bernard Joannin

En fin de contrat au mois de juin, Christophe Pélissier sera-t-il encore l’entraîneur de l’Amiens SC la saison prochaine ? Questionné à ce sujet, Bernard Joannin considère que le sujet n’est pas d’actualité. 

Priorité au maintien

Au début de saison, Bernard Joannin confiait son souhait d’entamer les discussions à propos d’une prolongation de contrat de Christophe Pélissier dès le mois de décembre. Finalement, le président de l’Amiens SC reconnaissait à l’occasion de ses vœux qu’aucune avancée concrète n’avait eu lieu depuis. Relancé à ce sujet dans le cadre de la Tribune des Sports sur France Bleu Picardie, Bernard Joannin a martelé que ce sujet n’était pas d’actualité. « Dans la vie, il y a un temps pour chaque chose, justifie-t-il. Aujourd’hui, nous sommes dans l’union sacrée pour que ce club d’Amiens fasse une chose exceptionnelle que personne d’autre n’a fait avant, maintenir ce club pour une troisième année de suite en Ligue 1. »

Or, certains craignent que l’aventure se poursuive sans Christophe Pélissier, semble-t-il lassé par le mode de fonctionnement du club amiénois. « Le temps ne presse pas ! Personne ne me dictera mon temps, clame Bernard Joannin. Avec Christophe, on est d’accord que c’est le maintien de l’Amiens SC qui est primordial. On n’est pas dans les discussions car j’ai demandé à tout le monde que ce soit l’objectif unique actuellement. Il n’y a pas de conflit, c’est vous qui les inventez. » Pourtant, les relations entre John Williams et Christophe Pélissier n’ont jamais semblé aussi fraîches. « Dans tous les clubs, il y a un antagonisme entre le conseiller du président et l’entraîneur, assure Joannin. Le manager est là pour manager et l’entraîneur pour entraîner. Chacun son métier ». 

Néanmoins, un départ de Christophe Pélissier ne marquerait-il pas un arrêt dans le développement du club ? « Non, s’exclame Bernard Joannin. Les êtres humains sont importants mais je place l’institution au-dessus de tout, même du présidentJ’ai la chance de travailler avec des gens que j’aime. Ce ne sont pas des mots, c’est la réalité. J’aime Christophe Pélissier, avec qui j’ai une relation affective forte. Comme j’aime Luigi Mulazzi, que j’apprends à apprécier, et comme j’aime John Williams. Personne n’aime se séparer des gens qu’il aime. » Reste à savoir si Bernard Joannin ne devrait pas s’y résoudre dans quelques mois. Toute bonne chose ayant fatalement un fin.

Source : France Bleu Picardie

1 COMMENTAIRE

  1. Si Pelissier part la direction aura sacrément intérêt à vraiment réussir son Mercato estival pour les joueurs, car je doute qu’un autre entraîneur arrive à faire aussi bien ou mieux que Pelissier avec un groupe équivalent

Laisser un commentaire