Après deux mois de compétition, le 11 Amiénois profite de la trêve internationale pour faire un premier bilan sur le niveau de performance des recrues estivales de l’Amiens SC. Place aux joueurs qui nous ont déjà convaincus. 

Christophe Jallet (Nice)

Arrivé à Amiens pour être la doublure d’Emil Krafth, Christophe Jallet a finalement débuté la saison dans la peau du titulaire, suite au départ de l’international suédois pour Newcastle. S’il n’a pas toujours rassuré d’un point de vue défensif, éprouvant parfois des difficultés à terminer les rencontres (ex : Nantes), Christophe Jallet a aussi apporté un dynamisme certain à son équipe. Buteur et passeur décisif contre Lyon, il a mis son expérience au service du collectif. Freiné dans son élan par une blessure à la hanche à Metz, son retour est attendu avec impatience par le staff technique et les supporters.

Aurélien Chedjou (Istanbul BB)

A la recherche d’un défenseur expérimenté, pour prendre la succession de Prince Gouano – éloigné des terrains pour une durée indéterminée, Amiens semble avoir tapé dans le mille avec Aurélien Chedjou. Après une première sortie poussive contre Lyon, l’ancien défenseur du LOSC n’a cessé de monter en puissance au cours de son premier mois de compétition sous le maillot amiénois. Leader naturel, l’international camerounais est aujourd’hui l’un des premiers noms couchés par Luka Elsner sur sa feuille de match. Et s’il forme un tandem convaincant avec Bakaye Dibassy, sa possible association avec Prince Gouano fait déjà saliver beaucoup de monde.

Alexis Blin (Toulouse)

Prêté l’an dernier à l’Amiens SC, pour pallier la grave blessure de Bongani Zungu hors période de mercato, Alexis Blin a été définitivement transféré en Picardie, cet été. Un choix payant puisque l’ancien international espoir a confirmé la bonne impression laissée la saison dernière en s’imposant très rapidement comme l’homme de base de l’entrejeu amiénois. Titularisé à huit reprises, il assure un certain équilibre défensif à son nouvel entraîneur. Le tout dans un secteur de jeu extrêmement concurrentiel puisque Thomas Monconduit et Bongani Zungu s’assoient actuellement sur le banc de touche.

Eddy Gnahoré (Palerme)

Après avoir soufflé le chaud et le froid pour sa première saison à Amiens, en qualité de joueur prêté par Palerme, Eddy Gnahoré semble avoir trouvé la bonne carburation cette saison. Installé dans le onze de départ par Luka Elsner, à l’exception des matches manqués suite à son expulsion à Nice, l’ancien grand espoir du football français a réussi à se canaliser pour devenir une option viable dans un milieu à deux. Capable de porter le ballon ou bien de réaliser la passe qui casse les lignes de pressing adverse, le numéro 5 de l’ASC entre parfaitement dans le moule du milieu de terrain relayeur tel que le conçoit son nouvel entraîneur.

Serhou Guirassy (Cologne)

Plus gros investissement de l’histoire du club, Sehrou Guirassy n’a mis qu’une poignée de matches pour justifier celui-ci. Déjà auteur de trois buts et d’une passe décisive, celle pour Bongani Zungu contre Nantes n’ayant finalement pas été comptabilisée, le but étant accordé à Alban Lafont, l’ancien attaquant de Cologne s’est rapidement imposé comme le point d’ancrage de l’attaque samarienne. S’il  est vrai que la blessure de Moussa Konaté lui enlève sa principale concurrence au poste, il apparaît comme l’attaquant idoine pour une équipe dans la situation de l’Amiens SC. Dévoué pour le collectif, généreux dans ses efforts et opérationnel pour réaliser des tâches ingrates sans ballon, Serhou Guirassy est aujourd’hui l’un des moteurs du onzième de Ligue 1 Conforama.

La Rédaction

A lire aussi : 

Amiens SC : Les flops du début de saison

Amiens SC : Les tops du début de saison

Laisser un commentaire