L’Amiens SC a l’habitude des happy-end

Amiens SC

L’Amiens SC aime les fins de saison. En National, Amiens coiffait Marseille Consolat sur le fil. En Ligue 2, Amiens grillait Lens à la 96ème minute au terme d’une suite de six victoires consécutives. L’an passé, le maintien s’était précisé rapidement avec une 13ème place au classement. Cette année, le club vient d’obtenir son maintien en faisant un très bon dernier tiers de championnat au niveau comptable. Comme les années précédentes, où les Amiénois avaient terminé en trombe, le club a donc remis ça, avec une vitesse de croisière à peine inférieure. Analyse.

Quelques doutes pendant l’hiver

Il y a quelques mois, il semblait difficile d’imaginer que le club occuperait la 15ème place du championnat de Ligue 1 Conforama à la fin du championnat, tant il peinait entre l’automne et le début de l’hiver. En janvier dernier, les défaites successives face aux clubs du haut de tableau  (Paris, Lille, Lyon et Rennes) ont même commencé à inquiéter les observateurs sur la capacité de l’équipe à s’en sortir. Mais l’Amiens SC s’est accroché et a obtenu quelques victoires salvatrices (face à Caen, Nice, Nïmes ou encore Guingamp), des matchs nuls en pagaille et concédé peu de défaites. Qu’est-ce qui a donc permis au club de remonter la pente ?

Les explications :

Les statistiques parlent

Pour y voir plus clair sur la bonne fin de saison comptable, commençons par un aperçu des statistiques marquantes sur le dernier tiers du championnat (13 derniers matchs) :
– 1ère équipe ex-aequo pour le nombre de défaites (seulement 2 défaites, seul le LOSC a fait aussi bien sur cette même période)
– 4ème défense (avec 12 buts encaissés)
– 7ème équipe à domicile (avec 13 points, soit environ 2 points par match)
– 14ème équipe au classement du fair-play LFP (alors que l’équipe était 2ème sur les 25 premiers matches)

À la lecture de ces informations, on remarque plusieurs choses :
– le club a retrouvé une véritable solidité défensive avec la 4ème défense de Ligue 1 (un classement semblable à celui de la saison précédente)
– la Licorne est redevenue une forteresse imprenable, un stade où il est impossible pour les visiteurs de s’imposer (3v, 4n)
– au regard du classement du fair-play, l’équipe a mis plus d’intensité, plus d’agressivité en défense (parfois excessive, n’est-ce pas Serhou Guirassy lors du match face à Nîmes)

Le mercato finalement réussi

Malgré un mercato qui a déçu nombre de suiveurs du club (Gaël Kakuta et Yakou Méité n’ont hélas pas pu signer), les renforts d’Erik Pieters et Serhou Guirassy ont été des éléments qui ont grandement contribué au succès de l’équipe.

Si Erik Pieters a été une véritable surprise au 31 janvier (arrivant de Stoke City en Championship), il a rapidement convaincu le coach et les supporters. Ainsi, il s’est s’affirmé au poste de latéral avec un très bon niveau sur tout le côté gauche du terrain. Il a aussi été un meneur d’hommes. Il a apporté un gros plus à la défense amiénoise et a même marqué face à Nîmes. Enfin, le batave a été nommé 2 fois dans l’équipe-type de L’Équipe (seul amiénois dans ce cas).

De même, Serhou Guirassy, arrivé de Cologne en Bundesliga, a amené sa force physique et sa justesse technique pour combiner en attaque avec un Moussa Konaté de retour de blessure. Il a marqué 3 fois en 13 matches joués, permettant à l’équipe de l’emporter à chaque fois. Serhou a d’ailleurs été l’un des principaux artisans de la victoire lors de la « finale » face à Guingamp (1 but et 1 passe décisive). Il aura à cette occasion validé sa présence dans l’équipe-type de L’Équipe.

Les absences et les retours de blessure

Le coach Pélissier a rencontré pas mal de difficultés avec sa ligne offensive. Saman Ghoddos a été absent tout au long du mois de janvier, l’Iranien jouant la Coupe d’Asie. Viennent s’ajouter à cela les blessures successives de Moussa Konaté, de Steven Mendoza et de Quentin Cornette pendant la première partie du championnat. Les retours des deux premiers ont permis à l’entraîneur de proposer une rotation plus efficace à sa ligne d’attaque car Otero et Timité n’ont pas beaucoup fait trembler les filets en leur absence.

Un nouveau schéma de jeu

À compter du mois de Février, le retour de Konaté et l’arrivée de Guirassy ont permis au tacticien amiénois de proposer un nouveau schéma de jeu en 4-4-2 lors du match face au SM Caen. L’option s’est avérée payante car le but de Konaté est venu éclairer le difficile hiver picard. Le 4-3-3 lui a parfois été préféré, mais ce système avec 2 milieux offensifs en soutien des 2 attaquants a souvent été reconduit.

L’appel à l’union sacrée

Nous en parlions à l’instant, le match face au voisin bas-normand a été la première étape sur la route du maintien. Sentant que le club vacillait au classement, les dirigeants ont alors lancé un appel à l’union sacrée. Pour la rencontre du 9 février, ils ont demandé à chacun de se munir de son écharpe et de faire du bruit à la Licorne. Les joueurs l’ont bien senti, ils ont été poussés plus qu’à l’accoutumée. Et ils ont fini par l’emporter grâce à une tête astucieuse de Konaté qui a lobé le gardien malherbiste. Cette ferveur du stade s’est poursuivie et les joueurs ont apprécié ce soutien inconditionnel.

Les joueurs hissent leur niveau de jeu

Si les recrues de l’hiver ont apporté leur envie et leur technicité, d’autres se sont affirmés davantage :
Jordan Lefort a souvent joué en défense centrale pendant l’hiver et le printemps, relançant bien le jeu et se montrant très solide avec Prince Gouano, de retour à un bon niveau après un début de saison hésitant.
Thomas Monconduit a passé la seconde en redevenant le leader du milieu, à l’avant, au milieu et à l’arrière. Il ne lui aura ainsi manqué qu’un peu de justesse dans le dernier geste face au but. Il a été accompagné par un Alexis Blin ratissant bon nombre de ballons, se démenant à chaque match.
Régis Gurtner a aussi marqué des points à lui tout seul, face à Montpellier notamment, où il arrête un ballon que Gaëtan Laborde croyait déjà au fond des filets.

Comme nous avons pu le voir, la fin de saison de l’Amiens SC a été la meilleure période de la saison au niveau comptable. Les saisons se suivent et se ressemblent donc pour le club. Est-ce que l’année prochaine la course finale amènera le club vers les sommets du championnat ? Nous en reparlerons dans 1 an.

Josué LIENARD

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Phil
Phil
1 année il y a

Happy end le.depart de Pelissier ?
Plutôt une fin.triste tout de même

Régional 2 : Le suspense ménagé jusqu’au bout

Amiens SC : Emil Krafth sélectionné, pas Oualid El Hajjam