Limogé ce lundi par la direction de l’Amiens SC, Luka Elsner a marqué par cinq dates son passage dans le club picard, entre Ligue 1 et Ligue 2.

Publicité

19 juin 2019 : Son arrivée

Alors que les rumeurs faisant état de l’arrivée d’un duo Tanchot-Dupraz pour succéder à Christophe Pélissier étaient de plus en plus fortes, John Williams et Bernard Joannin surprenaient leur monde en nommant Luka Elsner, jeune entraîneur slovène en provenance de l’Union Saint-Gilloise en D1B belge. Passé également par la Slovénie et Chypre, le trentenaire entraîne néanmoins depuis six saisons avant son arrivée en Ligue 1, à l’Amiens SC.

Publicité

17 août 2019 : La première victoire

Quoi de mieux pour se faire accepter auprès des supporters de l’Amiens SC que de signer un succès de prestige dès la première sortie à La Licorne ? Face au vice-champion de France en titre, les Amiénois réalisaient un très bon match et profitaient de près d’une heure de jeu en supériorité numérique pour signer un premier succès après deux journées. Avec cette victoire contre Lille, le faux-départ réalisé à Nice était quelque peu digéré.

Publicité

4 octobre 2019 : L’exploit

Trois semaines après un premier match de gala ponctué d’un bon résultat nul face à Lyon (2-2), l’Amiens SC version Elsner reçoit Marseille devant les caméras de Canal+. Et signait par la même son premier véritable exploit en Ligue 1. Auteurs d’une prestation collective de haut niveau de la première à la dernière seconde, les Amiénois s’offraient tout simplement le scalp d’une des meilleures équipes de la saison. Aleesami, Guirassy et Mendoza permettaient l’exploit, qui, on ne le savait pas encore, allait être une des dernières émotions positives en Ligue 1.

2 novembre 2019 : Le dernier succès dans l’élite

En temps normal, s’imposer sans être brillant et dans la douleur face à un concurrent direct ressemblerait à la performance d’une équipe qui va sauver sa peau en Ligue 1. Contre Brest, l’Amiens SC réalisait un de ses moins bons matches depuis le début de la saison, mais parvenait tout de même à s’en sortir grâce à un but d’Otero et une solidarité défensive de tous les instants. Malgré un penalty rapide manqué par Guirassy mais aussi une prestation insipide, les Samariens faisaient un très bon coup. Mais c’était le dernier dans l’élite du football français.

28 septembre 2020 : La fin

Aux alentours de 16 heures ce lundi, la collaboration entre Luka Elsner et l’Amiens SC prenait fin, après un peu plus d’un an. Le technicien slovène a payé les mauvais résultats qui durent depuis de longs mois, le club picard n’ayant connu qu’un seul succès en 2020, et pointant à la quinzième place de Ligue 2 après cinq journées, concédant deux matches nuls et vierges face à deux candidats au maintien. A une semaine de la fin du mercato, Elsner quitte la Picardie sans avoir eu l’effectif souhaité à sa disposition.

A lire aussi :

Amiens SC : Luka Elsner écarté !

Amiens SC : Luka Elsner est-il en danger ?

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

2 Commentaires

  1. On aurait pu au moins lui laisser sa chance en L2 jusqu’à Janvier vu le contexte du mercato…Bonjour tristesse ! Il était apprécié par ses joueurs. Le costume de numéro 1 juste après Pelissier était sans doute un peu trop grand pour lui malgré de bonnes idées de jeu peu adaptées à un jeune club comme Amiens en L1. Trop tôt. Nous retiendrons les beaux matchs contre les grosses cylindrées qui nous ont fait vibrés dont cette magnifique victoire contre Marseille. Il rebondira dans un contexte plus facile. Un Girard aurait sous doute été plus adapté à l’ASC mais moins facile à gérer pour le duo Joannin-Willlams …qui ne touchait plus terre et pensait révolutionner la L1 en étant « différent » … on voit le résultat. Chasser le naturel et il revient au galop. Il est grand temps de revenir sur terre. La L1, c’est terminé. On essaye de se maintenir correctement en L2. Allez Amiens.

  2. La victoire face à l’OM et le final exceptionnel avec le but de Mendoza. 3-1. Quel plaisir. Mais le reste de la saison n’a pas été à la hauteur, hélas.

Laisser un commentaire