Amiens SC Alphonse
Panoramic

Alors que le début de saison s’avère laborieux pour l’Amiens SC, qui n’a remporté qu’un seul de ses quatre premiers matches de championnat alors qu’un flou permanent demeure au sujet des contours de l’effectif, le 11 Amiénois a trouvé cinq raisons de positiver en dépit de ce marasme ambiant. 

Publicité


Le mercato n’est pas fini

C’est devenu une spécialité maison, l’Amiens SC attend souvent les dernières heures du mercato pour s’activer et parfois trouver la perle rare. C’est ainsi que Danilo Avelar, Bongani Zungu ou bien encore Serhou Guirassy et Erik Pieters sont arrivés dans les dernières heures des fenêtres de tir du mercato. Cette année, qui plus est avec au regard de la situation financière du club en raison de la relégation en Ligue 2 et de la pandémie du Covid-19, le club picard ne devrait pas faire de folies sur le marché des transferts. Pour autant, plusieurs joueurs sont encore espérés par Luka Elsner, prioritairement un ailier en mesure de faire des différences individuelles et un latéral expérimenté et polyvalent, qui devrait être Jon Flanagan.

Publicité


Les mercenaires quittent le navire

Après Saman Ghoddos en début de semaine, c’est Steven Mendoza qui devrait quitter l’Amiens SC dans les prochaines heures, lui qui intéresse fortement le club d’Angers. D’ici le 5 octobre, il pourrait être imité par Bongani Zungu, pour lequel l’idée d’un transfert aux Rangers n’est pas totalement abandonnée, Aurélien Chedjou, Moussa Konaté et surtout Chadrac Akolo, le club cherchant une porte de sortie par le biais d’un prêt avec option d’achat. A l’origine de la relégation en Ligue 2 du club, une très grande partie de ces joueurs ne se sentent plus concernés par le projet amiénois aujourd’hui. Dans un tel contexte, qui plus est au regard de leurs importants émoluments, les voir quitter Amiens ne sera rien d’autre qu’une bonne nouvelle.

Publicité


Les têtes d’affiche patinent aussi 

Si l’Amiens SC ne connaît pas le début de saison espéré, il en est de même pour plusieurs autres têtes d’affiche de Ligue 2. A commencer par Toulouse, l’autre relégué, qui n’a toujours pas gagné le moindre match cette saison. Il en est de même pour Guingamp, qui affiche le même bilan que le club picard après quatre journées, Auxerre, Le Havre ou bien encore Troyes, tous à portée de tir de l’Amiens SC en cas de victoire contre Pau ce week-end. Si le Paris FC, Caen et Sochaux ont déjà amassé beaucoup de points, aucun candidat naturel à la montée n’a réalisé un sans-faute sur ce premier mois de compétition. A tel point que Niort fait aujourd’hui figure de leader surprise.

Publicité


Des jeunes ont su tirer leur épingle du jeu

Contraint de faire confiance aux jeunes durant la préparation estivale, notamment au sein du secteur défensif, Luka Elsner a peut-être bien permis à certains d’éclore et de se faire une place de choix dans la rotation cette saison. Titulaire sur les quatre premiers matches de championnat, Iron Gomis a confirmé qu’il avait le niveau pour avoir un vrai rôle à jouer en Ligue 2, sans doute dans un rôle de milieu relayeur. Tantôt dans le onze de départ, tantôt sur le banc, Jayson Papeau fera sans doute partie de la rotation offensive de Luka Elsner cette saison. Quant à Nathan Monzango, en fin de contrat stagiaire dans quelques mois, il a crevé l’écran en dépit d’un but inscrit contre son camp au Havre. Sans ce début de saison particulier, ces joueurs n’auraient sans doute jamais pu éclore aussi vite sous le maillot de l’Amiens SC.

Amiens n’est pas à son maximum

Bernard Joannin l’a dit, l’Amiens SC ne sera pas prêt avant la mi-octobre. Le tout en raison d’un mercato tardif, de joueurs qui arrivent dans des conditions physiques différentes et parfois même assez précaires. Dans un tel contexte, il est certain que l’Amiens SC est bien loin de son potentiel maximal à cet instant précis de la saison. En tout état de cause, la formation picarde devrait donc monter en régime au fil de la saison. Pour atteindre sa plénitude fin novembre, début décembre ? C’est tout ce que l’on peut souhaiter à Luka Elsner, qui sait aussi pertinemment que le temps perdu ne se rattrape jamais dans une saison. Maintenant, peut-être que le jeu en vaut la chandelle si les dirigeants amiénois parviennent à construire une équipe qui sera ultra-compétitive sur les six derniers mois de la saison.

A lire aussi : 

L’Amiens SC doit rapidement se reprendre en main

[J5] Amiens SC – Pau : l’arbitre du match

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Thierry3
Thierry3
26 jours il y a

Les carottes sont cuites bientôt le National

Boy80
Boy80
27 jours il y a

C est Terminé le football a Amiens

Ramza
Ramza
27 jours il y a

Sérieux arrêter un peu d’être arrogant en vous prenant pour un gros club de ligue 2 alors que tout démontre le contraire. Certes amiens a eu une belle aventure en montant en ligue 1 . Mais bon ça va vous n’avez pas non plus marqué l’histoire de la ligue 1. Les 3 ans en ligue 1 ne vous donne pas un statut, de plus faudrait arrêter de dire que l’équipe jouait bien de bonne individualité et patati patati… Faudrait regarder les matchs franchement c’était vraiment pas ouf. Et s’il vous plaît ne me sortez pas le match contre Paris ou c’est dernier absolument pas motivé et en jouant à peine une mi temps en plantent 4. Maintenant Amiens vas reprendre sa place au sein du ventre mou de la ligue 2.

Nat
Nat
27 jours il y a
Reply to  Ramza

Nous ne sommes pas encore eu top de notre forme ! Pas encore près, nous serons là vraie place d’Amiens dans 1 mois

Pascal D
Pascal D
27 jours il y a
Reply to  Ramza

votre analyse est à la hauteur de votre orthographe….

jean-jean
jean-jean
27 jours il y a

eh bien en voila du positif