Avec onze points au compteur en neuf journées et une onzième place au classement de Ligue 1, l’Amiens SC a globalement réussi son entame. Ainsi, la rédaction du 11 Amiénois profite de cette trêve internationale pour passer en revue les premières satisfactions de ce début de saison.

L’ASC fait enfin tomber les cadors

Après deux saisons complètes en Ligue 1, l’Amiens SC n’était jamais parvenu à faire tomber un gros du championnat. Si la défaite contre l’Olympique Lyonnais (1-2) et le nul héroïque contre le Paris Saint-Germain, déjà champion de France, avaient fait vibrer le public amiénois il y a 2 saisons, il aura fallu attendre la troisième saison en Ligue 1 pour voir Amiens faire chuter un cador. En accrochant l’OL (2-2), un adversaire qui ne lui réussissait pas, mais surtout en battant Lille, le dauphin de la saison passée, et l’Olympique de Marseille, l’un des clubs les plus médiatiques du championnat, au stade Crédit Agricole La Licorne, Amiens a grandement enrichi son tableau de chasse. Des résultats mémorables pour les supporters.

Un indéniable potentiel offensif

Ça n’a pas toujours été le point fort de l’Amiens SC en Ligue 1. Pourtant en ce début de saison c’est l’une des grosses satisfactions. En effet, avec plus d’un but inscrit par match, Amiens se place à la septième place du classement des attaques. Il faut reconnaître que le secteur offensif de Luka Elsner est cette année bien pourvu en qualité mais aussi en quantité. Avec Serhou Guirassy, Moussa Konaté, Juan Otero, Steven Mendoza, Chadrac Akolo, Fousseni Diabaté, Gaël Kakuta et Saman Ghoddos dans le groupe pro et toutes une batterie de jeunes qui poussent derrière (Jack Lahne, Ulrick Eneme-Ella, Darell Tokpa), Amiens est paré pour tenir la distance et faire mal à ses adversaires.

Aurelien Chedjou, le nouveau taulier de la défense

Arrivé dans les derniers jours du mercato estival, Aurélien Chedjou est rapidement devenu le taulier de la défense amiénoise. Après une première sortie poussive contre l’Olympique Lyonnais qui ne dissipait pas les doutes l’entourant, en raison de son âge assez avancé (34 ans), Aurélien Chedjou est rapidement monté en puissance. Et même si Amiens n’est pas parvenu à garder ses cages inviolées depuis son arrivée, l’ancien défenseur du LOSC a affirmé son leadership, prenant le relais du capitaine Prince Gouano, toujours éloigné des terrains. Enfin, son association avec Bakaye Dibassy ne cesse de progresser et apparaît comme un potentiel point fort de l’Amiens SC.

Serhou Guirassy, un pari déjà rentable

Plus gros transfert de l’histoire de l’Amiens SC, qui a investi six millions d’euros pour l’acquérir de manière définitive, Serhou Guirassy n’a pas tardé à rendre la confiance placée en lui par les dirigeants amiénois. Avec trois buts et une passe décisive au compteur après huit rencontres, l’ancien attaquant de Cologne est le principal atout offensif de la formation entraînée par Luka Elsner. Si sa capacité à conclure les actions laisse parfois à désirer, à l’instar de ce tir sur la barre contre Marseille ou de cette reprise à bout portant manquée contre l’OL, Serhou Guirassy demeure un attaquant au service du collectif, capable d’abattre un travail défensif sans commune mesure. En maintenant un tel niveau, il sera à coup sûr l’un des grands artisans d’un nouveau maintien en Ligue 1 de l’Amiens SC. De quoi justifier les six millions investis pour l’arracher des griffes de Cologne l’été dernier.

Luka Elsner, ce séducteur

Après des débuts poussifs, aussi bien sur le terrain qu’au niveau de sa communication, Luka Elsner a clairement revu sa copie en s’adaptant tout d’abord aux exigences de la Ligue 1 et aux qualités de son effectif, puis en protégeant davantage ses joueurs en conférence de presse. Très à l’aise dans l’exercice, il a fini de séduire les médias avec un discours clair, cohérent et argumenté. De quoi donner une image positive de l’Amiens SC, avec à sa tête un entraîneur jeune, dynamique et doté d’une réelle prestance. Reste à confirmer cela sur la durée, à ne pas s’enfermer dans son personnage et, surtout, à ne pas sombrer dans la langue de bois.

Cédric QUIGNON (avec l’ensemble de la rédaction)

A lire aussi : 

Luka Elsner : « M’installer sur un projet longue durée à Amiens »

Ludovic Obraniak : « Associer Christophe Pélissier à la réussite actuelle de l’ASC »

Laisser un commentaire