Amiens SC : Moussa Konaté plus gros salaire du club

Konaté Amiens SC

Comme chaque année, nos confrères de l’Équipe ont publié une enquête sur les salaires des vingt clubs de Ligue 1. Et si l’Amiens SC affiche le quatorzième budget du championnat, le club picard dispose de la dix-huitième masse salariale avec un système de rémunération complémentaire permettant de maîtriser les dépenses. 

Une masse salariale contrôlée

Si la masse salariale a augmenté de douze mille euros durant l’intersaison, Amiens n’a pas fait de folie en versant un quelconque salaire démentiel. Joueur le mieux payé du club, Moussa Konaté plafonne toujours à moins de 60 000€/mensuel. Derrière lui, le trio Saman Ghoddos, Prince Gouano et Thomas Monconduit affiche des émoluments de 40 000€ par mois. À l’instar de plus en plus de clubs de l’élite, Amiens fonctionne avec un système de primes complémentaires permettant de valoriser les joueurs en fonction de leurs performances.

Un mode de fonctionnement défendu par John Williams, le conseiller du président Bernard Joannin : « Il fallait payer les joueurs à la performance et non leur donner des gros salaires. Ils expliquent d’ailleurs en général qu’ils s’en foutent des primes. Là, ils ont l’occasion d’être vraiment récompensés« . En plus de leur salaire fixe, les joueurs de l’Amiens SC reçoivent donc une prime de match allant de 1000 à 2500€. Le montant varie en fonction de leur statut de titulaire, d’entrant ou de remplaçant non utilisé lors d’un match.

Des primes de rencontres qui peuvent également être bonifiées en cas de maintien, comme ce fut le cas la saison dernière. En outre, les joueurs touchent la moitié de la prime de classement versée par la Ligue de Football Professionnelle (LFP) en fin de saison. Des revenus complémentaires qui peuvent permettre à certains de doubler leur rémunération initiale, à commencer par Moussa Konaté et Prince Gouano. Surtout, il n’y a qu’un rapport de un à trois entre les plus gros et les plus petits salaires.

À la recherche de la moindre économie, les dirigeants amiénois sont également parvenus à négocier aux meilleures conditions possibles, les prêts de Serhou Guirassy, Erik Pieters et Emil Krafth, dont les salaires sont en grande partie pris en charge par leurs clubs prêteurs. Un système qui a porté ses fruits ces dernières années. 

Source : L’Equipe

6 Commentaires

  1. D’accord Régis mérite beaucoup mieux en salaire vu ses performances. …Amiens peux le remercier pour la saison dernière lors du maintien et même pour la première partie de saison

  2. Régis porte l’équipe a bout de bras pour lui éviter de couler. Sans lui c’est un goal average désastreux. Il devrait avoir le meilleur salaire .HONTEUX.

Laisser un commentaire