Amiens SC – PSG : les tops et les flops

Après la 12ème défaite de l’Amiens SC face au PSG (0-3), le 11 Amiénois vous livre les tops et les flops de la rédaction pour cette rencontre.

On a aimé :

La mise à l’honneur de Mathieu Bodmer

Quelques minutes avant le coup d’envoi de la rencontre, Mathieu Bodmer s’est vu remettre par ses deux filles un maillot auréolé du chiffre 400, représentant le nombre de matches disputés au plus haut échelon national par le milieu de terrain de l’Amiens SC. De quoi rappeler la formidable carrière d’un joueur qui montre chaque semaine qu’il demeure l’un des piliers de l’effectif de Christophe Pélissier. Chapeau bas.

L’état d’esprit qu’il fallait pour créer l’exploit

Plus joueur mais globalement moins accrocheur lors du premier opus de la saison, face au PSG, l’Amiens SC s’est rappelé au bon souvenir du caractère affiché l’année dernière. Avec un état d’esprit commando et un sentiment de corps prégnant, les Amiénois ont proposé les ingrédients nécessaires pour parvenir à contrecarrer l’armada parisienne. Bien en place pendant 60 minutes, les joueurs emmenés par le capitaine Prince Gouano n’ont fini par plier que sur un cruel coup du sort. Frustrant mais cette mentalité retrouvée finira par payer.

On n’a pas aimé :

L’action qui aurait pu (dû) tout changer

Deux matches d’affilée à domicile et zéro but. S’il ne faut pas comparer le SCO d’Angers qui va lui aussi lutter pour le maintien à l’ogre parisien, le constat reste le même, les Amiénois ne parviennent que trop peu à faire trembler les filets. En effet, si l’on y inclut le déplacement à Bordeaux, les Amiénois n’ont inscrit que 2 buts en 4 rencontres – dont un face à Valenciennes en Coupe de France -, trop peu pour faire fructifier un vrai renouveau dans le jeu.

Un mercato d’hiver vital dans la course au maintien

La dernière action de la première mi-temps, habilement menée mais non conclue par l’ouverture du score demeurera ainsi le premier tournant du match et est symptomatique des difficultés rencontrées en ce moment dans le secteur offensif. Car en rentrant au vestiaire en menant au score, le résultat final aurait pu être tout autre. L’Amiens SC a clairement besoin de « tueurs » en attaque et le mercato doit désormais rapidement s’activer.

L’arbitrage, le facteur X du match

Si l’Amiens SC pouvait être frustré de ne pas avoir ouvert le score lors de la première mi-temps, c’est l’amertume qui prédominait en zone mixe après la rencontre. Et pour cause, entre les fautes amiénoises (pourtant rares) presque systématiquement sanctionnées de cartons contre un réel sentiment d’impunité pour celles concédées par le PSG, un penalty très litigieux même pas vérifié par la VAR et un corner « volé » à l’ASC à la toute fin de la première mi-temps, les hommes de Christophe Pélissier pouvaient avoir des griefs envers le corps arbitral. Oui, les Parisiens étaient plus forts, mais dans ce contexte ils étaient même imBATTAbles.

Cédric QUIGNON (avec l’ensemble de la rédaction)

Laisser un commentaire