Amiens SC – Toulouse : Une inefficacité qui fait peur

milieu de terrain

Après le onzième match nul de l’Amiens SC décroché face à Toulouse (0-0), le 11 Amiénois vous livre les tops et les flops de la rédaction pour cette rencontre.

On a aimé :

Une rencontre à sens unique

Alors que les Amiénois pouvaient potentiellement décrocher leur maintien en cas de victoire, ils ont pris le match par le bon bout dès les premières minutes du match pour ouvrir le score rapidement. Gênés par un bloc bas, ils n’ont eu de cesse d’attaquer jusque dans les ultimes minutes pour tenter de décrocher la timbale dès ce weekend. Dans les intentions, il n’y a pas grand chose à redire. Mais ils fallait plus de justesse pour pouvoir faire tomber une équipe toulousaine pas encore officiellement maintenue au coup d’envoi. Frustrant.

Une défense qui n’a absolument rien concédé

Le gros point positif de cette rencontre de la 36ème journée pour l’ASC. Rarement l’on aura vu le club picard aussi peu inquiété en défense cette saison. Ne concédant que 5 tirs pour 2 cadrés sans aucune occasion franche, Régis Gurtner et ses compères défenseurs auront passé une soirée plus que tranquille. Et ce en l’absence de son capitaine Prince Gouano que l’on espère voir reprendre sa place samedi prochain pour une rencontre à haut risque à Monaco.

Alexis Blin à sa main face à son ancien club

On s’y attendait mais il ne nous a pas déçu. Déjà buteur au match aller, le Manceau a une nouvelle fois prouvé que Toulouse et Alain Casanova avaient sans doute fait une bêtise en ne comptant pas sur lui en début de saison. Très en vue au milieu aux cotés de Thomas Monconduit, Alexis Blin a une nouvelle fois fait montre d’une générosité impressionnante dans l’effort qui a contribué à étouffer l’entre-jeu toulousain. Et vous ne vous y êtes pas trompés en l’élisant MVP de la rencontre à égalité avec son capitaine.

On n’a pas aimé :

Trop de maladresses pour gagner

Le gros bémol de la rencontre malgré un match à sens unique. Car en péchant à de nombreuses reprises dans le dernier geste, les hommes de Christophe Pélissier ont laissé passer leur chance de presque entériner le maintien dès samedi soir. Et même si les Toulousains ont proposé un bloc bas et se sont surtout évertués à ne pas prendre de but, il y avait sans doute un peu mieux à faire dans la zone de vérité. Dommage au vu des résultats des adversaires directs pour le maintien.

> Christophe Pélissier : « Il a manqué de justesse dans le dernier geste »

L’étau se resserre pour le maintien

Victoire de Caen face à Reims (3-2) et de Dijon face à Strasbourg (2-1), ce nul face à Toulouse qui n’est pourtant pas un mauvais résultat en soit, voit donc Amiens perdre une grosse partie de son avance à deux matchs de la fin. Il était écrit que le maintien se jouerait jusqu’à la 38ème et dernière journée  – voire au delà – ce qui promet un Monaco-Amiens SC sous haute-tension samedi prochain. Crispant.

La complaisance de M. Letexier face à la rugosité toulousaine

Si Toulouse a finalement réussi son coup en décrochant le point qui assure pratiquement son maintien, son plan de jeu a bien été avantagé par l’arbitrage laxiste de M. Letexier. Car les hommes d’Alain Casanova ont multiplié les fautes comme seule réponse face à la fougue amiénoise avec finalement très peu de cartons distribués. Et l’on se demande encore comment Jimmy Durmaz a pu terminer le match après notamment son coup de coude asséné à Steven Mendoza en début de première mi-temps. Le match aurait certainement été tout autre. Rageant.

Cédric QUIGNON (avec l’ensemble de la rédaction)

Laisser un commentaire