Amiens SC Tanchot
Panoramic

De retour en Ligue 2, suite à sa relégation en dépit d’un championnat arrêté à la 28e journée, l’Amiens SC a vécu une intersaison mouvementée. Dans la foulée d’un combat juridique à l’issue négative, le club picard n’a jamais réussi à rattraper le retard pris initialement sur le plan du recrutement. Et pour couronner le tout, les dirigeants amiénois nous ont offert le traditionnel imbroglio du dernier jour. Bilan d’un mercato qui laisse (encore une fois) songeur.

Publicité

Une trade deadline décevante

Si l’adage veut que l’on apprenne de ses erreurs, l’Amiens SC ne semble toujours pas avoir retenu la leçon. Comme à chaque mercato, le club présidé par Bernard Joannin a attendu les dernières minutes pour tenter de finaliser son recrutement. Comme à chaque mercato depuis trois ans, l’actuel 17e de Ligue 2 n’a pas mené à terme son ultime dossier. Alors qu’un accord avait été trouvé avec le club du FC Bâle pour le prêt d’Aldo Kalulu, un ailier de 24 ans qui avait inscrit onze buts avec Sochaux lors de la saison 2017/2018, Amiens a finalement fait volte-face à la dernière minute. Un retournement de situation surprenant au regard des difficultés offensives affichées depuis le début de saison, avec seulement deux buts au compteur, soit le plus faible total du championnat après six journées.

Publicité

Le problème est qu’Amiens n’est pas parvenu à dégraisser un secteur offensif qui n’est pas à la hauteur des attentes depuis de nombreux mois. Bien loin de son niveau lui ayant permis d’inscrire treize buts lors de sa toute première saison en Picardie, Moussa Konaté n’a pas été l’objet d’une cour assidue durant ce mercato. Même chose pour Steven Mendoza, second choix d’Angers qui a préféré se rabattre sur Jimmy Cabot et Sofiane Boufal, qui paye son manque de temps de temps et ses exigences financières de l’hiver dernier. Quant à Chadrac Akolo, il n’y a pas que l’Amiens SC capable de miser sur lui, avec une indemnité de transfert hallucinante de 3,5 millions d’euros qu’il a bien fallu honorer malgré la descente en Ligue 2. Finalement, seul Bongani Zungu a fini par trouver une porte de sortie, en s’engageant sous la forme d’un prêt avec les Glasgow Rangers.

Publicité

Un départ pour aucune arrivée, tel est donc le bilan de ce dernier jour de mercato, très décevant dans l’ensemble. Pourtant, Bernard Joannin estimait « qu »il y avait encore des ajustements à faire » lors de sa conférence de presse de vendredi dernier, estimant même « que trois joueurs devaient encore arriver » d’ici la clôture du mercato. Finalement, c’est bel et bien la prédiction de John Williams, le responsable du recrutement, qui s’est pratiquement avérée exacte : « Si l’effectif devait rester comme il est actuellement, personnellement j’en serais très heureux« . Si cette sortie a surpris tout son monde, supporters et observateurs s’accordant sur la nécessite d’apporter du sang neuf à cet effectif, le directeur sportif de l’ASC a finalement suivi à la lettre cette stratégie, sans donner le sentiment de prendre en compte la réalité du terrain depuis le début de saison.

Publicité

Une cuvée peu emballante

Si le mercato s’est donc terminé avec un goût d’inachevé, ce point d’orgue s’inscrit finalement dans la lignée des opérations réalisées depuis la relégation en Ligue 2. En effet, Amiens n’a pas daigné revoir sa copie, continuant d’appliquer la recette qui l’a amené à jouer avec le feu depuis deux ans, jusqu’à cette relégation qui ne doit pas s’expliquer que par le simple arrêt prématuré de la saison 2019/2020. Si cette stratégie pouvait encore s’entendre en Ligue 1, où le club picard avait l’un des plus petits budgets du championnat, cette approche est moins compréhensible maintenant que la formation entraînée (pour le moment temporairement) par Oswald Tanchot est de retour en Ligue 2. Alors que les autres clubs ambitieux ont fait le choix de miser sur des visages bien connus, l’ASC continue de miser sur des choix exotiques, de multiplier les paris et les prêts.

Ainsi, si Molla Wagué et Mickaël Alphonse font un peu figure d’exception, les autres recrues ne sont que des joueurs offrant pour la plupart que peu de garanties sur leur réel niveau (Ciss, Lomotey, Odey, Lewis) et leur faculté d’intégration à la Ligue 2. Surtout, Amiens n’a pas compensé tous les départs réalisés durant l’été. A commencer par celui de dernière minute de Bongani Zungu, aligné devant la défense à Caen le week-end dernier. Si Oswald Tanchot était amené à vouloir persister avec le 4-3-3 utilisé en Normandie, il devra le faire avec seulement trois joueurs à sa disposition (Blin, Lomotey Gomis). Un peu léger alors que John Williams assurait encore que toute les lignes étaient complètes lors de sa prise de parole en fin de semaine dernière.

La donne est sensiblement la même en défense où Amiens a dû tout reconstruire de A à Z, suite aux départs de Bakaye Dibassy, Jordan Lefort, Haitam Aleesami, Aurélien Chedjou, Arturo Calabresi et Christophe Jallet. Si le retour en prêt de Nicholas Opoku a tout de la bonne idée, les dirigeants amiénois n’ont pas senti l’urgence d’apporter de la profondeur dans ce secteur de jeu. Ainsi, l’inconnue est réelle au sujet du poste de latéral gauche. Offensivement, le chantier est encore plus important. Malgré les départs de Gaël Kakuta, Saman Ghoddos et Serhou Guirassy, Amiens n’a pas estimé bon de recruter en conséquence dans ce secteur de jeu, où le seul nouveau visage prometteur semble être Stephen Odey. Pour le reste, il va falloir miser sur une hypothétique rédemption de Juan Otero, Cheick Timité et Chadrac Akolo ou bien le bon vouloir de Steven Mendoza et Moussa Konaté, qui ne rêvaient que d’une seule chose : quitter Amiens durant l’été.

A cela s’ajoute désormais le dossier de l’entraîneur. Amiens va-t-il choisir de miser sur un homme neuf, qui n’aura pas choisi son effectif et qui devra prendre le train en marche ou bien faire le choix de la continuité en installant de manière définitive Oswald Tanchot ? Qu’importe l’identité du nouveau coach, celui-ci devra réaliser un miracle pour parvenir à assembler toutes les pièces d’un puzzle encore inconnu et ainsi permettre à la formation amiénoise de jouer autre chose que le maintien cette saison.  

Romain PECHON

Votre avis compte !


Le bilan du mercato :

Arrivées :

Chadrac Akolo (Stuttgard, td.), Amadou Ciss (Fortuna Sittard), Emmanuel Lomotey (Extremadura), Molla Wagué (Nantes, p.), Stephen Odey (Genk, p.), Mickaël Alphonse (Dijon), Yohann Thuram (Le Mans), Adam Lewis (Liverpool, p.), Jack Lahne (Orebro, rp.), Cheick Timité (Paris FC, rp.), Nicholas Opoku (Udinese, p.), Gaoussou Traoré (Quevilly, rp.), Jayson Papeau (Chambly, rp.),

Départs : 

Serhou Guirassy (Rennes), Thomas Monconduit (Lorient), Jordan Lefort (Young Boys), Ulrick Eneme Ella (Brighton), Gaël Kakuta (Lens), Matthieu Dreyer (Lorient), Madih Talal (libre), Quentin Cornette (libre), Saman Ghoddos (Brentford, p.), Bongani Zungu (Glasgow Rangers, p.), Bakaye Dibassy (Minnesota United), Aurélien Chedjou (Adana Demirspor), Borsi Essele (Lyon), Haitam Aleesami (libre), Mathieu Bodmer (retraite), Christophe Jallet (retraite)

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

11 Commentaires

  1. Depuis des mois la gestion du club est catastrophique…
    Que d erreurs …
    Si ils voulaient torpiller le.club ils n’auraient pas fait mieux
    Apres le discours tout va bien…. le.discours de l.injustice … et des.sorties médiatiques répétées à deux balles, le retour en.national est très proches …

  2. Bien décevant ce mercato on va droit dans le mur ils auraient quand même recruter un attaquant
    Une saison qui s’annonce bien triste

Laisser un commentaire