Lancé dans un combat juridique contre la LFP, qui pourrait s’avérer intense et long, afin de contester sa relégation en Ligue 2, l’Amiens SC a décidé de se battre pour sauver ses intérêts et aussi éviter de subir un lourd revers financier.

Publicité


Un manque à gagner incommensurable 

« Le football, ce n’est pas qu’une question d’argent. Nous ne voulons pas de dédommagement, nous voulons que la Ligue revienne sur sa décision ». Même s’il s’est montré le plus explicite possible à propos des motivations qui ont conduit le club à saisir le tribunal administratif de Paris pour contester sa relégation en Ligue 2, Bernard Joannin a également reconnu que le préjudice d’une telle décision était estimé « entre 40 et 50 millions d’euros ». 

Publicité


Un manque à gagner qui s’explique en partie par le différentiel des revenus en droits TV entre la Ligue 1 et la Ligue 2. De quoi avoir des retombées sur le personnel du club ? « J’ai 1200 collaborateurs, j’ai toujours créé de l’emploi, rappelle le président de l’ASC. On va tout faire pour essayer de préserver l’emploi. Mais si on ne se maintenait pas, on n’éviterait pas un plan de licenciements. Voilà pourquoi je dis que les décisions ont été trop hâtives, ils n’ont pas pensé à leurs conséquences dramatiques. »

Publicité


Persuadé que la justice lui « donnera raison à propos de cette relégation arbitraire« , Bernard Joannin a donc bon espoir d’éviter un cas de figure aussi dramatique. Une des multiples conséquences de cette relégation contestée en justice par l’Amiens SC.

Publicité


A lire aussi : 

John Williams (Amiens SC) : « Le soldat amiénois n’est pas mort ! »

Luka Elsner (Amiens SC) : « Nous n’avons été relégables que six journées »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
TUTO activ'
TUTO activ'
5 mois il y a

J’espère qu’on va gagner le procès.