Elsner Amiens SC
Panoramic

A un peu plus de dix jours de la clôture du marché des transferts, l’effectif de l’Amiens SC est plus que jamais en chantier. Entre anciens cadres en instance de départ, recrues en phase de réathlétisation ou blessées et incertitudes sur le nombre de renforts encore attendus, c’est toute la stratégie globale de recrutement qui interroge les polémistes de l’émission la Tribune des Sports de France Bleu Picardie

Publicité

Revenir à l’essentiel

« D’ici le 5 octobre, on va encore nous ramener des joueurs venus d’on ne sait où, qu’il faudra encore mettre trois mois à réathlétiser ? Avec pour ambition de faire une opération financière en fin de saison ? Et chaque saison, on se retrouve à devoir tout reconstruire ? C’est tout le mode de recrutement qui est pointé du doigt aujourd’hui ! Ce qui était valable en Ligue 1, parce qu’on était le petit, avec une petite masse salariale et un budget limité, ne doit pas forcément l’être aujourd’hui en Ligue 2. N’est-on pas en droit d’attendre des joueurs aguerris à la Ligue 2« , se questionne Mathieu Dubrulle, notre confrère de France Bleu Picardie. « C’est toute la limite du système de recrutement de l’Amiens SC« , lui répond Jean-Louis Croci de France 3 Picardie.

Publicité

« Quand on reprend l’âge d’or du club de 2015 à 2019, on part initialement avec des joueurs français, de Gurtner à Monconduit, rappelle Antoine Caux. Ensuite, quand on arrive en Ligue 1, il fallait réussir des coups. Et de l’extérieur, Amiens donnait le sentiment de réussir son recrutement, en passant sous silence les nombreux flops qu’il y a pu avoir. De retour en Ligue 2, il faudrait faire machine arrière, parce qu’on arrivera plus à attirer des vedettes en fin de carrière, parce qu’il y avait aussi un bon chef de chantier (ndlr : Christophe Pelissier) et que ce n’est peut-être plus le cas aujourd’hui. » Une situation d’autant plus complexe que le chantier semble concerner toutes les pièces de la maison ASC, qui plus est du sol au plafond.

Publicité

« Aujourd’hui, on voit au grand jour toutes les limites de la politique de recrutement à l’Amiens SC. C’est-à-dire qu’on mise sur un amalgame de joueurs, venus d’un peu partout, dans des conditions physiques aléatoires, avec lequel il faut tenter de créer un collectif en un temps-record, détaille Romain Pechon. A son arrivée, on avait même mis en avant le fait que Luka Elsner était polyglotte et qu’il pourrait communiquer avec l’ensemble du groupe. Maintenant, imaginez s’il doit faire cinq discours différents dans le vestiaire avant un match. » « Ca ne peut pas coller avec le profil d’une équipe comme Amiens, assène Antoine Caux. Quand on se retrouve sur les terrains de Ligue 2, où il faut aller à la bataille, on ne peut se retrouver avec des mécanismes qui font que les joueurs ne se comprennent pas. »

Si tout ceci peut paraître banal, mis bout à bout, tous ces éléments peuvent expliquer les difficultés rencontrées par l’Amiens SC depuis de longs mois, en particulier au sujet de cette incapacité à créer un collectif fort, le point névralgique de la réussite du club lors de la double montée de National à la Ligue 1 entre 2015 et 2017.

Source : France Bleu Picardie

A lire aussi : 

De mal en pis pour l’Amiens SC

Amiens SC : Deux clubs de Ligue 1 s’intéressent à Moussa Konaté

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

4 Commentaires

  1. Banalité! rien ne sert de courir il faut partir a point…
    je verrais bien la team du 11amienois prendre la place de Joannin,Elsner et de William,pourraient il faire mieux qu’eux ,j’en doute tout ce que je lis sur le 11amienois n’est que des critiques .pas une seule fois Amiens n’a été mis en avant j’espére que la team du 11 amienois n’est que critiqueurs et non supporters

    • Tu dois lire le 11 amienois depuis 15 jours alors…
      Ils sont plutôt politiquement corrects malgré les purges qu’on s inflige depuis 1an… (Sauf depuis peu où leur exaspération transparaît dans leur articles)
      Mais si un journaliste arrive à pondre un article pour encenser l asc en ce moment, je lui tire mon chapeau

  2. Je ne vois pas comment l’ASC va s’en sortir sans une grande lessive coté dirigeants. Si samedi prochain contre PAU il n’y a pas pas une victoire avec des buts sans en prendre un on pourra tirer l’échelle et penser sérieusement au NATIONAL.

Laisser un commentaire