Amiens SC Calabresi

Suspendue en raison du confinement mis en place pour lutter contre la pandémie du Covid-19, la saison 2019/2020 de Ligue 1 Conforoma a de très fortes chances de se terminer au-delà du 30 juin. Or, une dizaine de joueurs est en fin de contrat à cette date bien précise. De quoi redouter le pire pour l’Amiens SC ?

Une situation insoluble ?

Légalement, tout contrat professionnel se termine au 30 juin, date initiale de la fin de toute saison. Or, les calendriers ont de très fortes chances d’être bousculés suite à l’arrêt provisoire du championnat de France depuis le 13 mars dernier et jusqu’à une date encore indéterminée. En l’état, pas moins de dix joueurs sont ainsi concernés par une fin de contrat qui pourrait bien être prématurée : des joueurs appartenant au club, comme Mathieu Bodmer, Christophe Jallet, Quentin Cornette, Matthieu Dreyer et Madih Talal, mais aussi ceux prêtés par un tiers, à savoir Arturo Calabresi, Chadrac Akolo, Fousseni Diabaté, Nicholas Opoku et Isaac Mbenza.

Ainsi, l’Amiens SC pourrait bien perdre plus d’un tiers de ses forces vives à l’approche de ce qui pourrait bien être le sprint final d’une saison décidément peu commune. A moins que la Ligue de Football Professionnel (LFP) et l’Union Nationale des Footballeurs Professionnels (UNFP) ne trouvent un accord pour prolonger automatiquement les contrats en cours jusqu’à la nouvelle date d’échéance de la saison en cours. Reste alors le cas des contrats de prêt liant l’Amiens SC à des clubs étrangers. Cela nécessitera sans doute l’intervention de l’UEFA afin d’harmoniser des règles à l’échelon européen. Le tout en sachant que certains joueurs peuvent déjà disposer d’un accord entrant en vigueur au 1er juillet avec un autre club.

Ainsi, si l’UNFP se veut favorable quant à la possibilité de prolonger les contrats au-delà du 30 juin, le syndicat des joueurs rappelle que cette mesure ne peut s’imposer aux joueurs, libres d’accepter ou non une prolongation. « Si l’UNFP fera tout son possible pour accompagner les joueurs concernés et les inciter à accepter une telle prolongation, elle ne saurait être garante de la décision finale individuelle de chaque joueur impacté, précise Philippe Piat, son président. Elle rappelle qu’il n’est pas concevable qu’une interdiction de jouer dans un nouveau club en 2020-2021 soit opposée à un joueur qui refuserait une telle prolongation. »

Adepte des contrats courts et des prêts de joueurs, l’Amiens SC pourrait ainsi faire face aux limites d’une politique de recrutement peu onéreuse mais qui pourrait bien lui coûter cher en fonction de l’évolution de la réglementation en matière de contrat. 

A lire aussi : 

Ligue 1 : Pas de reprise avant le 15 juin ?

Amiens SC : Régis Gurtner, le gardien du temple

Laisser un commentaire