Antoine Buron Amiens SC b

Alors que son équipe menait de deux buts après 25 minutes de jeu, Antoine Buron a vu la rencontre basculer suite à plusieurs décisions arbitrales défavorables. De quoi susciter de la déception et une colère froide. Entretien.

Publicité


On imagine que cette défaite suscite beaucoup de déception au regard du scénario…

En terminant à neuf et avec un tel arbitrage, il y a de quoi être déçu et très en colère. On fait 25 premières minutes de qualité, on mène 2-0, tout va bien pour nous, puis sur une action où il y a deux fautes qui ne sont pas sifflées pour nous, Rafael Bandeira finit par faire faute. L’arbitre lui met d’abord un jaune puis revient sur sa décision pour lui assener un rouge. Après ça, on a des situations pour mener 3-0 mais on manque d’efficacité dans le dernier geste. Quand on ajoute à ça un arbitrage à sens unique de la 25e jusqu’à la 94e minute, ça devient compliqué.

Publicité


Et vous finissez par vous faire remonter puis par craquer…

On prend le premier but sur un ballon qui est visiblement sorti du terrain au moment du centre. Le problème est qu’on s’arrête sur cette action, ça leur permet de revenir à 2-1. Comme si ça ne suffisait pas, l’arbitre leur accorde un penalty extrêmement généreux. Je suis impatient qu’on siffle des penalties comme ça dans un match, j’en ai jamais vu et je pense que je n’en reverrai jamais. A 2-2, ça devient compliqué. On finit par en prendre un troisième sur coup de pied arrêté. On a un penalty pour revenir à 3-3 qu’on loupe puis on prend un deuxième carton rouge à un quart d’heure de la fin. On a terminé à neuf sans pouvoir s’octroyer l’espoir de revenir au score. Il y a eu beaucoup trop de faits de jeu défavorables pour un groupe aussi jeune. Je n’ai pas l’habitude de me décharger sur l’arbitrage mais on a eu le droit à un arbitrage à sens unique, un bon arbitrage-maison.

Publicité


Difficile de tirer de nombreux enseignements après un match aussi particulier…

C’est certain. Malgré tout, on doit faire mieux parce qu’on arrive quand même à se procurer les occasions de 3-0, parce qu’on doit continuer à jouer même quand il y a un doute important sur un ballon sorti des limites du terrain. On a aussi fait preuve d’immaturité sur des phases de jeu et des moments du match très importants. Il faut qu’à un moment on progresse sur tout ça. Il faut impérativement trouver les solutions. Après, j’aurais bien aimé voir ce que ce match pouvait donner à onze contre onze. On avait vraiment une très bonne entame de match. Je reste donc sur ma faim. Jouer 65 minutes en infériorité numérique, ça change forcément la donne. D’autant qu’on encaisse ce premier but trop tôt en seconde période. Malgré le contexte, on n’a pas dégoupillé, on a su rester solidaires avec les moyens qui étaient les nôtres. Tout était réuni pour qu’on perde nos nerfs, aussi bien sur le banc que sur le terrain, mais on a montré une vraie maîtrise émotionnelle. C’est une bonne chose mais c’est encore trop maigre.

Publicité


Tous propos recueillis par Romain PECHON

WASQUEHAL – AMIENS SC (b) : 3-2 (0-2)

5ème journée de National 3

Dimanche 11 octobre, 15 heures

Complexe sportif Montagne, Wasquehal

Arbitre : M. Cambon

Buts : Bianchini (20e, 23e)

Expulsions : Bandeira (30e), Baiche (75e)

AMIENS SC : Coudert – Bandeira, Sy, Diagne (c.), Xantippe – Coupelle Baiche, Traoré –  Bianchini, Tokpa, Hérault

Remplaçants : Rongier (g.) Obambot, Thiam, Dos Santos

Entraîneur : Antoine Buron

A lire aussi : 

National 3 : L’Amiens SC (b) renversé et frustré !

Azouz Hamdane (AC Amiens) : « On est dans le trou »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments