Antoine Buron (Amiens SC b) : « Rageant parce qu’il y avait la place pour mieux faire »

Antoine Buron Amiens SC b

Frustré par le manque de réalisme de son équipe dans les deux zones de vérité, Antoine Buron estime que l’apprentissage se poursuit pour les jeunes réservistes de l’Amiens SC, défaits par Saint-Omer (0-2) ce dimanche.

La suite après cette publicité

Quel est votre sentiment à l’issue de cette deuxième défaite de la saison ? 

On n’a pas réussi à confirmer, au terme d’un match typique du National 3. On a fait une première mi-temps cohérente et le mal de notre manque d’efficacité a resurgi, puisqu’on ne marque pas sur nos temps forts. Ensuite, on se fait sanctionner sur un coup de pied arrêté. C’est rageant parce qu’il y avait la place pour mieux faire. Cela fera partie de leur apprentissage de joueur en formation. Il va falloir analyser ce résultat dans la globalité, l’analyser à froid et travailler sur ce qui n’a pas fonctionné.

La suite après cette publicité

Le scénario de match vous était extrêmement défavorable après cette ouverture du score…

Face à ce genre d’équipe, qui était d’abord venue pour bien défendre et ne pas s’exposer, ce n’est jamais simple. On sait qu’à 0-0 ce n’est pas facile, à 0-1 ça devient compliqué et à 0-2 c’est quasiment mission impossible, même si on a donné le sentiment de pouvoir encore renverser la tendance. On a les situations pour revenir à 1-1 et on ne marque pas, ensuite à 0-2 on s’est précipité avec une gestion des émotions qui n’est pas évidente pour des jeunes joueurs. On a eu la maîtrise du jeu mais moins de situations concrètes pour revenir dans le match à 0-2.

La suite après cette publicité

Depuis le début de saison, vous êtes souvent punis dans vos temps faibles…

Quand on traverse des périodes délicates, on se fait effectivement à chaque fois sanctionner. Il faut vite corriger le tir en se montrant plus solides et plus efficaces dans les deux zones de vérité. Aujourd’hui, on a les occasions pour mener au bout de cinq minutes et derrière ce n’est pas le même match. Il faut vraiment travailler là-dessus et mieux gérer nos temps forts et nos temps faibles. Maintenant, c’est toujours plus facile pour une équipe qui a 26-27 ans de moyenne d’âge qu’une équipe qui a 18-19 ans de moyenne d’âge. On est toujours en apprentissage mais il faut aussi prendre conscience de la compétition.

La suite après cette publicité

Après trois journées, le bilan est sans doute loin de vos attentes, avec une victoire et deux défaites ?

Le bilan n’est pas satisfaisant, j’espérais mieux mais il faut encore relativiser. Sur le papier, on avait six 2001 et deux 2002 au coup d’envoi, on était beaucoup plus jeune que face à l’AC Amiens la semaine dernière. Je suis forcément déçu des deux défaites depuis le début de saison mais il n’y a pas forcément eu que de mauvaises choses. Il va falloir s’appuyer sur le positif et corriger ce qui ne va pas. Au-delà des résultats, c’est surtout le contenu qu’il faut analyser. Les scénarios sont à chaque fois différents, c’est très enrichissant pour eux d’être confrontés à tout ça. Je suis convaincu que l’apprentissage nous permettra d’avoir des résultats. Il faut par exemple retenir notre première mi-temps de ce dernier match qui n’est pas si mauvaise que cela.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Azouz Hamdane (AC Amiens) : « On est en train de vivre une période très compliquée »

National 3 : L’Amiens SC (b) rechute

Laisser un commentaire