Antoine Buron (Amiens SC b) : « La somme d’individualités ne suffit pas »

Opposée au Portel pour le compte la seconde journée du championnat de National 3, l’équipe réserve de l’Amiens SC s’est écroulée en seconde période et a hérité de son premier revers de la saison (1-3). Un accident de parcours qui irrite Antoine Buron dans son discours d’après-match. 

Antoine Buron, on vous imagine forcément déçu après cette défaite contre Le Portel (1-3)…

On l’est par le résultat mais on l’est surtout par l’attitude générale de l’équipe et particulièrement de certains individuellement. On a vu une équipe du Portel qui a su jouer, être solidaire, tandis que nous, nous avons été incapables de trouver le bon tempo, d’être solidaires offensivement ou défensivement. La somme d’individualités ne suffit pas, il faut aussi que l’on réussisse à créer un état d’esprit. Ce dimanche, c’est l’investissement qui nous a fait défaut, et non pas la qualité des joueurs. Pour des joueurs qui postulent à jouer en Ligue 1, il va falloir faire plus, en montrer davantage et pour les jeunes qui n’ont pas encore de contrat professionnel, il faut montrer qu’ils sont au-dessus des garçons qui jouent dans un club amateur. Aujourd’hui, on n’a rien montré, ni sur l’état d’esprit, ni sur le plan footballistique. Le résultat est logique.

Tout ça sous les yeux de l’entraîneur adjoint de Luka Elsner…

L’avantage, c’est qu’il y a une réelle entente avec le staff professionnel, Abder (Ramdane, ndlr) était là ce dimanche et c’est bien aussi qu’il puisse voir l’attitude de certains joueurs. On a un effectif assez large cette année avec un groupe homogène, donc des choix seront à faire. Si on a des garçons incapables de s’investir, on en mettra d’autres qui, eux, auront faim. J’ai invité Abder à venir dans le vestiaire car il a aussi une bonne partie des joueurs sous sa semelle la semaine donc c’est bien aussi de dire ce qu’il devait leur dire. Il ne faut pas tout remettre en cause, perdre peut arriver. L’excès de confiance peut en être l’origine, mais c’est à eux d’en tirer les conclusions. On doit être capable de rivaliser face à ce genre d’adversaires, surtout au vu des ambitions individuelles des joueurs.

En phase offensive, votre bloc paraissait scindé en deux tout au long de la seconde période. Quelles en sont les causes ?

On a laissé beaucoup d’espaces entre nous, et on n’a pas accompagné les attaques. De même, on n’a pas fait les contre-efforts devant ce qui a eu pour conséquence d’étirer le bloc. Il faut que l’on trouve un équilibre sur la composition d’équipe. On a beaucoup de joueurs offensifs donc il faut trouver la bonne ossature. S’ils ne sont pas capables de travailler, on fera des choix en mettant des profils défensifs, ce qui engendrera de mettre certains offensifs sur la touche. Il faudra l’assumer, ils feront partie du turn-over en réserve parce que s’ils ne donnent pas entière satisfaction, ils seront amenés à être sur le côté. Je ne vise pas que les professionnels encore une fois, il y a aussi les jeunes joueurs qui sont là et qui doivent montrer plus.

Peut-on considérer les changements massifs de cet été comme une raison du manque de complémentarité entre vos joueurs en ce début de saison ?

Nous, on n’a pas vraiment eu de matches de préparation. On a préparé notre groupe réserve d’une quinzaine de joueurs et on s’aperçoit finalement qu’en championnat, on joue avec une ossature totalement différente. Maintenant, ces garçons doivent être prêts sur le plan technique, physique. C’est à eux de trouver la cohésion nécessaire. C’est évident que nous n’avons pas les automatismes, mais je pense que les principes de jeu sont communs à l’équipe première donc on doit être capable de créer plus.

Propos recueillis par Jean-Baptiste PLOYART

A lire aussi :

National 3 : L’Amiens SC (b) défait par un promu

National 3 : L’C Amiens doit impérativement régler la mire

Laisser un commentaire