Arbitrage : Les nouveautés de la saison 2019-2020

arbitrage

Lors de son Assemblée Générale, l’IFAB a validé certaines modifications des lois du jeu, applicables depuis le 1er juin 2019. Ainsi, il faudra se familiariser avec certaines évolutions qui risquent de perturber le spectateur. Afin de vous aider à tout comprendre, voici un petit glossaire des nouveautés concernant l’arbitrage pour la saison 2019-2020.

La suite après cette publicité

Les remplacements 

Le joueur amené à être remplacé (…) doit quitter le terrain par le point des limites du terrain le plus proche de l’endroit où il se trouve, à moins que l’arbitre ne l’autorise à sortir rapidement et immédiatement au niveau de la ligne médiane ou tout autre endroit (par exemple pour des raisons de sécurité ou en cas de blessure).

La suite après cette publicité

Ainsi, il ne faudra pas être étonné de voir, lors d’un changement, un joueur regagner son banc en sortant par la ligne de touche opposée à son banc. Le joueur doit immédiatement gagner la surface technique ou le vestiaire. De ce fait, pas de possibilité pour le joueur de patienter sur le côté du terrain, par risque d’influer sur le match.

La suite après cette publicité

Officiels d’équipe

L’arbitre a autorité pour infliger un carton jaune ou rouge à des officiels d’équipe qui n’ont pas un comportement responsable. Si la personne fautive ne peut être identifiée, c’est l’entraineur principal qui se verra infliger la sanction.

La suite après cette publicité

Voilà une modification qui devrait permettre aux officiels sur les bancs d’être responsabilisés. En effet, cette nouvelle règle aidera les arbitres à pouvoir, comme pour un joueur, distribuer un carton jaune ou rouge pour un entraineur adjoint par exemple (attention, si la sanction est prise envers une personne du corps médical n’ayant pas d’adjoint, il pourra rester sur le banc, afin de soigner un éventuel blessé). Jusqu’ici, l’arbitre ne pouvait que l’envoyer en tribune. Le carton obligera logiquement le fautif à rejoindre les vestiaires.

Blessure et penalty 

Un joueur blessé est transporté hors du terrain. Une exception est désormais ajoutée si un penalty a été accordé et le joueur blessé en est le tireur attitré.

Cette règle apporte une précision sur un cas particulier (faute dans la surface entraînant un penalty). Si le tireur attitré a subi la faute et doit se faire soigner, il peut se faire soigner sans avoir à sortir du terrain et ainsi tirer le penalty obtenu une fois apte.

Coup d’envoi et reprise 

L’équipe qui remporte le toss choisit soit le but en direction duquel elle attaquera durant la première période, soit d’effectuer le coup d’envoi. L’adversaire se verra ainsi attribuer le coup d’envoi ou le choix du but en direction en direction duquel il attaquera durant la première période.

Auparavant, le vainqueur du toss choisissait son « camp » tandis que le perdant obtenait le coup d’envoi. Ce tirage au sort aura donc plus d’impact et offrira plus de possibilités pour les capitaines.

Balle à terre 

La balle est donnée au gardien si au moment de l’arrêt du jeu, le ballon se trouvait dans la surface. Ce sera également le cas si la dernière touche de balle a eu lieu dans la surface. Et ce même si l’adversaire était le dernier a toucher le ballon. Dans tous les autres cas, le ballon est donné à un joueur de l’équipe qui a touché le ballon en dernier, les autres joueurs devant se tenir à au moins 4 mètres de la « balle à terre ».

C’est une petite évolution qui permettra de plus vite pouvoir reconstruire au lieu de voir des ballons « balancés » vers les gardiens adverses ou en touche, sujet parfois à controverse.

Ballon hors-jeu

Le ballon est hors du jeu quand il touche un arbitre, reste sur le terrain et :

    • une équipe peut entamer une attaque prometteuse, ou
    • entre directement dans le but, ou
    • est récupéré par l’équipe adverse.

Voilà une nuance apportée au principe « l’arbitre fait partie du jeu ».

Main

Les modifications étant nombreuses, voilà ce qu’il faut retenir. L’intentionnalité n’est plus un principe immuable. En effet, si un joueur récupère ou contrôle le ballon de la main en phase offensive et marque ou se créé une occasion franche, la main sera sifflée. Même si elle est non-intentionnelle. Concrètement, toutes les mains des équipes qui attaquent seront sifflées.

De plus, si un joueur tombe et touche le ballon avec la main lui servant à amortir sa chute, il n’y aura plus de main sanctionnée. Il faut pour cela un agrandissement de la surface du corps. Enfin, si un ballon dévié à une courte distance (par un joueur ou un adversaire) touche la main, celle-ci ne sera plus sifflée.

Coup franc rapide

Un coup franc pourra être joué rapidement, même si l’arbitre doit sanctionner un joueur fautif d’un carton, à condition que ce jeu rapide permette de créer une occasion franche. Il signifiera lors de l’arrêt de jeu suivant la sanction envers le joueur fautif.

Concrètement, si une faute est subie à 35 mètres, que l’auteur de la faute doit recevoir un carton, mais que l’équipe qui obtient le coup franc peut, en jouant vite, être en position de marquer, l’arbitre devra laisser le jeu se dérouler. Auparavant, si un carton devait être distribué, le tireur du coup franc devait toujours attendre que l’arbitre mette son carton.

Position des attaquants autour d’un mur

L’équipe attaquante, si un mur d’au moins trois joueurs est formé, doit voir ses joueurs se tenir à au moins un mètre de ce mur. Plus possible de perturber le mur ou créer des brèches. Si c’est le cas, il y aura un coup franc indirect pour l’équipe qui défend.

Penalty

Sur un penalty, les poteaux doivent être immobiles. Le gardien n’a plus le droit de toucher sa barre ou ses poteaux. Et il doit se tenir avec au moins un pied au niveau de la ligne de but lorsque le ballon est tiré. Cette règle a fait débat lors de la Coupe du Monde féminine.

Sur un dégagement 

Désormais, les joueurs pourront venir chercher le ballon dans la surface sur un dégagement. La seule condition est que les adversaires soient hors de celle-ci au moment dudit dégagement. Il ne faudra donc plus attendre que le ballon sorte de la surface.

Ces règlements seront donc appliqués dès la reprise du championnat et pourraient perturber les joueurs, les officiels, les spectateurs, etc. Cependant, ils ont pour but de fluidifier au maximum le jeu. Toujours dans le respect de l’arbitrage.

Laisser un commentaire