Laissé libre par son club formateur, Arnaud Binet a décidé de rejoindre l’AC Amiens après sept années sous les couleurs de l’Amiens SC. Fier de son parcours, le défenseur de 22 ans ne nourrit aucun regret même s’il reste quelque peu dubitatif à propos de la politique de formation adoptée par son ancien club. 

Publicité


Arnaud Binet, comment s’est terminée votre aventure à l’Amiens SC ?

Je n’ai pas eu de proposition pour un contrat professionnel. Je savais donc dès le début de saison que c’était ma dernière année à l’Amiens SC. De toute manière, ce n’est pas une bonne chose de rester des années en équipe réserve. En plus, on bouche la place à des jeunes qui poussent et qui auront peut-être leur chance en équipe première dans le futur.

Publicité


La réserve de l’Amiens SC et l’AC Amiens étant dans le même groupe de National 3, il y aura donc des retrouvailles au cours de la saison…

Ce sera forcément bizarre. J’étais à l’Amiens SC depuis sept ans, ça sera donc quelque chose de disputer un match contre eux sous un autre maillot. Maintenant, ce sera forcément un match particulier et j’espère qu’on le gagnera. Même si je n’ai aucun regret par rapport à mon passage à l’Amiens SC, j’aborderai forcément ce match avec un esprit revanchard.

Publicité


En voulez-vous aux dirigeants de l’Amiens SC ?

Non, je n’en veux pas à tout le monde. Il y a une décision qui a été prise au sommet de la pyramide, c’est comme ça.

Publicité


Comment voyez-vous la saison à venir pour l’Amiens SC ?

On dit souvent que la deuxième saison est plus compliquée car l’effet de surprise est passé. Ils sont connus et reconnus comme les braqueurs. Amiens est une équipe qui a basé son succès sur une très bonne défense et une capacité à se montrer dangereux en contre. Tout le monde connaît désormais leur force et ils vont être davantage attendus. Quant au mercato, c’est assez compliqué pour le moment. Ils perdent certains joueurs qui étaient important la saison dernière et il y a très peu de recrues. Il avait besoin d’épurer leur effectif, c’est la raison pour laquelle certains joueurs sont partis, maintenant il va falloir recruter pour se renforcer mais les dirigeants savent ce qu’ils font. En tout cas, ils nous l’ont bien fait comprendre en fin de saison dernière.

Régis Gurtner et Julien Ielsch sont les deux exemples à suivre à l’Amiens SC. Ce sont des mecs en or que j’admire énormément.

Que voulez-vous dire ?

Ils nous ont fait comprendre que la formation n’était pas leur priorité. Leur idée n’est pas de faire monter des jeunes en équipe professionnelle mais plutôt de relancer des joueurs pour réaliser une plus-value rapide. Ils considèrent qu’ils n’ont pas forcément le temps de former, c’est la raison pour laquelle ils font signer en professionnel très peu de jeunes joueurs formés au club. C’est le choix de la présidence, il a porté ses fruits la saison dernière, faisons-leur confiance. En tout cas, je leur souhaite de se maintenir à nouveau en Ligue 1.

Mais vous craignez que cela soit encore plus compliqué…

Je le pense. Le niveau du championnat ne cesse de s’améliorer. L’an dernier, Amiens a fait de très grosses performances contre les gros clubs qui ont boosté la confiance de l’équipe. Je ne sais pas s’ils seront en mesure de le refaire cette année. Sur le papier, Amiens était une des équipes les plus faibles mais ils ont su compenser avec une envie supérieure aux autres. L’envie sera-t-elle aussi forte cette année ? Ce qui est sûr, c’est que les autres équipes vont aborder les matches contre Amiens avec davantage de concentration. Ensuite, l’effectif est actuellement en chantier. J’espère que les joueurs arriveront suffisamment tôt car Amiens ne pourra pas se permettre de louper à nouveau son départ.

Malgré votre départ, vous allez donc encore suivre ce que fait le club en Ligue 1 ?

Je suis très heureux d’avoir signé à l’AC Amiens mais je vais bien évidemment continuer de suivre ce qu’il se passe à l’Amiens SC. Je vais regarder les résultats tous les samedis soirs et suivre le mercato durant l’été.

Avez-vous gardé des amis au sein de l’effectif professionnel ?

Je suis toujours en contacts avec quelques joueurs. Après, c’est un autre monde, ce sont des joueurs de Ligue 1 ! Je ne vais pas dire qu’ils sont sur une autre planète mais on ne côtoie pas les mêmes personnes. Déjà quand j’étais en CFA2 (ndlr : National 3) avec Amiens, on ressentait le fossé entre l’équipe première et la réserve. Maintenant, Régis Gurtner venait régulièrement nous voir et Julien Ielsch donnait toujours le maximum quand il venait jouer avec nous. A mes yeux, ce sont les deux exemples à suivre à l’Amiens SC. Ce sont des mecs en or que j’admire énormément.

Propos recueillis par Romain PECHON

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments