Deux buts encaissés dans les huit dernières minutes du match et une défaite concédée par l’Amiens SC (1-2) face à Monaco. Une réelle faute professionnelle selon le défenseur amiénois, Aurélien Chedjou.

Aurélien Chedjou, quel est votre sentiment après cette cruelle défaite ?

A votre avis ? C’est clairement une faute professionnelle que l’on a commise ce soir. On fait tout ce qu’il faut, on montre un beau visage et au final on perd de cette manière…

Sur quoi est-ce que ça se joue ?

Sur des détails. Je ne vais pas me cacher, sur le but, je dois fermer un peu plus, je prends sur moi. Sur le deuxième, on doit être plus attentifs, il ne doit pas sauter seul pour mettre ce but. On peut parler, mais sur le terrain, c’est à nous d’être plus mordants, plus tranchants pour que ce genre de points restent à domicile.

Vous avez reculé en fin de match. Etait-ce une consigne ou de la fatigue ?

Ce n’était pas une consigne. Il y a une grosse équipe en face, on ne veut pas perdre et on recule inconsciemment alors que l’on ne devrait pas. Une fois encore, je vous parle ici, mais sur le terrain c’est plus difficile à faire parce qu’en face ça pousse. Je vais me répéter mais c’est une faute professionnelle. Tu ne peux pas mener à la 83è et prendre un but comme ça puis perdre. Tu prends un but et tu fermes pour au moins garder le point du nul. Quand on sait que Paris arrive, c’est difficile à encaisser.

Vous faîtes un bon match à Lyon puis contre Monaco, mais vous ne prenez qu’un point…

C’est frustrant. Quand on voit le contenu de Lyon et Monaco jusqu’à la 85è, on doit avoir au moins quatre points.

Il y a quatre points d’écart avec le barragiste, un trou s’est creusé…

On en est conscients. Que ce soit aujourd’hui ou il y a un mois, on est conscients que l’on est dans une situation où l’on n’a plus le droit à l’erreur. Sur tous les matches qui arrivent il faut lâcher les chevaux et se donner à 100% pour que l’Amiens SC puisse se retrouver le plus haut possible. On est positifs, on travaille. Comme j’ai dit la semaine dernière, ça va tourner, j’en suis persuadé mais il faut qu’on fasse moins d’erreurs. Quand on a les points de la victoire ou du nul, il faut faire le dos rond et fermer l’accès à notre but pour ne pas prendre ce genre de buts.

Il y a une faute d’inattention sur le premier but ?

Clairement, oui, il y a une faute d’inattention de ma part. Je dois couvrir Nicholas. Il perd son duel, certes, mais je dois être un peu plus proche de Ben Yedder. Derrière, il me mange sur la vitesse, il est plus rapide, mais je pense que si j’anticipe, l’action n’est pas la même.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi :

> Luka Elsner (Amiens SC) : « Ce scénario me met en rage ! »

> Robert Moreno (Monaco) : « Gagner comme ça est encore plus beau »

10 Commentaires

  1. Arrête un peu libertédexpretion avec tes 24 fautes professionnelles on est Amiens tu as déjà vu un club finir un championnat sans défaite tu n’avais certainement pas le même discours avant leurs séries de défaites où tout le monde footballistique disait que l’asc pratiquait un des plus beau football
    ALORS SOYONS SOLIDAIRES ET ALLEZ AMIENS

    • Que s’est-il passé à la mi temps du match à Rennes en novembre dernier ? C’est depuis ce match que rien ne va plus, et c’est la question que l’on doit se poser.

  2. Niko vas soutenir LORIENT ils ont un très bon coach et ils vont intégré la ligue1 l’année prochaine!!! Des supporters insupportables voilà comment je vous vois messieurs la critique facile dans les moments dur vous n’aimez pas le club vous le salissez dans cesse!!! Quand nous avons battus Marseille à domicile vous criez tous au génie et aujourd’hui vous retournez votre veste!! PITOYABLE

  3. PSG va venir avec son équipe B, la tête déjà à Dortmund, et comme d’habitude en prenant Amiens pour des bouseux… Donc c’est le moment où jamais et peut être le meilleur pour les prendre s’il en est. Rien à perdre contre PSG puisque la défaite est déjà prévue et resterait logique… Et les autres concurrents pour le maintien auront aussi à les jouer, donc samedi c’est le moment pour se lâcher et faire le match de votre vie. Aucune pression à avoir, ça n’est que du bonus à prendre. On efface le tableau et on repart sur une série d’enfer. Vu le contenu des 2 derniers matches contre des cadors, il y a du progrès. On presse, on se bat sur tous les ballons et si on marque, on FERME ! Kakuta, Mendoza, Otero… C’est le match rêve pour vous montrer enfin et pour trouver un nouveau club au prochain Mercato… Mendoza à été l’un des rares à marquer au PARC au match aller, et il avait fait la misère à l’OM. Pourquoi ne pas recommencer samedi ? Samedi doit être une fête et en cas de bons résultat, soyez en sur beaucoup de choses seront pardonnees. Il faut y croire et ce n’est que du foot….

  4. J’adore vos commentaires enthousiastes. Je suis d’accord. Il ne faut rien lâcher. Et nous, on doit les supporter encore plus.

    Combien imaginait que bourguaux allé marquer à la 96eme.

    C’est le sport. Il faut y croire jusque la dernière minute, la dernière seconde.

    Ceux qui polluent les esprits avec leur message de merde n’ont rien à faire ici. Allez supporter PARIS, vous pourrez jubiler chaque week-end.

    ICI C’EST AMIENS. ET ON VOUS EMMERDE
    NOUS ON Y CROIRA JUSQU’AU BOUT.
    C’EST ÇA ÊTRE SUPPORTER

Laisser un commentaire