Parmi les rescapés du traditionnel onze de départ de Luka Elsner, Aurélien Chedjou a livré un match plein pour permettre à l’Amiens SC de vaincre Angers et ainsi rallier les huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue (3-2). Une compétition qui suscite un fort intérêt chez le défenseur central amiénois. Entretien.

Aurélien, on peut dire que vous avez mérité votre qualification…

C’est une belle qualification. C’est vrai qu’on a un peu vendangé mais on est heureux de passer au prochain tour. Quand Angers égalise en fin de match, on est déçus, on espère ne pas arriver aux tirs au but, ne pas se faire éliminer. Heureusement pour nous, Alexis (Blin) marque sur la fin !

Outre la qualification, ce match a permis à certains joueurs d’avoir du temps de jeu. C’est parfait sur toute la ligne…

Ce n’était pas un match pour donner juste du temps de jeu, on voulait vraiment passer et on a su le faire avec les armes à notre disposition. Si ces joueurs sont dans l’effectif, c’est qu’ils ont des qualités et ils ont répondu présent sur ce match. Encore une fois, on a aussi montré qu’on avait des ressources pour reprendre les commandes après le deuxième but angevin. Il faut se servir de tout ça pour la suite de la saison.

Amiens a faim et ne s’interdit rien dans les coupes nationales…

Bien sûr ! La Coupe de la Ligue, comme la coupe de France qui va arriver par la suite, sont des opportunités de vivre une belle aventure. A nous de se donner les moyens pour aller au bout de ce genre de compétition.

Quel est l’apport de ce genre de compétition pour la dynamique d’un groupe ?

Quand on gagne, ça instaure une bonne ambiance. Ces matches peuvent aussi libérer certains joueurs, leur permettre de se lâcher sur le terrain. Ce soir (mercredi), on passe mais il ne faut pas se voir plus beau qu’on ne l’est réellement. Il ne faut pas s’enflammer et continuer à mettre du coeur sur le terrain pour faire de belles choses.

D’un point de vue personnel, vous êtes au coup d’envoi l’un des seuls rescapés du match contre Saint-Etienne. Comment vous sentez-vous physiquement ?

C’est un peu difficile mais je suis encore là, devant vous, après le match. Si le coach m’a aligné au début du match, c’est parce qu’il avait confiance en moi. On échange beaucoup sur ce sujet, je lui ai donné mon ressenti, et je sais ce que je dois faire maintenant en dehors du terrain pour pouvoir enchaîner contre Brest, samedi. J’ai deux jours pour bien récupérer.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Alexis Blin (Amiens SC) : « Ça tombe sur moi, tant mieux ! »

Quentin Cornette (Amiens SC) : « C’est une belle victoire ! »

Laisser un commentaire