Aurélien Chedjou (Amiens SC) : « Si c’était un grand nom à notre place, on n’aurait pas pris cette décision »


A l’instar de Mathieu Bodmer avant lui, Aurélien Chedjou considère que l’Amiens SC a été sacrifié par les instances du football français et que la décision de reléguer les deux derniers de Ligue 1 n’aurait pas été si simple à prendre dans un autre cas de figure.

La suite après cette publicité

Une pilule qui ne passe pas

« La décision a été prise très rapidement. On ne comprend pas pourquoi. Aujourd’hui, je me sens impuissant. On m’a retiré dix matches me permettant de prouver que j’avais le droit de jouer encore en Ligue 1. On n’était pas condamnés ! Pourquoi les autres pays européens trouvent une solution pour reprendre et pas nous. En plus, on envisage la possibilité de jouer à 22 en Ligue 2 mais ce n’est pas possible en Ligue 1 ? C’est à ne rien y comprendre ! Le son de cloche n’est pas le même à tous les étages, que ce soit au niveau professionnel ou amateur. J’ai les boules parce que nous sortions d’un bon match à Marseille, on pouvait s’en appuyer pour les dix matches restants. On devait encore recevoir Nîmes et Saint-Etienne, on avait donc encore toutes les cartes en mains. On pourra toujours dire qu’on n’avait pas une bonne deuxième partie de saison. Aujourd’hui, nous dire qu’on descend sans pouvoir rien faire, ça nous met la rage. Ce serait honteux que Christophe (Jallet) et Mathieu (Bodmer) terminent comme ça. Si c’était un grand nom du football français à notre place, je suis sûr qu’on n’aurait pas pris cette décision ».

La suite après cette publicité

Source : Amiens SC Football

A lire aussi :

Jean-Michel Larqué : « Ne procéder à aucune descente pour ne pas ajouter du malheur au malheur »

Philippe Piat (UNFP) : « La Fédération ne compte pas accepter un passage à 22 clubs en Ligue 1 »

Laisser un commentaire