Titulaire surprise en défense centrale, après une intersaison marquée par des envies de départ, Aurélien Chedjou admet que la prestation de l’Amiens SC a été plus qu’insuffisante pour espérer mieux qu’un simple match nul sur la pelouse de Châteauroux (0-0). Entretien.

Publicité

Quelle est votre réaction à propos de ce match nul ?

C’est une très mauvaise prestation de notre part. On n’a pas fait ce qu’il y avait lieu de faire, à savoir décaler très rapidement sur les côtés quand ils se sont retrouvés à dix pour pouvoir faire la différence par des centres. On s’est dit qu’inconsciemment, avec le carton rouge, ça allait passer tranquillement. Cette équipe de Châteauroux a défendu comme il fallait, le temps passant a joué en leur faveur, ils se sont crée des occasions… On s’est tiré une balle dans le pied. On n’a pas fait la différence comme il fallait. Je crois qu’on est revenu en deuxième mi-temps avec de meilleures intentions parce que le coach nous a tiré les oreilles dans le vestiaire. La première mi-temps était désastreuse. A onze contre dix, on se devait de gagner, malheureusement, ça n’a pas été le cas.

Publicité

Avez-vous l’impression que certains ont du mal à s’arracher pour remporter ce genre de match ?

Je pense qu’il faut se dire rapidement que l’on est en Ligue 2. Il ne faut pas oublier que le groupe a changé, certains sont partis, d’autres viennent d’arriver. La saison n’a pas commencé comme elle aurait dû. Certains veulent partir, d’autres vont encore arriver, il y a beaucoup de jeunes. Mais ce ne sont pas des excuses parce qu’on est passés à côté de notre match. Les consignes du coach n’ont pas été mises en place comme il le fallait pour faire déjouer Châteauroux.

Publicité

Qu’avez-vous pensé de l’animation offensive ?

Ils se cherchent encore. Les automatismes doivent se mettre en place. Il y a Jayson Papeau qui ne jouait pas l’année dernière, Iron Gomis qui est un milieu axial mais a joué sur l’aile. On va travailler, c’est tout ce que je peux dire. Le championnat est long, je ne me fais pas de soucis. Je sais que Stephen va apporter ses qualités, et avec Moussa qui nous servira de point d’ancrage, on pourra se sortir de là rapidement. Il ne faut pas taper sur les offensifs. En première mi-temps, Nicholas et moi jouions un peu trop bas, on se faisait trop de passes. Il fallait fixer avant de donner pour pouvoir éliminer leur premier attaquant. C’est toute l’équipe qui est à taper ce soir.

Avez-vous le sentiment qu’Amiens est en train de tout gâcher ?

C’est sûr qu’il y a toujours des trucs à améliorer, à commencer par nous les joueurs parce que nous sommes sur le terrain. Après, les dirigeants, je suis certain qu’ils font tout pour mettre le club dans les meilleures conditions et qu’ils travaillent au maximum. Ne croyez pas que la situation leur plaît. Ils ne sont pas contents. Mais s’il faut taper sur des gens, c’est le sportif que l’on regarde. Ce n’est pas au président de jouer, mais à nous, les joueurs. Il y avait peut-être moyen de mieux préparer en amont ce qu’il va se passer, ça je ne sais pas. Pour le moment, je ne suis que joueur.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi :

Luka Elsner (Amiens SC) : « Un point limite inacceptable »

Nicolas Usaï (Châteauroux) : « On aurait pu faire l’exploit »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire