Satisfait du niveau de performance de l’Amiens SC contre l’Olympique de Marseille, Aurélien Chedjou est rapidement devenu un élément moteur de l’équipe, lui qui est arrivé en fin de mercato pour suppléer Prince Gouano. Entretien.

Aurélien, après cette victoire contre Marseille, la trêve va faire du bien ou est-ce dommage qu’elle arrive maintenant ?

Dommage pour qui, nous ou nos adversaires ? Je pense que ça va faire du bien à tout le monde. C’est toujours bien de pouvoir récupérer et voir ce qui a été et ce qui n’a pas été pour être dans de bonnes dispositions pour le prochain match. Je pense que c’est une bonne chose que ça arrive maintenant.

Il y a de gros progrès aussi bien défensivement qu’offensivement. Vous semblez trouver le bon équilibre…

On travaille encore parce qu’il y a des choses à gommer, comme la communication où on ne parle pas assez encore. Il faut que l’on se soutienne un peu plus. Il n’y a qu’en faisant ces erreurs que l’on pourra comprendre, gommer et se sentir mieux. J’espère qu’on le fera de moins en moins pour engranger des points.

Vous avez rapidement trouvé vos marques dans cette défense…

Le coach m’a dit pourquoi il m’a recruté, il fallait que je prenne mes marques assez rapidement. C’est vrai qu’il y a à peine eu la période d’adaptation mais je remercie les mecs qui m’ont bien accueilli et qui m’ont rapidement fait sentir à la maison. Ça ne peut qu’être bien pour moi et l’équipe. J’espère que ça ne pourra que continuer.

Avez-vous eu l’occasion d’échanger avec Prince Gouano ?

Bien sûr ! Il vient regarder les entraînements, on discute, on parle de tout et rien. On ne parle pas forcément de football. Aujourd’hui, il était là à la mi-temps et à la fin du match et on a bien échangé. On est content de l’avoir avec nous.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Aurélien Chedjou : « Pas volé d’avoir battu Marseille »

Aurélien Chedjou : « Les petites équipes comme Amiens font la Ligue 1 »

Laisser un commentaire