Avant Emil Krafth et Saman Ghoddos… Alexandros Pappas !

L’Amiens SC peut s’enorgueillir d’avoir dans ses rangs deux joueurs suédois en la personne d’Emil Krafth et de Saman Ghoddos (si ce dernier est international iranien, il possède la double nationalité et a même disputé deux rencontres amicales  avec « Les Bleus-Jaunes » – mais non reconnues par la FIFA – en y ayant inscrit un but face à la Slovaquie). Pourtant, la filière scandinave avait rarement été explorée par le passé. En se replongeant dans les archives du football amiénois, un seul précédent est à relever, celui d’Alexandros Pappas…

La priorité de Ludovic Batelli

Arrivé à Amiens en provenance d’Örgryte (Première Division suédoise) en même temps que Karl Tourenne et Fabrice Fiorèse au tout début du mercato d’hiver en janvier 2008, le latéral polyvalent d’origine grecque est en fait dans les petit papiers de la cellule de recrutement depuis le mois de novembre. En effet, après un essai fructueux, il convainc le coach Batelli de l’enrôler au plus vite. « On s’est mis d’accord avec lui pour qu’il nous rejoigne dès le 1er janvier. On doit juste trouver un arrangement contractuel pour qu’il ne change pas d’avis d’ici là. Son contrat prend fin le 31 août et comme on ne peut le faire signer qu’au mercato, on voudrait le « réserver » pour éviter qu’on nous le pique avant la fin de l’année. » Alexandros Pappas ne fait pas faux bon et va très vite être installé dans une défense jusqu’alors défaillante, l’ASC pointant à une peu envieuse 18ème place à la trêve.

Impliqué sur un CSC comme seul fait d’armes…

Aligné d’entrée pour le match de reprise en Coupe de France face à Guingamp, il joue l’intégralité de la rencontre remportée par l’Amiens SC (2-1). Il est ainsi logiquement reconduit à son poste pour le déplacement en championnat à Troyes. Une rencontre dans laquelle il va se distinguer… en offrant la victoire aux aubois. En effet, en voulant dégager le ballon loin de son but sur une action adverse, il frappe vers son partenaire David Vairelles, qui trompe bien malgré lui, Sébatien Chabbert le portier picard. Victoire finale de l’ESTAC (1-0), le défenseur suédois ne sera plus jamais aligné sous le maillot amiénois en championnat.

Pappas ne passe pas son chemin

Car l’Amiens SC retrouve très vite des couleurs. En effet les samariens enchaînent enfin une série positive pour s’extirper de la zone de relégation. Aurélien Boche et David Vairelles retrouvent alors leur place de titulaire sur les cotés de la défense. Pappas s’installe ainsi sur le banc ou joue avec la réserve. De nouveau titulaire sur le coté gauche en Coupe de France face au Gazelec d’Ajaccio (victoire de l’ASC 1-0), il n’apparaîtra plus jamais dans l’équipe première et ne participera donc pas à la nouvelle épopée amiénoise en coupe, qui s’acheva par une élimination frustrante à la Licorne en demi-finale face au PSG de Paul Le Guen.

Trois matches et puis s’en va !

Pappas demandera logiquement à être libéré à la fin de la saison. Et malgré un essai non concluant en deuxième division écossaise, il trouvera finalement un nouveau point de chute. Cette fois en Scandinavie, dans le club finlandais de l’IFK Mariehamn, après sa seule expérience loin de ses terres. Si dix ans après, son héritier Emil Krafth nous rappelle à son bon souvenir, nul doute qu’il laissera une emprunte bien plus marquante dans le panthéon du football amiénois.

Alexandros Pappas

Date de naissance: 13 février 1978 (40 ans)

Lieu de naissance: Stockholm – Nationalité : Suède

Sous le maillot de l’Amiens SC :

Ligue 2 : 1 match

Coupe de France : 2 matches

Cédric QUIGNON

Laisser un commentaire