Tenu en échec 0-0 par le leader du championnat de National 3 Marcq-en-Baroeul, Azouz Hamdane se félicitait du travail de ses joueurs et tirait des enseignements positifs à la fin de la rencontre. Entretien. 

Azouz Hamdane, vous avez eu une dernière occasion qui aurait pu vous faire énormément de bien…

Oui. bien sûr, on a eu quatre occasions dont très belles par Despois (70ème) et Martinez (90ème). Mais il y a eu un bon gardien en face, qui a fait le boulot. Mais bon, il était écrit que nous ne pouvions gagner ce match comme ça à la dernière minute. On va encore souffrir jusqu’à la fin de saison. Je retiens quand même le gros point positif que par rapport au match précédent on ne prend pas de but, on arrive à rester à 0-0, donc à prendre un point.

Il y a également des absences qui vous ont conduit à une réorganisation offensive…

Lebrun s’étant fait mal, il était trop juste pour jouer ce soir, et Slidja absent pour raisons diverses n’a pas pu être aligné sur ce match non plus. Il a fallu réfléchir à une autre composition d’équipe. Même si dans l’engagement et dans les principes on est restés fidèle à ce que l’on savait faire. Il aura juste manqué ce brin de réussite et ce grain de folie pour pouvoir faire la différence. J’ai trouvé une équipe très bien équilibré, cohérente et surtout volontaire donc c’est plutôt positif.

Est-ce qu’il y a de la frustration après ce match ?

Il y a encore un peu de frustration car encore un nul et c’est un film qui finit toujours pareil. On est dans le vrai et on est en train d’inverser la dynamique du début de saison, ça se sent aux entraînements et aux matchs. On travailel bien et il ne faut pas baisser les bras, car le travail va finir par payer.

Qu’est-ce qu’il a manqué pour aller chercher ce match ? Du rythme ?

Ce sont deux équipes qui aiment avoir le ballon et la maîtrise tactique pour préparer leurs attaquse. On a l’impression qu’il n’y a pas eu de rythme mais il y en avait énormément. Il faut être propre, efficace quand on a le ballon et on l’a fait. On a pu faire du tort à l’adversaire, et on a eu la maîtrise du match pour moi. On a réussi à imposer l’ambiance du match.

Il semble y avoir eu une certaine peur de perdre, également…

Le maître mot était la patience aujourd’hui, il ne fallait pas donner d’armes à notre adversaire. C’est ce sur quoi j’ai basé mon discours à la mi-temps, on savait qu’ils nous en donneraient, notamment sur les relances du gardien, où on a su en convertir une en occasion, celle de Despois. On avait mis un plan en place avec nos qautre attaquants mais ça n’a pas été conclu par un but. J’ai toujours peur que, dans ce genre de match, on perde patience. Gauthier Banaziak a été décisif sur la seule occasion qu’il aura eu à gérer.

Maintenant que les gros matches sont passés, est-ce que le calendrier vous semble plus abordable ?

Non. Il n’y a pas de match facile, les matchs que l’on a gagné on se les est facilités. On a réussi à être efficace sur certaines périodes du championnat. C’est un championnat qui est vraiment relevé, où toutes les équipes sont fortes, et il n’y a pas de petite équipe. Il faut être bon tout le temps et depuis six ou sept matchs nous le sommes. C’est notre cinquième match nul de suite dans une série de sept matchs sans défaites. Il faut valider ces nuls en victoires derrière. Il faut vite engranger une dynamique de victoire pour se donner un peu d’air.

Propos recueillis par Victor DEMARCY

A lire aussi :

> National 3 : L’AC Amiens fait toujours du surplace

> Régional 2 : L’AC Amiens (b) décolle, les Portugais font du surplace

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments