Sonné après la nouvelle défaite de son équipe, la quatrième en autant de rencontres pour l’AC Amiens depuis le début de saison, Azouz Hamdane a eu le mérite de nous répondre pour tirer un constat douloureux mais lucide de la situation de son club, à l’agonie en ce début de saison. Entretien. 

Publicité


Comment analysez-vous ce match ?

Je ne sais pas trop quoi dire, si ce n’est que je n’ai pas les solutions. Je suis un petit peu démuni, je suis encore dans la réflexion alors que le temps presse. Réfléchir, ça va bien cinq minutes. J’ai beau prendre des décisions, tester des choses, c’est toujours le même résultat. Pourtant le match avait bien commencé parce qu’on marque au bout de cinq minutes sur pénalty, mais derrière c’est comme d’habitude, on encaisse un but sur un coup de pied arrêté. Pendant vingt-cinq ou trente minutes, les joueurs ont mis un projet tactique en place seuls, ils ont décidé ça d’eux-mêmes et on a pris l’eau. Le deuxième but arrive sur un schéma tactique qui n’était pas du tout travaillé. Ils ont décidé d’aller presser tout seul malgré les consignes données et c’était un peu bizarre. On a pris le deuxième but à cause de ça. J’avais surtout demandé d’avoir un bloc médian à une certaine hauteur pour aller presser à partir de cette ligne-là, mais ils n’en ont fait qu’à leur tête. J’ai repris les choses en main, ça allait mieux mais on n’était pas plus dangereux que ça. J’ai fait des changements en leur demandant de repartir sur les consignes vues en début de match.

Publicité


Mais ça n’a pas eu l’effet escompté…

Cette équipe de Chantilly ne nous a pas trop mis en difficulté en deuxième mi-temps, bien au contraire on a marqué pour égaliser mais on reprend un coup de pied arrêté. Derrière ils se font sortir deux joueurs et le cirque a commencé. C’était du n’importe quoi. On a manqué cruellement d’intelligence et de lucidité. C’est une équipe qui n’a pas la tête à l’endroit, moi le premier. On va devoir se remettre la tête à l’endroit et essayer de continuer à bosser comme on le faisait. J’espère que ça va finir par tourner, il n’y a pas de raisons. On fait de bonnes choses, on est présents, j’ai vu des joueurs qui avaient énormément envie, mais il faut que l’équipe entière soit au diapason et ce n’est pas le cas. Je me questionne énormément et j’ai même un questionnement personnel avec qu’il soit sur les joueurs. A partir de là, on verra ce que l’on peut faire. Je suis très déçu pour les joueurs et le club. Encore une fois, j’avoue mon incapacité aujourd’hui à trouver des solutions. Je change les joueurs, le système… On est soumis à la limite de certains sur le plan mental, technique ou tactique, sur la régularité à avoir dans un match. Est-ce que je suis toujours à ma place, parce que c’est surtout de moi dont il est question, c’est moi le premier responsable. Je vais en discuter avec les membres du staff à tête reposée, puis avec les dirigeants pour connaître la meilleure solution afin d’améliorer la situation. C’est quand même le club qui est le plus important dans tout ça.

Publicité


Pourriez-vous envisager de vous mettre en retrait ?

On ne peut rien exclure dans cette situation. Toutes les options sont sur la table. Je ferai au mieux pour le club. Il ne s’agit pas de moi, mais surtout du club. Si j’arrive à trouver les mots et à remettre tous les têtes à l’endroit, c’est parfait, mais j’ai déjà besoin de remettre la mienne en place avant de pouvoir parler aux autres. Il va falloir du temps parce que c’est une période très difficile à vivre. On doit surtout rester tranquille et bien réfléchir à tout ça.

Publicité


Tous propos recueillis par Romain PECHON et Adrien ROCHER

A lire aussi :

National 3 : L’AC Amiens n’y arrive pas

Régional 2 : L’Amiens Portugais lâche le derby

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments