Azouz Hamdane (AC Amiens) : « On a l’avantage d’être dans une situation confortable »

Après une saison 2019/2020 inachevée et assez frustrante, Azouz Hamdane a bon espoir de rejouer les premiers rôles la saison prochaine. Pour cela, il compte sur un groupe stable et une préparation estivale plus encadrée qu’à l’accoutumée. Entretien.

Azouz Hamdane, où en êtes-vous dans la construction de votre effectif pour la saison prochaine ? 

On prend notre temps, on ne se presse pas. Beaucoup de joueurs restent donc on n’a pas forcément besoin de remplacer. C’est un confort pour nous et c’est bien de partir pour une troisième année avec un groupe à 80 ou 90% similaire. Ce n’était pas arrivé depuis un long moment et c’est très intéressant pour nous. Il va falloir essayer de recruter en faisant de bons petits coups par-ci par-là. On avait discuté l’an dernier avec Romain Kwinta qui avait choisi le projet de Longueau. Aujourd’hui on s’est mis d’accord et on verra comment va tourner cette collaboration. On a aussi Lilian N’Goma qui arrive, après être passé par Amiens, Troyes et le Portugal. C’est un petit jeune qui aura son mot à dire, parce que c’est un bon joueur, assez polyvalent sur les postes défensifs. Il est formé latéral droit mais peut jouer en défense centrale. C’est un très bon gamin dans l’état d’esprit et il a un fort potentiel. On a quelques profils intéressants de côté mais on prend notre temps. J’ai donné mes profils au président, on s’est mis d’accord et on discute énormément là-dessus pour ne pas faire n’importe quoi. Mais on a l’avantage d’être dans une situation confortable parce que la majorité des joueurs reste.

Aujourd’hui, il n’y a donc que le départ du deuxième gardien à enregistrer ?

C’est exactement ça. Nous n’avons que ce départ imprévu à déplorer. On avait un accord de principe pour qu’il reste mais ce n’est pas très grave. On cherche donc un deuxième gardien, un excentré et un profil défensif parce que Richie Dilemfu a été opéré et sera malheureusement absent pour le début de saison. Il s’est fait les croisés sur un match amical avant le confinement et il en a encore pour quatre ou cinq mois avant de revenir et c’est une grosse perte. Je cherche un deuxième gardien parce que je ne souhaite pas que Judicaël Boizart le soit. J’ai besoin de garanties et je ne suis pas parti sur ce schéma.

Des rumeurs envoient Bamba Diarrassouba vers le National 2, qu’en est-il ?

Eh bien il était encore en discussion avec le président cette semaine ! Tous mes joueurs ont été sollicités, Bamba encore plus de par son passé. Il souhaite rester, il en a discuté avec le président et je vais en parler avec lui pour fixer les choses. S’il est amené à partir, il partira, mais c’est un joueur potentiellement sur le départ même si rien n’est fait.

Repartir avec un groupe similaire semble être de bon augure pour la saison prochaine…

Complètement ! Maintenant, les adversaires nous connaissent aussi et il faudra régler des choses dans la préparation. L’avantage c’est que l’on va avancer plus vite dans ce qu’il y a à travailler et on n’est pas obligés de repartir de zéro. On peut accélérer le processus, c’est ça le plus intéressant avec un groupe comme celui-là. On pourra aller plus loin sur le plan tactique, les relations dans les déplacements. C’est quelque chose d’intéressant qu’on ne peut pas forcément faire avec un nouveau groupe. Mon groupe a aussi des difficultés, je ne les oublie pas. On est restés sur une dizaine de matches sans défaite, mais on ne les a pas tous gagnés, et on aurait pu en gagner bien plus. Je pense que tout le monde a bien conscience de tout ça et il faut continuer et on va repartir là-dessus. Avant même de parler de tout ça, il faudra remettre toutes les têtes et les organismes à l’endroit pour repartir avec de vrais footballeurs. C’est pour ça qu’on a fait le choix de prendre en charge toute la préparation du début à la fin sans qu’ils ne gèrent rien.

Parce que c’est un saut dans l’inconnu sur le plan physique…

Il y avait un grand manager américain qui disait qu’il se préparait toujours au pire pour que le meilleur arrive. Je m’attends à ça, on est préparés au pire et on ne sera pas surpris. Tant mieux si les joueurs ont travaillé, je sais que certains l’ont fait mais je ne suis pas sûr que tout le monde l’ait fait. Mais on adaptera, on individualisera, on travaillera par groupes en faisant des tests sur les premières séances pour savoir sur quoi axer notre organisation et notre travail. On travaillera comme ça pendant deux semaines, et ensuite seulement on reprendra le travail collectif, à partir du 27 juillet pour nous amener à la première journée de championnat le 29 août. J’ai demandé à mon staff de travailler là-dessus, je leur ai donné les orientations.

L’arrivée de Yohane Moreira sera un soutien primordial…

Aujourd’hui, un adjoint est essentiel. J’ai travaillé pendant quinze ans tout seul avant d’avoir Jean-Paul Lucas, puis un préparateur de gardien de but et c’est très compliqué de tout porter tout seul. L’adjoint n’est pas forcément « utile » sur le banc, mais avec un groupe très jeune et parfois immature comme celui que j’ai, on a besoin d’énergie et de trouver le juste milieu dans la communication. Je pense que des gens comme Yohan Hamadi ou Yohane Moreira c’est la complémentarité parfaite avec moi. Je suis très exigeant et je peux parfois agacer les joueurs. Ils ont donc besoin de cette soupape de récupération mentale ne serait-ce que pendant les séances d’entraînement où l’on peut passer d’un discours à un autre. Ça permet de récupérer les joueurs. Ça s’est très bien passé avec Belkacem Zobiri et je n’ai aucun regret sur la tournure des événements avec Yohane. Je sais l’état d’esprit dans lequel il est, c’est quelqu’un de positif, qui sera respecté par les joueurs. Il inspire le respect et c’est le choix idéal.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

AC Amiens : Découvrez le programme de reprise

Romain Kwinta (AC Amiens) : « Renouer avec ce niveau pour me relancer »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Philippe Piat (UNFP) : « La L1 à 22 clubs n’est pas une plus-value pour notre football »

match référence

L’Amiens SC en Ligue 1 : Saint-Etienne, un poignard nommé Cabella