Azouz Hamdane : « Les joueurs se sont emparés du projet de jeu »

Image : AC AMIENS FOOTBALL

Alors que l’AC Amiens est en tête du championnat de National 3 à bientôt mi-parcours, Azouz Hamdane considère que le mérite en revient à ses joueurs, acteurs du projet de jeu qu’il avait imaginer en début de saison avec l’ensemble de son staff. Entretien. 

Après onze journées et alors que vous équipe est leader et invaincue, avez-vous le sentiment que celle-ci a atteint une forme de maturité collective ? 

Je ne le dirais pas comme ça. Ils ont pris conscience de ce qu’il faut mettre comme ingrédients pour remporter ou perdre un match. Ils savent le chemin qu’il faut entreprendre. Quand ils ont décidé de faire un bon match, très peu d’équipes peuvent nous mettre en difficulté. A contrario, quand ils sont un cran en-dessous, on peut très vite se mettre dans le dur. C’est la difficulté de ce championnat. Plus que de maturité, je parlais d’équilibre collectif. C’est cet équilibre qui nous permet d’être là, on a des joueurs réguliers à un bon niveau de performance, du gardien jusqu’aux attaquants. On a aussi cette faculté à basculer sur un autre projet de jeu quand il nous manque un ou deux joueurs. Face à Saint-Quentin, il va nous manquer Rosso et Binet, on aura donc un visage différent.

C’est-à-dire ? 

C’est qui est intéressant avec cette équipe, c’est qu’on peut être sur des modes différents. On a le mode joueur de foot, guerrier, plus défensif, intelligent tactiquement, discipliné. Je redécouvre réellement mon équipe et certains joueurs que j’avais déjà la saison dernière. Certains n’hésitent pas à nous interroger sur le contenu de ses séances, auxquelles ils participent par leur intervention. En match, ils n’hésitent pas non plus à proposer des changements. De manière générale, les joueurs se sont emparés du projet de jeu, de l’équipe. C’était mon objectif, et depuis trois-quatre matches, il est réellement rempli. C’est sûrement dû aux bons résultats mais ça correspond au profil des joueurs à notre disposition.

Parmi les leaders, Mickaël Despois a très vite retrouvé son influence sur le jeu amiénois. Cela change beaucoup de choses de l’avoir à nouveau à disposition…

Micka, c’est un joueur que j’ai fait grandir. Cela a toujours été un joueur important. Quand je l’ai vu partir, j’ai tout de suite su que ce serait compliqué. C’est un profil qui nous a fait défaut toute la saison dernière, je suis persuadé qu’avec lui, ou un autre joueur de son profil, on ne descend pas en National 3. On a tenté de le faire revenir à la trêve hivernale mais cela n’a pas été possible. Aujourd’hui, on se rend compte de tout ce qu’il apporte à l’équipe. Il revient de loin, il revient de l’enfer ! Il ne faut pas oublier là où il était il y a encore cinq-six mois. On l’a aidé et aujourd’hui, il nous le rend bien. C’est un joueur précieux, en pleine maturité, qui prend le jeu à son compte.

Pour faire simple, vous avez autant besoin de lui qu’il a besoin de vous…

C’est tout à fait ça. C’est tout le cadre d’une relation forte, où il faut avoir un intérêt commun. Peut-être qu’ils ne le savent pas ou peut-être qu’ils ne s’en rendent pas compte, mais c’est comme ça que ça fonctionne.

Il ne reste plus qu’un match d’ici la trêve. L’ambition première est-elle de conserver cette invincibilité ? 

Très sincèrement, je ne réfléchis pas du tout comme ça. Je vous assure que si vous ne m’aviez pas fait la remarque il y a trois journées que nous étions encore invaincus, je n’aurais pas trop porté attention à cela. Ce qui m’intéressait, c’est la progression de l’équipe. Je constate que l’on est invaincu après onze journées mais le principal est ailleurs. Il faut que les joueurs gardent la main sur le projet, qu’ils continuent à travailler et à s’investir autant. S’ils continuent en ce sens, les résultats suivront.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire