Azouz Hamdane : « Un groupe qui manque de compétiteurs »


Déçu par le comportement de ses cadres lors de la défaite face à la réserve de Boulogne-sur-Mer (0-1), l’entraîneur de l’AC Amiens tire la sonnette d’alarme et attend une réaction face à Tourcoing, samedi. Entretien.

La suite après cette publicité

Comment expliquez-vous cette deuxième défaite de rang ? 

Quand tu ne marques pas, je ne sais pas trop quoi dire. Il manquait énormément de joueurs mais ce n’est pas Boulogne qui nous a posé des problèmes. Dilemfu, Villier, Corain et Diallo, qui remplaçaient les manquants, ont fait une très bonne prestation, mais quand les joueurs forts ne sont pas au niveau escompté, on ne peut pas espérer grand-chose.

La suite après cette publicité

Cette défaite n’est donc pas imputable aux remplaçants…

Les absences n’étaient pas une excuse ! Ce ne sont pas ces joueurs-là qui ont fauté. Ce sont les joueurs qui ont soi-disant l’expérience qui frustrent parce qu’ils ne touchent pas de ballon, parce qu’ils ne sont pas dans la bagarre. C’est vraiment fatigant, et la frustration constante sur le match ne leur permet pas d’être lucide lorsqu’ils ont les occasions et c’est pour ça qu’on ne les met pas. Pour certains joueurs, quand ça ne va pas comme ils veulent, ils rentrent la tête dans les épaules et ils ronchonnent comme des U15. Ça nous cause pas mal de soucis offensivement, malheureusement.

La suite après cette publicité

Vous terminez mal une phase aller qui était presque parfaite jusqu’ici…

Cette défaite est complètement différente de Saint-Quentin. C’est Boulogne qui gagne le match, et c’est même l’AC Amiens qui l’offre à Boulogne ! Ils ont joué avec une équipe de jeunes qui nous a donné une leçon sur la discipline tactique. Ils n’ont fait que défendre, mais on n’a pas su apporter les réponses techniques à ça, et les réponses mentales encore moins. C’est vraiment le soucis, et ça nous coûtera cher si on ne corrige pas cet aspect-là, parce qu’on a l’équipe qu’il faut, on fait une première partie de saison que l’on clôture avec deux défaites que l’on peut éviter.

La suite après cette publicité

Vous tirez clairement la sonnette d’alarme à propos des attitudes…

Le souci, c’est qu’on a un groupe qui manque de compétiteurs. Il n’y a pas de guerrier. Les seuls que l’on a, ils sont sur le banc ! Sur le terrain, je n’ai pas l’impression que ça ait réellement envie de se battre et d’aller au combat. On est l’équipe sympa à jouer. On ne fait pas mal en attaque, on n’est pas tranchant dans nos attitudes. Donc on est toujours ronflant, ronronnant, jouant un jeu monocorde. Ça manque de changement de rythme, de tonicité, de vitesse d’exécution dans les enchaînements. C’est ça qui nous fait mal sur ce match.

Vous escomptez donc une réaction contre Tourcoing…

C’est le minimum ! On va récupérer deux joueurs (Miri et Isambart), donc on va retrouver de la technique, de la tonicité et un peu de vitesse aussi parce que nos latéraux, sur ce match, c’était une catastrophe offensivement. Ils n’ont rien apporté, que ce soit Lemarié ou Villier. Notre force, c’est aussi la vitesse que nos latéraux peuvent apporter. On s’est privé de ces points forts contre Boulogne. Il faut les retrouver très rapidement.

Tous propos recueillis par Romain PECHON (avec Adrien ROCHER)

Laisser un commentaire