Pilier de la défense de l’Amiens SC, Bakaye Dibassy est impatient de rencontrer Marseille, dimanche. Même si la formation entraînée par Rudi Garcia déçoit depuis le début de la saison, l’international malien assure que ce genre de match est toujours particulier. 

Vous allez défier Marseille, dimanche, en prime time sur Canal +. Ressentez-vous une pression supplémentaire ?

On ne calcule pas trop cela. Marseille reste un grand club français et c’est toujours un plaisir de les affronter. Il n’y a pas de pression supplémentaire. Cela reste un match de football, on les a déjà affrontés plusieurs fois. Comme d’habitude, on aura quatre-vingt-dix minutes pour donner le meilleur de nous-mêmes et prendre des points.

Il n’y a pas de motivation supplémentaire à l’idée de jouer l’OM ?

Si, on peut parler de motivation supplémentaire. En plus, c’est à la maison, devant nos familles et nos supporters. On va tout donner parce que ce sont des matches plaisants à jouer. D’autant que cela reste Marseille avec tout ce qui va avec. Peu importe où ils seront, les joueurs qu’il y a, l’OM ça ne bougera pas. C’est un logo, une histoire et un prestige.

Avez-vous le sentiment que cette équipe est aussi costaude que l’an dernier ?

Il n’y a pas vraiment eu de changement. Ils ont toujours une très bonne équipe, il y a toujours Adil Rami, Dimitri Payet, Luiz Gustavo (ndlr : suspendu pour cette rencontre), Florian Thauvin et Steve Mandanda. Ce sont tous des internationaux, certains sont même devenus champions du monde, c’est vraiment costaud.

N’avez-vous pas l’impression que l’on a un peu tendance à minimiser ce match en raison de la forme actuelle de l’adversaire ? 

Ce genre d’équipe, il ne faut jamais les minimiser. Même si Paris, Marseille ou Lyon donne le sentiment d’être moins bien, il faut toujours se méfier. Même moins bien, tu sais pertinemment que ça peut faire très mal quand tu regardes la feuille de match. On ne les minimise pas et il n’y a aucune raison de le faire. Ils sont moins bien mais ils sont toujours là. L’an dernier, on tenait le même discours à la même période. Finalement, ils sont venus gagner ici, ils ont fini au pied du podium puis ils sont allés en finale de l’Europa League.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire