Bakaye Dibassy : « Il faut se méfier de Monaco »

Questionné lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match, l’international malien Bakaye Dibassy se veut rassurant quant à la situation de l’Amiens SC, qui possède toujours deux points d’avance sur le barragiste, mais préfère ne pas sous-estimer les qualités du prochain adverse du club Picard, l’AS Monaco. Entretien.

Dans quel état d’esprit vous vous trouvez à l’approche de cette rencontre face à Monaco ?

Je me sens bien. J’ai passé une bonne semaine, on a bien travaillé depuis le match de Toulouse, donc on est prêt à aller à Monaco et prendre des points.

C’est forcément un match particulier à deux journées de la fin de la saison…

C’est un match important, comme tous les autres, mais là on est dans le money time depuis deux matches donc il faut prendre des points à chaque rencontre. On est devant, donc la pression reste sur les autres, nous, on se doit de prendre des points et de continuer à avancer. On préfère être dans notre position aujourd’hui que dans la leur. On doit ne penser qu’à nous, et pas aux résultats des autres.

Vous sentez un quelconque stress en n’étant toujours pas maintenu ?

Non, tout va bien. La pression est positive, comme pour chaque match. On connait l’importance du match de demain, et on est tous des professionnels dans le groupe. On a tous conscience de l’importance du match.

Et face à vous, vient se dresser un adversaire en grande difficulté…

On connaît leur saison, les problèmes qu’ils ont rencontrés sont les mêmes pour tout le monde. C’est le haut niveau, et à Amiens aussi on connaît nos difficultés personnelles à notre échelle. Chacun éprouve des difficultés, c’est ainsi.

Vous les sentez fragiles ces Monégasques ?

Il faut s’en méfier, ce sont des joueurs de talent. Quand on fait face à des champions du monde comme Djibril Sidibé ou Fabregas voire Falcao, il faut rester vigilant. A tout moment, ils peuvent dégoupiller donc il faut se méfier d’eux. On sait qu’en face ils sont mal-classés mais qu’ils ont des joueurs d’une très grande qualité.

Vous êtes sur une série de sept matches nuls en huit matches, est-ce que cela pèse sur les joueurs de ne pas gagner ?

Non, ça ne pèse pas. On est dans les cordes car l’objectif du club est le maintien. On continue à travailler pour essayer de maintenir le club en Ligue 1. Ni de la part du staff ou de la direction, il n’y a pas eu de pression quelconque par rapport à cet objectif. Ils nous encouragent, ça fait du bien, et nous aussi on essaye de donner le meilleur pour parvenir à atteindre l’objectif.

Et cet objectif peut être atteint dès demain en cas de victoire ! Vous y pensez ?

Bien sur, on y pense. On sait que ce ne sera pas facile mais on sait également que, si l’on ramène trois points de Monaco, ce sera terminé. Pourquoi pas !

D’après vous, comment faudra-t-il jouer cette rencontre ? Attaquer sans relâche ? Attendre les Monégasques pour les contrer ?

Je ne sais pas trop. On aura les consignes de notre coach à appliquer mais comme pour tous les matches, il faudra s’imposer dans les duels et techniquement aussi. Il s’agira aussi de pouvoir faire mal quand on en aura l’occasion, comme on sait le faire. Etre efficaces dans les zones décisives, en défense comme en attaque.

Vous sentez émerger une certaine assurance depuis que vous ne perdez plus en Ligue 1 ?

Quand on n’arrive pas à gagner certains matches, on se doit de ne pas les perdre. Et comme je l’ai dit, dans le money time, il faut toujours continuer à prendre des points, à avancer, peu importe les résultats des concurrents. Et c’est ce que l’on a réussi à faire. C’est sûr qu’on aurait pu l’emporter sur certains matches, mais on a toujours réussi à rester solide. On doit continuer notre petit bonhomme de chemin.

Propos recueillis par Romain PECHON avec Jean-Baptiste PLOYART

Laisser un commentaire