Bamba Diarrassouba : « L’AC Amiens n’a rien à faire en National 3 ! »

Arrivé dès la reprise de l’entraîneur afin d’effectuer un essai, Bamba Diarrassouba a très vite convaincu les dirigeants l’AC Amiens. Joueur à la carrière plutôt fournie, il a rejoint le club dans un but bien précis : l’aider à retrouver un niveau qui doit être le sien. Entretien.

Quel a été votre parcours avant votre arrivée à l’AC Amiens ?

Tout d’abord, je n’ai pas fait de centre de formation. En effet, je suis passé par des clubs amateurs sur Paris (ndlr: Sarcelles, Villiers le Bel, Saint-Brice) avant de rejoindre l’US Créteil. Avec ce club, j’ai gravi les échelons en jouant successivement en équipe 3, puis en équipe 2 avant de jouer en National avec l’équipe première. C’est à ce moment-là que le club est monté en Ligue 2. Et j’ai donc pu signer mon premier contrat professionnel. Ensuite, je suis allé à Fréjus, puis en D1 Bulgare. Là-bas, j’ai pu me confronter à des clubs comme Ludogorets, très en vue en Ligue des Champions cette année-là. Après ce contrat professionnel, j’ai eu une opportunité de signer aux Herbiers, avec qui nous sommes allés en finale de Coupe de France. Enfin, la saison dernière, j’ai évolué en National 2 avec le C Chartes, club qui a été tout proche de monter en National 1. Concernant mes qualités, je suis un défenseur central athlétique, avec une bonne relance et un sens de l’anticipation qui permettent de couper au mieux les attaques.

Pourquoi avoir répondu favorablement aux approches de l’AC Amiens ?

En premier lieu, j’ai choisi Amiens pour des raisons privées, souhaitant me rapprocher au maximum de Paris et de ma famille. Par des intermédiaires, j’ai pu entrer en contact avec le club. Après avoir connu le projet d’Amiens, j’ai tout de suite été intéressé. Ce que mes conseillers m’avaient dit sur le club, je l’ai de suite vu. J’ai directement senti une vraie envie du club que je signe. Mais les dirigeants et le coach souhaitaient voir dans quelle forme physique j’étais et si j’allais m’adapter au groupe. Ce qui, honnêtement, a été très vite le cas. Une fois rassurés sur ma condition physique, j’ai pu signer mon contrat au club. Ce club me permettra de me relancer et j’espère permettre aussi à ce club de retrouver le niveau supérieur.

Azouz Hamdane cherchait des joueurs avec du vécu pour apporter de l’expérience à son groupe. Cela vous donne-t-il un rôle, une pression supplémentaire ?

Plus de pression non, mais des responsabilités, oui. Et il en faut sur le terrain et dans le vestiaire pour aider l’équipe à atteindre ses objectifs. Après, je pense que mon expérience fera que, quand je prendrais la parole dans le vestiaire, la plupart des joueurs m’écouteront. Mais je reste un joueur assez humble et je ne suis pas là pour dicter aux joueurs quoi faire. Si je prends la parole, c’est uniquement quand la situation le nécessite.

Quel est votre première impression ? Connaissiez-vous certains joueurs ?

Je ne connaissais que Victor (ndlr: Samb, de retour cette saison au club). Concernant la qualité du groupe, je pense que l’AC Amiens n’a rien à faire en National 3 ! Tout simplement. Pour avoir été en National 2 l’an dernier, le club n’a rien à envier à beaucoup d’équipes évoluant à ce niveau. Et ça, nous allons essayer de le prouver sur le terrain.

Même si la concurrence s’annonce rude, l’objectif est donc de se mêler à la lutte pour la montée en National 2 ?

Le coach ne nous a pas fixé d’objectif pour le moment. On va essayer de jouer le haut de tableau et ensuite on verra au fur et à mesure. Mais la montée n’est pas encore l’objectif officiel. Après, comme tout compétiteur, on joue pour être le plus haut possible. Et affronter des équipes aussi solides et ambitieuses nous permettra de nous épanouir. En tout cas, j’ai hâte que la compétition officielle reprenne.

Tous propos recueillis par Kévin KONRAD

À lire aussi : 

National 3 : L’AC Amiens a trouvé son défenseur

> Bamba Diarrassouba lors de son passage au PFC Montana (Vidéo)

Laisser un commentaire