Benoit Sturbois (Amiens Portugais) : « Reprendre le plus vite possible »

Benoit Sturbois Amiens Portugais

A l’arrêt depuis la fin octobre, en raison du deuxième confinement décidé pour lutter contre la pandémie de la Covid-19, le football amateur pourrait bien reprendre ses droits courant janvier. Néanmoins, les incertitudes perdurent au sujet du maintien de la coupe de France et le format des championnats. En quête de maintien en Régional 2 avec l’Amiens Portugais, Benoît Sturbois espère que la saison pourra reprendre et se finir en respectant le format initial. Entretien.

Comment gérez-vous cette période de privation de football ?

On essaye de garder les joueurs concernés en leur proposant des choses à faire. Le préparateur physique leur fait un planning et ils doivent faire des copies-écran de ce qu’ils font. On essaye de garder un lien social malgré tout, même si ce n’est pas évident. La très grande majorité de l’effectif joue le jeu et on attend que des décisions soient prises parce que ce n’est pas le cas pour l’instant. Si on écoute, on reprend l’entraînement le 20 janvier, mais est-ce officiel ? Va-t-on avoir un autre confinement après les fêtes ? On est dans l’expectative donc c’est compliqué. Sur le plan personnel, je peaufine les séances d’entraînement. On travaille avec le préparateur physique et Nordine (Laroussi) sur ce que l’on va mettre en place et comment le faire pour essayer d’être le plus opérationnel possible et anticiper une éventuelle reprise.

Sébastien Léraillé (ESC Longueau) : « On est dans l’adaptation »

Avez-vous été surpris de cet arrêt brutal ?

Ils ont fait comme ils pouvaient au niveau du timing, on ne va pas reprocher quoi que ce soit tant c’était compliqué. C’est arrivé vite, il a fallu s’adapter rapidement parce qu’on ne pouvait plus rien faire du jour au lendemain. C’est dans le football, mais pas que parce que c’est aussi au niveau du boulot, de la vie perso. Tout en prend un coup. Ce n’est pas évident mais on fait avec ce que l’on nous donne et on n’a pas vraiment de réponses à nous apporter.

Dans l’idéal, on imagine que vous aimeriez reprendre le 15 décembre…

Exactement. Si on pouvait reprendre le plus vite possible ce serait le mieux, mais sans prendre de risque parce que la priorité reste la santé. Si c’était possible de reprendre ne serait-ce qu’entre nous, en respectant les gestes barrières comme on l’a fait la première fois et qu’on puisse se retrouver, toucher un peu le ballon, revivre des moments ensemble, ce serait bien. Le plus tôt sera le mieux mais on laisse les personnes de la FFF et de l’État se réunir pour nous trouver une solution rapide.

Benoit Sturbois Amiens Portugais

Comment se passe ce second confinement pour les joueurs ?

C’est devenu une habitude, si je puis dire. C’est rentré dans les mœurs. On a un peu l’habitude. Il y a déjà eu une première étape, on sait comment ça se passe. Certains le prennent mieux, d’autres moins bien. C’est compliqué de savoir. On reste sur la même façon de fonctionner que sur le premier et c’est un travail qui appartient à chacun. Celui qui a envie de le faire pour ne pas perdre le bénéfice de ce qu’on a fait en début de saison, c’est très bien, celui qui n’a pas envie se pénalise tout seul. Personnellement, je vais courir régulièrement alors que je n’ai pas fait un match de la saison, mais ne serait-ce que pour m’entretenir et garder la forme. Ceux qui ne font pas les efforts, on ne va pas les forcer, mais ils devront cravacher deux fois plus que les autres lors de l’éventuelle reprise.

Craignez-vous que certains décrochent définitivement ?

Je ne sais pas du tout. Je n’ai pas cette crainte-là parce que quand on aime le foot, on a plus envie de reprendre que de lâcher. Maintenant, certains vont peut-être lâcher parce qu’ils ne jouent pas, ou d’autres paramètres. Je ne vois pas un des joueurs que l’on a actuellement se passer du football.

De toute façon, il y aura des lésés quoi qu’il arrive si on ne fait pas un championnat équitable, c’est-à-dire avec des matches « aller » et « retour »

Dans l’hypothèse d’une reprise, quel format préférez-vous ?

Je ne pense pas grand-chose de tout ça parce qu’on n’était pas tous d’accord au printemps dernier. Je ne suis pas persuadé qu’il y ait une bonne solution. La meilleure serait de jouer tous nos matches et qu’il n’y ait pas de question possible. Je n’ai pas vraiment d’idée là-dessus donc je laisse faire. Mais même si j’avais une idée, je suis persuadé qu’elle ne serait pas prise en compte. J’attends de voir ce qu’il va se passer. De toute façon, il y aura des lésés quoi qu’il arrive si on ne fait pas un championnat équitable, c’est-à-dire avec des matches « aller » et « retour ». Si ce n’est pas ça, ce ne sera pas équitable.

Que pensez-vous de la potentielle annulation de la coupe de France ?

Je trouve ça dommage pour les petits clubs qui sont encore qualifiés et peuvent amasser de l’argent en faisant quelques tours et vivent de belles choses. Je pense que les clubs pros n’en ont rien à faire mais pour les amateurs, ce serait dommage de l’arrêter. Maintenant, est-ce qu’il ne vaut pas mieux arrêter cette coupe pour se concentrer sur le championnat ? Mais c’est sûr qu’il n’y aura pas d’équité parce que ceux qui ne sont plus en coupe ne seront pas dérangés par l’annulation alors que ceux qui la jouent encore n’auront pas envie que ça se termine. Ce serait vraiment dommageable de l’arrêter.

Comment analysez-vous votre début de saison ?

On a pris un peu de recul avec les coaches, on a regardé ça de plus près et quand on analyse les matches, on est vraiment satisfait de ce que les mecs ont pu produire dans le contenu. On plombe souvent nos matches sur des erreurs individuelles. Si on arrive à gommer ces petites erreurs qui sont difficiles à maîtriser, ça peut présager de bonnes choses. Maintenant avec une défaite en moins, ça aurait été plus en adéquation avec ce que l’on a proposé depuis le début de la saison. Je suis satisfait de l’investissement des joueurs, de ceux qui jouent mais aussi de la plupart de ceux qui ne jouent pas et ont la bonne attitude. Il y a toujours des frustrés, mais c’est compréhensible, j’ai été joueur et je sais ce que c’est. J’espère que cette première partie de saison va nous permettre d’avancer et que ceux qui sont frustrés remettront le bleu de chauffe pour nous mettre des doutes en tête et nous forcer à être plus en difficulté dans nos choix. Ça permettra aux équipes séniors d’être le plus performant possible.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Amiens SC Tanchot

Oswald Tanchot (Amiens SC) : « La coupe de France, c’est sacré ! »

Nathan Monzango Amiens SC

Nathan Monzango (Amiens SC) : « Rendre au club la confiance accordée »