Sélectionneur de l’équipe du Maroc, aux côtés de Youcef El Bouziani, Mohamed Dachouri et Mustapha Ramdani, Benoît Sturbois savoure le succès du Maroc à l’occasion de la première Coupe d’Afrique des nations amiénoise, organisée ces derniers jours par l’association l’Equipe 80. Entretien.

Publicité


Quel est votre sentiment après ce succès du Maroc à l’occasion de la première CAN amiénoise ? 

Beaucoup de fierté ! Contre le Reste du Monde (ndlr : en demi-finale), ça a été compliqué alors qu’on ne se faisait pas spécialement dominé, on prend un but contre notre camp malheureux. On aurait pu se dire que ça allait être dur parce qu’on était menés pour la première fois du tournoi. On n’avait jamais vécu ce scénario. La réaction a été parfaite avec une multitude d’occasions qui a fini en ce but égalisateur plutôt mérité. Après c’est la roulette des tirs au but et on a la chance de passer. Contre le Sénégal, on mène 2-0 au bout de dix minutes, beaucoup de monde pensait que c’était fini, mais c’était une belle équipe qui n’était pas en finale par hasard. Ça s’est vu tout de suite, on s’est un peu relâché, on a pris un but et on a failli encaisser le 2-2 dans la foulée sans un gros arrêt du gardien. Une fois le but encaissé, on se remet à jouer et on arrive à mettre le 3-1. En deuxième on dit de faire attention pour garder le résultat le plus longtemps possible, mais au bout de cinq minutes, il y a 3-2. Ça commençait à être tendu contre un Sénégal qui a tenté son va-tout, nous a mis en difficulté et sous pression jusqu’au bout. J’ai trouvé que c’était le meilleur match que l’on ait joué. Cette finale était très intéressante, honnêtement, avec une victoire à la clé, tant mieux pour nous. Bravo également au Sénégal qui a porté haut ses couleurs.

Publicité


Quel rôle a joué le soutien des supporters marocains autour du terrain ?

C’était une grosse satisfaction ce public. Ils sont venus en masse à chaque match, ça a été un gros plus pour les résultats. Ça a permis aux joueurs de se sublimer. Contre le Reste du Monde, même en étant mené, ils sont restés derrière en train de pousser. Il y avait une ferveur énorme, on les remercie chaleureusement et c’est vrai qu’ils ont fait leur part du boulot au même titre que toutes les personnes qui ont composé le staff. Il y a des gens qui venaient nous voir et nous ramenaient à manger, à boire, de quoi faire des bains de glace. On a aussi eu des sponsors qui ont permis d’avoir de beaux équipements, des trousses à pharmacie. Du monde s’est mobilisé pour qu’on puisse se préparer au mieux. Et lors des matches, c’était incroyable de voir tout le monde derrière le Maroc. Ils se sont mobilisés à 200%, on leur tire un grand coup de chapeau, et on leur dit un grand merci.

Publicité


Quel bilan tirez-vous de l’organisation de cette compétition ?

Je veux dire un grand merci à L’Équipe 80 qui a décidé d’organiser ça, a fait un boulot énorme. Ils avaient besoin de bénévoles, beaucoup se sont mobilisés mais il en faudrait encore plus pour les aider ! Ils ont vraiment été au bout d’eux-même. Je ne tire que du positif. Ça a uni, rassemblé, c’était une belle fête. Ils ont été courageux parce qu’à un moment donné ça a été compliqué, ils étaient fatigués, les matches se terminant tard ça a donné des heures difficiles. Ils n’ont pas lâché et pour une première, c’était vraiment très bien. Ils ont essayé de faire les choses correctement, et le monde présent montre que ça a fonctionné. C’est une belle réussite. Ils auront peut-être deux ou trois choses à changer, mais c’était une belle fête avec des équipes qui se sont donné à fond, tout le monde est satisfait du tournoi. C’est un gros point positif.

Publicité


On imagine que vous allez vouloir défendre votre titre l’an prochain…

On verra bien ! On m’a demandé de donner un coup de main, je l’ai fait avec grand plaisir, j’ai pris énormément de plaisir mais l’année prochaine est une autre année. On va se concentrer sur l’Amiens Portugais et si jamais ça se refait, on verra bien. On va savourer celle-là, c’est très bien, on s’est mis dans les meilleures dispositions possibles en faisant le nécessaire pour que tout se passe bien. L’image donnée était bonne. C’est l’essentiel au-delà même du succès.

Tous propos recueillis par Romain PECHON et Adrien ROCHER

A lire aussi :

Le Maroc remporte la première CAN d’Amiens

La CAN d’Amiens a démarré sur les chapeaux de roues !

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments